Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 18:07
Maryse Joissains s'occupe des hippopotames...et des riches... C'est le ponpon. Les pauvres aixois attendent toujours une politique du logement social , des transports....A aix pour être défendu il faut donc être un riche..ou un hippopotame....

Lu sur le site de Mme Joissains

1) 

Sauvons Pompon !

 

 

 

Les cirques animaliers génèrent un grand lot de souffrances et particulièrement ceux qui utilisent des animaux ne présentant aucune aptitude au dressage comme c’est le cas des hippopotames.

Cette exploitation n’est pas justifiable.

Maryse Joissains-Masini saisit Monsieur le Préfet des Bouches-du-Rhône pour que soit mis un terme à l’exploitation de Pompon, esclave du cirque Kerwich.

 

Lire la lettre de Maryse Joissains Masini à M. le Préfet.

Lire la lettre de Maryse Joissains Masini à M. Franck SCHRAFSTETTER.



2)
Le bouclier Fiscal

 

Le bouclier fiscal, inscrit dans la loi TEPA d’août 2007, est un système juste qui repose sur un principe au cœur du quinquennat de Nicolas SARKOZY : le travail doit payer.

 

 

UN CADEAU FAIT AUX RICHES?
Il faut arrêter avec les mensonges. Le bouclier fiscal profite avant tout aux ménages modestes : sur 14 000 bénéficiaires, les deux tiers gagnent difficilement un peu plus de 1000€ par mois. On est loin des très riches que dénonce l’opposition !
Quant aux personnes aisées qui en bénéficient, il faut cesser de les stigmatiser : ce sont des personnes qui contribuent largement à la prospérité de notre pays. S’ils ont reçu en moyenne 381 782 € grâce au bouclier fiscal, ils ont quand même payé 364 734 € d'impôts en 2008, et ce après restitution du fisc !
Le vrai scandale, ce n’est pas le bouclier fiscal mais le fait que des personnes aux revenus très élevés aient pu pendant des années s’exonérer de tout impôt grâce aux niches fiscales. Et ce, parce que les socialistes ont toujours reculé devant l’obstacle : Didier MIGAUD expliquait lui-même en 2000 que c’était « trop complexe ». Le Gouvernement de F. FILLON, lui, a pris ses responsabilités en plafonnant pour de bon ces niches fiscales en novembre dernier.

 

POURQUOI FAUT-IL LE CONSERVER?
Le bouclier fiscal est un système juste et transparent. Il repose sur un principe clair qui est au cœur du quinquennat de Nicolas SAROKOZY : le travail doit payer.
Notre fiscalité doit marcher sur ses deux jambes. Grâce au bouclier fiscal et au plafonnement des niches fiscales, nous sommes enfin sortis d’un système hypocrite où l’on taxait les riches mais où on leur permettait en même temps de s’exonérer - parfois totalement - de l’impôt grâce aux niches fiscales !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

chris2aix 26/04/2009 17:24

l'hôpital qui se fout de la charité. Elle veut défendre les animaux mais se gave de foie gras à Noël cherchez l'erreur. Autre chose, ne pas vouloir d'animaux dans les cirques, admettons même si, en tant que vétérinaire, je certifie qu'ils sont sûrement mieux traités dans les cirques que dans certains refuges de la SPA de la région. 40 ans d'expérience m'ont dégouté de la soi disant société protectrice des animaux. Enfin il faudrait que Madame Joissains arrête d'aller mendier auprès des cirques avec animaux pour obtenir des places gratuites pour les siens lorsqu'un cirque est de passage dans la région ! Je suis bien placé pour le savoir puisque j'ai travaillé pour deux d'entre-eux de passage par Aix l'année dernière.

Cyril Di Méo 11/04/2009 10:26

Non je mange deux steack d'hippopotame tous les jours...

benjamin 10/04/2009 11:38

crois tu que les animaux ne doivent pas être défendus ?