Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 21:00

Le processus d'allliance PS / Modem est enclenché.... La question déterminante maintenant est donc.. qui arrivera en tête au premier tour de la présidentielle entre le candidat Modem et le candidat PS ???  En cas de dépassement du Ps par Bayrou...c'est la mort du PS.  Du coup, il y a de fortes chances que l'idée de primaire à gauche pour éviter l'éparpillement des candidatures (NPA, Die Linke melenchoniste car il sera candidat, le PCF car ils ne se fondront jamais dans Die Linke, des écolos..et quelques autres trotskystes..) au premier tour .. revienne plus vite que prévue...

Bayrou s'installe «dans l'opposition», avec le PS 

Le Figaro

Rodolphe Geisler
16/11/2008
.
« Si on refuse de se rassembler, c'est Sarkozy pour dix ans », a prévenu François Bayrou.
« Si on refuse de se rassembler, c'est Sarkozy pour dix ans », a prévenu François Bayrou.

Le président du MoDem, invité du « Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI, compare à Pinocchio les socialistes qui refusent l'alliance avec son parti.

Et si le vainqueur du congrès de Reims, c'était tout simplement François Bayrou ? Alors que les socialistes se sont quittés dimanche sans parvenir à faire une synthèse, la question des alliances avec le MoDem était dans tous les esprits pour une éventuelle alternance en 2012. Officiellement, le troisième homme de la présidentielle refuse «de se laisser instrumentaliser» par le congrès du PS. «Je me suis fixé une règle : de ne pas commenter ce qui se passe au PS», répète le président du Mouvement démocrate.

Hypocrite, François Bayrou ? Les sondages parlent pour lui. Selon un sondage Ifop publié dans Dimanche Ouest France, près d'un Français sur deux (47 %) pensent que le Parti socialiste, à l'avenir, devrait passer en priorité des alliances avec le MoDem.

Invité dimanche soir du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», le député des Pyrénées-Atlantiques a réitéré sa proposition, formulée lors de l'université du MoDem en septembre, «d'un rassemblement le plus large possible» avec tous ceux qui souhaitent un changement en 2012. «Nous avons le droit et le devoir de parler avec tout le monde. Parce que dans dix ans, de l'irrémédiable aura été produit», a-t-il développé, citant le travail le dimanche ou encore les retraites à 70 ans.

Selon l'ancien candidat à la présidentielle, «en 2012, les Français auront le choix entre deux boutons : le bouton, on change ; et le bouton, on continue». «Moi, je suis pour que se rassemblent et se fédèrent tous ceux qui veulent appuyer sur le bouton, on change», a-t-il expliqué.

Il précise : «Je ne suis pas membre du PS et n'ai pas l'intention de le devenir. Mais qu'est-ce qu'on dit ? Si on refuse de se rassembler, c'est Sarkozy pour dix ans.» Pour lui, les socialistes qui expliquent qu'ils n'auront jamais de contacts avec le centre mentent. «On est dans le mensonge tactique. S'ils étaient comme Pinocchio, ils ne pourraient plus rentrer dans une pièce», dit-il.

 

« Le PS est au bout d'un cycle »

 

Il a alors rappelé que les mêmes ont «fait dans leurs élections locales alliance avec des responsables locaux du MoDem». Il faisait notamment allusion à Martine Aubry, qui avait des centristes du MoDem sur sa liste à Lille.

Pour autant le président du MoDem refuse l'idée d'un programme commun avec le PS. «Rien n'est plus éloigné de moi qu'un programme commun, type années 1970, avec le Parti socialiste et le Parti communiste. Mais il n'y a pas de victoire possible, si on n'accepte pas un rassemblement autour de principes, de projets», assure le député centriste. Le chef du Modem s'est en revanche gardé de donner sa préférence sur les trois candidats au poste de premier secrétaire du PS. «Je me garderai bien de me prononcer sur la compétition au PS. Ce n'est pas mon affaire», dit-il. Expliquant ne pas souhaiter apparaître en «donneur de leçons», il a tout même qualifié le congrès de Reims de «tragicomique» et «désespérant». «Je crois que le Parti socialiste est au bout d'un cycle», a-t-il estimé.

Interrogé sur le président de la République, François Bayrou a franchi un pas supplémentaire. «Je suis dans la confrontation à Nicolas Sarkozy», a-t-il affirmé avant de reconnaître se situer «dans l'opposition». «Je suis dans une opposition particulière, qui est capable de dire oui quand il le faut. Par exemple, j'ai voté pour le plan de sauvetage des banques, tandis que le PS, c'était ridicule, s'est abstenu», a-t-il fait valoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires