Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 20:38

On l'apprend aujourd'hui sur le toujours très bon site du Monde droites extrêmes, http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/01/16/fn-une-entree-surprise-au-bureau-politique-et-des-incidents/ Laurent Ozon rentre directement au bureau politique du FN.ça ne surprendra que ceux qui avaient fait semblant de ne pas lire ce qu'il écrit depuis de très nombreuses années sur l'écologie.

 

Le plus inquiétant c'est qu'après l'OPA sur la laicité cela annonce une campagne sur l'écologie et le régionalisme identitaire... les propos de Marine Le pen sur le localisme et les  circuits courts en sont le commencement.

 

16 janvier 2011

Entrées surprise -Marine Le Pen a annoncé dimanche 16 janvier en fin de matinée, au dernier jour du Congrès du FN à Tours,  la composition du nouvel exécutif du Front national sur laquelle nous reviendrons plus en détail.

S’agissant du bureau politique (le gouvernement du parti) au sein duquel le rapport de force entre ses partisans et ceux de Bruno Gollnisch est du 42/10, il y a une surprise de taille : l’arrivée d’une personnalité qui n’était pas connue pour être encartée au FN, mais plutôt pour être un compagnon de route du Bloc Identitaire.

Laurent Ozon, puisque c’est de lui dont il s’agit, fait ainsi directement  son entrée au BP du Front national . Il n’est pas membre du comité central du FN. Mais si le comité central approuve statutairement la composition du BP, pour autant, les membres du BP ne doivent pas obligatoirement être issus du comité central, nous a t-on indiqué sur place à Tours. C’est à Marine Le Pen qui en a les prérogatives en tant que présidente que M. Ozon doit cette nomination.

En octobre 2009, M. Ozon participait en tribune à la convention identitaire à  Orange au cours de laquelle le Bloc Identitaire s’est transformé en parti.

Il était ainsi présenté par le site des Identitaires pour leur Convention: “ Laurent Ozon est le fondateur d’un nouveau Mouvement politique localiste et identitaire : « Maison Commune ». Il est président d’un groupe de PME et investisseur en nouvelles technologies.

Organisateur en 1999 du Collectif Non à la Guerre qui avait regroupé des personnalités aussi diverses qu’Alexandre Soljenitsyne, Peter Handke, Harold Pinter, Dominique Venner ou l’Abbé Pierre dans un commun rejet des bombardements de l’OTAN en Serbie, Laurent Ozon est aussi le fondateur de la revue d’écologie profonde « le recours aux forêts » et de l’organisation éco-activiste « Wildniss Club ». Il a travaillé plusieurs années avec Edward Goldsmith et Antoine Waechter pour structurer en France, une activité éditoriale naturaliste et bio-régionaliste.”

Selon Bruno Bilde, proche de Marine Le Pen, “M.Ozon est au FN depuis peu qu’il aurait rejoint en raison de son parcours intellectuel”. Ce ne serait pas, toujours selon M.Bilde, un “signe envoyé aux Identitaires”.

D’ores et déja dimanche en tout début d’après-midi, les plus hostiles à une ligne ” identitaro-compatible”, s’inquiétaient de cette arrivée inattendue dans les instances de direction du FN.

Autre arrivée hors sphère d’influence FN  au bureau politique sur la volonté de la présidente : celle de David Mascré, professeur de géopolitique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Denis 18/01/2011 12:48



Très inquiétant en effet. La question reste de savoir comment un écolo peut devenir facho.