Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 13:23

 

jardin botanique Lyon

 

Nice, Lyon, Avignon, Amsterdam...

 

Arctic Monkeys, L'Arpegiatta, Eddy Louis, ....

 

"Kampuchea" et "Equatoria" de Patrick Deville, "Retour indésirable" de C Lewinsky et le dernier bouquin de Jean Marie Harribey : "La richesse, la valeur et l'inestimable" sur la table... 

 

En mode vacances quoi ....

 

ps : je vous donne quand même des nouvelles mercredi 17 juillet pour vous dire que la Haute Autorité a confirmé ma candidature à la primaire

 

img-0614.jpg


Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 14:24

 

 

Pause lecture du week-end.
Je termine le bel ouvrage de Julie Otsuka. Une écriture flamboyante. Un style encore jamais rencontré qui donne l'impression d'un chœur antique.Et la découverte d'un fait historique que je ne connaissais pas "l'importation" (il n'y a pas d'autre mot) de femmes japonaises aux Etats Unis dans les années 20. Traversée du Pacifique et mariages arrangés... un livre d'espoir mais surtout de douleurs de femmes.
Magnifique

 

certaines

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 20:58

 

  C'est avec délice que j'ai lu récemment "La fin du village" . Pourtant les ouvrages de Le Goff d'habitude je n'en suis pas fan tant il s'est spécialisé dans la dénonciation réactionnaire (de gauche ??) des effets néfastes de mai 68 et de son esprit libéral-libertaire...comme si l'anticapitalisme de mai 68 avait produit le néolibéralisme. Thèse qui ne m'a jamais convaincue.

 

Mais là il s'agit de (presque) tout autre chose, l'analyse ethnographique de la disparition des solidarités communautaires villageoises dans un village de Lubéron.


Un village que je connais bien pour y avoir beaucoup traîné dans mon adolescence dans les années 90 pour y suivre mes camarades du lycée de Pertuis. C'est donc avec un petit pincement au coeur que j'ai lu l'ouvrage. 

 

Jean Pierre Le Goff y décrit l'arrivée massive de classes moyennes et supérieures ayant complètement déstructuré l'équilibre foncier local. Il y montre aussi l'introduction d'une économie résidentielle qui vide le village de ses anciennes coutumes et le transforme en cité dortoir. La fin de la solidarité de bistrot, la fin des liens militants ouvriers qui créaient la morale républicaine et socialiste. Car ce que montre LeGoff c'est la montée de l'individualisme et du consumérisme.  

La nature est transformée en parc d'attraction géré par des technocrates abscons (la parc du Lubéron), des associations culturelles où l'on vient consommer de l'épanouissement personnel (le New age), de la culture mondialisée et de la spiritualité en pack... Tout y est individualisé même l'accès (la chasse) aux subventions et le travail social. Le Goff y décrit aussi l'isolement dans le pavillonnaire et le résidentiel en nous dressant le portrait tragique des femmes de cadre... Il y décrit aussi l'importation de curés polonais et leur décalage avec une société complètement déchristianisée...

 

On lit donc cet ouvrage avec passion et on comprend mieux comment ce village ouvrier centré sur la vannerie s'est transformé. On comprend mieux les mutations politiques de ce lieu sous le coup des mutations sociologiques. On savoure son talent littéraire pour moquer le ridicule de certaines pratiques culturelles et spirituelles..... Et on arrive à comprendre un peu la nostalgie de Le Goff quant à ces anciennes solidarités ouvrières fondant le socialisme municipal remplacées par une idéologie mortifère de l'épanouissement personnel .

 

fin village

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 22:06

 

salman-rushdie-en-2010-andrew-winning-reuters

Je ne suis pas très objectif avec Salman Rushdie car je suis fan intégral. Mais là il nous livre encore une merveille. Avec son autobiographie, cet enfant de presque minuit, nous ouvre les portes de son intimité et de son histoire familiale qui est romanesque, jusqu'à l'origine de son nom.... Il nous raconte aussi sa vie d'immigré en grande Bretagne et sa rencontre du racisme quotidien. Il nous permet de comprendre la génèse de nombre de ses ouvrages ( dont le premier des enfants de minuit qui est sa merveille). On découvre comment et quand ont il été écrits, avec quelles contraintes éditoriales et avec quel état d'esprit. On a presque l'impression de redécouvrir et relire ses ouvrages. Quel bel exercice de dévoilement et de vérité. Quel plaisir de faire le voyage dans cette oeuvre magnifique guidé par son auteur.


Dans cet ouvrage on suit aussi et surtout la traque que les Iraniens vont organiser contre lui. Et l'on voit avec quelle lacheté répondent nombre d'Etats européens (surtout la grande Bretagne) aux pressions iraniennes. Salman nous guide dans les méandres de son enfermement et de son combat pour se libérer de cette fatwa. Dans ses angoisses et ses combats, dans ses amours et ses peines. C'est passionnant. On y découvre les horreurs des médias, députés et dirigeants anglais qui s'attaquent à lui et relayent les prires propos des intégristes mulsulmans en GB. On y voit les lachetés du monde littéraire....et nombre d'autres turpitudes.Mais on y découvre les mécanismes européens de la solidarité de quelques auteurs...le combat de certains dirigeants français et américains.


Une leçon de littérature tout autant que de politique.

 

A lire et relire.

 

Mais le combat n'est pas fini

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20121012.OBS5563/l-institut-du-monde-arabe-censure-une-video-sur-rushdie.html link

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 08:59

 

Il y a des moments où l'on aimerait bien aller faire un petit tour à Lausanne pour voir l'exposition de ce magnifique artiste danois qui a inspiré l'internationale lettriste et l'internatinale situationniste.

 

jorn

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 16:45

 

Un peu de douceur et de solidarité dans ce monde de brutes.

 

Etienne Davodeau nous offre un très bel ouvrage "Les ignorants". IL nous y raconte sa rencontre et la naissance d'une camaraderie avec un vigneron. Le dessinateur et le vigneron, les arts et l'agricultures apprennent sous nos yeux à se connaître. Echanges connaissances et savoir faire. Une bande dessinée qui prend le temps de la reflexion et de la rencontre. Là où Davodeau fait d'habitude des BD plus militantes et engagées nous avons là un regard plus neutre, bienveillant.

 

Et si c'étaient ça les valeurs dont notre société déchirée  a besoin. La fraternité, la curiosité d'autrui et la reconnaissance réciproque.

 

DAVODEAU-IGNORANTS-definitif

 

 Une merveille.

 

 Et dire que je n'avais pas eu le temps de le lire avant que Davodeau ne vienne au festival de BD d'Aix.

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 14:28

 

Le monde de l'édition  nous offre quelques perles. En voici une avec cette revue assez étonnante, Feuilleton. Au début on croit à une pâle copie de XXI..en plus petit et moins fourni. Et puis à la lecture on découvre un autre ton plus littéraire, plus romancé, plus décalé. On apprend comment gary Grant pratiquait une psychanalyse au LSD, comment le cyclisme reconstruit l'identitée nationale rwandaise, comment M Tison est un gentil garçon devenu presque végétarien....etc. Et on ne regrette pas ses 15 euros. Surtout que les illustrations sont très belles.

 

 

feuilleton2

 A lire, un feuilleton à suivre..donc

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 14:00

 

ça y est les places au GTP pour la tournée de son dernier album sont achetées...Yes

 

On se régaler avec Baïlador son treizième album.

 

 

http://www.michelportal.com/

 

dans ces temps de morosité ambiante voilà un peu de bonheur en perspective

 

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:29

 

 

2012 commence avec un très bon bouquin.

 

Le magistral Mario Vargas Llosa nous offre un superbe ouvrage : le rêve du Celte. Par une biographie talentueuse, Vargas Llosa nous plonge dans les méandres de la vie de Roger Casement, anticolonialiste acharné dénonçant les méfaits Belges au Congo puis anglais dans les exploitations de caoutchouc au Pérou.  Héros des droits humains, pourchassant l’abject pour le Foreign Office au fin fond de la jungle amazonienne. C'est d'ailleurs dans ce décor sauvage et ce respect pour la liberté et le genre humain que semble se croiser la vie de l'auteur avec ce héros européen mal connu.

 

v-llosa-une-jpg 73529

 

Vargas Llosa nous emporte ensuite dans la naissance de la défense de la cause nationaliste irlandaise dont cet infatigable militant portera ensuite le flambeau après avoir regagné l’Europe. Toujours en nuance et en entomologiste de l’âme humaine Vargas Llosa nous transporte aussi dans les recoins obscurs et tourmentés  de la vie et de la sexualité de R Casement. Méandres qui se perdront dans une tragique histoire d’amour évaporée dans les coulisses du Reich allemand pendant la première guerre mondiale. Car c’est bien le tragique destin d’un militant des droits humains perdu dans la recherche d’un hypothétique soutient de la chancellerie allemande à la cause irlandaise que finit par nous conter Mario Vargas llosa. Un héros piégé par l’histoire..

 

 

 

Un livre d’une très grande intensité ou encore une fois grande histoire et recherche du destin humain s’entrecroisent.

 

Magnifique.

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 18:04

Javier Cercas est un romancier génial...mais c'est aussi un historien de talent.

 

C'est ce que je viens de découvrir en lisant son magnifique ouvrage "Anatomie d'un instant". Ecrivain se faisant historien il y décortique le coup d'Etat manqué de février 1981 en Espagne. IL creuse les ramifications du coup d'Etats , les motivations des protagonistes, la dramaturgie de son déroulement. Mais plus que cela il nous dévoile avec une finesse d'écrivain la psychologie des principaux personnages de ce drame ...presque antique. C'est pour lui le moyen de faire une analyse sociologique poussée de l'Espagne franquiste et post franquiste qu'il nous propose et de sa famille.

 

 

anatomi e cercas

A lire.

 

 

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article