Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 10:36

Il ne faut pas y aller par quatre chemins. Voilà un petit bijoux. Philippe Forest nous livre une magnifique fresque de l'aviation mondiale et française au XXe siècle à travers le simple récit de vie de ses parents et surtout de son père, pilote.

 

A travers ce père défunt au destin (vues les ruses de l'histoire qui feront ce qu'il était il n'y a pas d'autre mot) exceptionnel (de l'Algérie aux forces aériennes américaines jusqu'aux commandes d'avions de ligne d'Air france.... ), Philippe Forest raconte la guerre puis la création de l'aviation civile française. L'auteur passionné d'aviation (enfin du moins il semble),  réussit à nous emporter avec lui dans le survol de cet univers. Mais il nous plonge surtout dans une reflexion profonde sur les liens de filiations et d'attachement familiaux avec ce père si imposant mais parfois si absent et cette mère si présente mais qu'il ne découvre que tardivement.  Tout au long du roman c'est cette question du destin et de la transmission qui taraude l'ouvrage.  

 

Dans une langue d'une beauté incendiaire en faisant semblant de nous parler d'aviation (enfin bon il y en a quand même 300 pages) Philippe Forest nous fait décoller vers des refelxions bien plus métaphysiques sur l'héritage, la famille, le destin. Avec une douceur mais aussi une profonde mélancolie absolue. Et on est soufflé.

 

siecle-nuage-copie-1.jpg

 

Ps on se demande pourquoi il n'a pas eu un petit  prix le bougre...quand on lit d'autres trucs primés en 2010...on se demande

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article

commentaires

Cyril Di Méo 06/03/2011 09:02



Merdi Eddy pour le conseil de lecture. Je viens de finir Enard et c'est effectivement très bien. j'en fait un post sous peu.


Bien à vous


 



Cyril Di Méo 23/01/2011 20:56



On va dire que je suis d'accord, comme ça je pourrais continuer à lire Mario Vargas Llosa, Cioran, Darien...et quelques autres


Bonnes lectures (dont de ce blog ) aussi



eddy 22/01/2011 18:59



la littérature n'a pas de parti


 


bonne lecture ! 



Cyril Di Méo 22/01/2011 15:25



C'est la magie du talent et de la litterature ?


Ou c'est que j'ai des lectures de droite lol ??


ps merci du conseil de lecture je vais acheter ça.



eddy 17/01/2011 19:42



ah enfin un article que j'approuve à 100% !


essayez donc le roman de mathias enard sur le voyage turc de michel ange