Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 11:49

Merci à JXD qui me signale l'article suivant. Fidèle à ses pratiques le PS désavoue ses militants locaux et choisit la gauche archaïque...

LE MONDE | 20.12.07
 
François Hollande a fini par trancher. Lâchant Dominique Voynet, le numéro un du PS a décidé de reconduire l'alliance avec Jean-Pierre Brard, maire sortant apparenté PCF de Montreuil. Mercredi 19 décembre, une rencontre entre la direction et les candidats PS de Montreuil, a permis de mettre un terme à des semaines de valse hésitation des socialistes locaux. Ces derniers s'étaient vivement divisés entre les partisans de la reconduction de l'accord avec les communistes et ceux qui, emmenés par la fabiusienne Mouna Viprey, ex-candidate aux législatives, préféraient partir derrière Dominique Voynet, sénatrice de Seine-Saint-Denis. Fin novembre, un vote de la section avait donné une courte avance à l'option Voynet. Mais le résultat avait été brouillé par un fort taux d'abstention de militants désireux de partir en liste autonome PS.
Face à une section menacée d'implosion, le conseil national du PS s'était gardé de choisir, demandant aux militants de prendre "une décision claire" par un nouveau vote lundi. La direction de la section de Montreuil s'y est refusée de peur de désavouer son premier vote. Il semble en effet que le "tout-sauf-Voynet" ait gagné du terrain parmi les militants agacés par les attaques répétées de la sénatrice contre M. Brard et que les abstentionnistes aient basculé dans le camp des partisans d'un accord PS-PCF. Les propositions du maire sortant ont débloqué les dernières réticences. Ce dernier s'est engagé à un doublement du nombre d'adjoint PS ainsi que la place de première adjointe pour Geneviève de Kerauten, leur chef de file.

Le coup de sang de Marie-George Buffet au lendemain du conseil national du PS a visiblement aussi porté ses fruits. La secrétaire nationale du PCF avait demandé dimanche 16 décembre au PS "un soutien clair et entier" à la liste de M. Brard. François Hollande n'a pas voulu ajouter Montreuil à la liste des villes du 93 dans lesquelles le PS part en primaires face au PCF, département où les socialistes entendent aussi ravir le conseil général communiste. "Nous préservons l'union de la gauche déjà fort malmenée dans ce département", a assuré Nicolas Voisin, adjoint PS à la mairie de Montreuil. Dominique Voynet doit désormais faire cavalier seule. Bravache, l'ex-candidate à l'élection présidentielle assure aujourd'hui qu'elle est "totalement libre" et qu'elle "ira jusqu'au bout" parce que "le sort de Montreuil ne doit pas se décider rue de Solférino".

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Fabien 26/12/2007 18:45

Comme à votre habitude, vous enchaînez les contre-vérités. Même le journaliste du Monde-qu\\\'on ne peut guère soupçonner de crypto communisme...- reconnaît que l\\\'option Voynet était devenue largement minoritaire. Et comment s\\\'en étonner? Bouffer le PC, c\\\'est un peu court comme programmme, surtout pour des socialistes qui bossent avec Brard depuis des lustres. Je constate au passage que vous n\\\'aurez pas mis longtemps à adopter les valeurs de vos nouveaux amis de droite, en particulier un anticommunisme obsessionnel.