Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 15:38

 

Elle ose tout....

bilan extra

 

Un bilan "extraordinaire"....les aixois apprécieront.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Liberté 02/10/2012 09:35


Allez ! Je vous la donne la réponse !


Il s'agit de l'article  R632-1 du code pénal, montant 35 € pour jeter un mégot sur la voie publique, même montant pour laisser uriner ou crotter son chien... Une mine insensée de produit
d'amendes s'ouvre donc là pour la commune d'Aix !!!

Liberté 01/10/2012 15:05


L'"Aixois" accuse Cyril di Méo de mauvaise foi. Analysons pourquoi:


Les vélos Decaux sont une erreur d'anticipation dit il. Gouverner c'est prévoir, les collines sont là depuis un moment, non ?


Aix en bus: en tant que maire d'Aix, je ne vois pas bien pourquoi elle ne serait pas responsable; elle est bien responsable des parkings de dissuasion, non ? Les chiffres sont complètement sujets
à caution, c'est bien de ne pas les prendre tels quels, on appelle cela: le sens critique, il semble manquer dans le commentaire,


Sur l'affaire Camus, une analyse purement partiale, heureusement que les "socialos" sont revenus, comme au USA...


Clinique : une contradiction type: un projet d'intérêt général concernerait un hôpital, pas une clinique, qui par nature entre dans le concept intérêts particuliers: citez un peu les
propriétaires des cliniques locales... Mais si vous avez l'information, elle se situe sur deux site : SOCIETE.COM et infogreffe.fr Vous pouvez même l'élargir aux maisons de retraite...


La localisation actuelle de L'école d'art, à point se tromper, ferait une magnifique opération immobilière, pas dans le social, croyez le bien...


Les indemnités: parlons en les "socialos" ne sont que des détaillants, comme vous le savez parfaitement. A Droite, lorsqu'on met les mains dans le pot, ce sont les deux mains...


Embouteillages : il vont de mal en pire avec MJ, il n'y a donc aucun rapport? Une petite "erreur" d'anticipation, peut être... Encore,


Le prix des logements, si rien n'est fait pour construire normalement des logements et des logements sociaux, dans des conditions courantes, la responsabilité des élus est présente... Par
omission... Manque d'anticipation, encore,


Actuellement, Aix est une ville extrèmement crado, habitée par des gens contents d'eux, qui marchent dans la crasse. Ici, on trouve normal de marcher sur un tapis de mégots, de crottes de chiens,
de détritus de toutes sortes... Allez à Saint Jean de Luz, à Colmar, même à Lyon, le personnel local doit être mis en place par des voies similaires, mais il est efficace, la bas, les gens
comprennent pourquoi ils payent leurs impôts. Rappelez moi, combien coute de jeter un mégots par terre en France ? Vous ne le savez pas, pays où l'on ne sait pas appliquer les lois qu'on vote.
Tout le monde trouve cela normal, surtout à Droite...

aixois 21/09/2012 20:44


Monsieur Di Meo votre mauvaise foi ne fait pas honneur à votre engagement.


- Les vélos Decaux : il s'agit d'une erreur d'anticipation, certes ; dans une ville comme Aix pédaler avec toutes ces pentes n'est pas possible au quotidien.


- Aix en Bus : Keolis a changé son réseau et le Maire n'y est pour rien. Pourtant elle assume le couac et s'arrange pour que l'ancien réseau revienne avec des modifications demandées par les
usagers. Il est utile de préciser pour mettre fin à ce mattraquage ridicule que sous les équipes JOISSAINS de 2001 à 2012 le nombre de passagers et passé de 10 à 22 millions par an sur les lignes
!


- Affaire Camus : la vision de Benjamin Stora est contestée par beaucoup et blesse parfois. Un philosophe plus consensuel était le bienvenu. Mais avec l'acharnement médiatique il a eu peur et
s'est éloigné. Les médias devraient payer leur inconscience ! De même que la "ministre" de la Culture qui se permet sans gène d'entraver un projet culturel qui ne lui plaît pas. Au secours les
socialos sont de retour.


- Clinique : le projet est d'intérêt général, et encore une fois une minorité tente de le saborder pour des intérêts particuliers et quelques voix dans les urnes...


- Ecole d'Art : les principaux intéressés eux même préfèrent rester sur le site actuel s'il est rénové. Le Maire est à l'écoute, et on critique ! Si elle avait délocaliser au Jas on aurait dit
qu'elle méprise les élèves !


- Les indemnités : l'hypocrisie socialiste qui interdit aux personnnes de droite ce dont ils jouissent en toute impunité.


- Embouteillages : dans toutes les agglos, les embouteillages sont légion. Mettre la faute sur le Maire est grotesque. Maryse JOISSAINS a créé des parking relais, pour 2€ la journée et les bus
gratuits 24h ! D'autant que le centre est en train d'être piétonisé de façon admirable alors que PICHERAL n'a rien foutu pendant 12 ans !


- Prix des logements : là c'est trop... le Maire d'Aix serait-il responsable des prix de Paris aussi non ? le problème n'est pas local ! Et les constructions HLM ont été plus nombreuses sous les
mandats JOISSAINS que ceux de PICHERAL. Et de meilleurs qualité !


Les français ont cédé aux dictats des médias aux présidentielles, j'espère que les aixois ne feront pas la même CONNERIE sur Aix aux municiapales...


surtout avec Marseille qui nous lorgne, seul JOISSAINS peut encore nous protéger.