Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 17:17

 

Suite des élections municipales

Réélu sur le fil dès le premier tour (50.2%) entre autre grâce à une opposition divisée, j’attendais avec impatience la liste des adjoints et la dénomination et distribution des délégations.

J’ai félicité il y a un an environ Monsieur Bonfillon dans les colonnes du blog de Cyril Di Meo et sur le site des Verts d’Aix en Provence (quand ils existaient encore) pour sa détermination à ne pas se laisser réaliser l’opération immobilière de la SCA Château l’Arc (d’ailleurs il ne s’est pas privé de se servir de mon papier sur son site de campagne, c’était de bonne guerre et politiquement malin). Je tiens aujourd’hui à dire haut et fort :

Monsieur Bonfillon, je ne vous félicite pas !

A la découverte de notre nouvelle équipe je ne peux m’empêcher de penser que les délégations ont été distribuées en toute hâte ou après une longue et fatigante journée de travail.

Passons sur les doublons (2 délégués au tourisme, 2 au petit commerce, 2 à l’hameau Broglium, 2 au journal municipal), sur la suppression des adjoints spéciaux, l’anecdotique appellation de certains (délégué à la réalisation et diffusion de l’agenda municipal et du plan du village … !) pour en venir à ce qui m’intéresse prioritairement : l’environnement, l’écologie et le développement durable !

Les convictions

écologiques de M Bonfillon ne faisant aucun doute, Nicolas Hulot et l’air du temps aidant, je m’attendait à trouver un super-adjoint Borlooesque s’occupant de ces domaines. Las ! J’ai du chercher et relire la liste deux fois avant de comprendre. Point de préoccupations écologiques majeures !

On a « donné » l’environnement (et encore, il est précisé entre parenthèses : agriculture et CCFF) au pauvre et courageux 4. adjoint déjà surchargé par le patrimoine, les transports, le tourisme et l’interface avec la CPA .

Eh bien, je suis en colère, déçu et révolté. Le bio dans les cantines attendra, les 4X4 continueront à faire le ramassage scolaire et le Grand Vallat coulera encore des années chargé de détergents gréasquais à travers notre pauvre village en retard sur le reste du monde pour six années supplémentaires.

En un seul mot : lamentable ! J’ai vraiment peur qu’avec cette attitude la, l’espèce humaine n’aura plus pour longtemps sur notre pauvre planète.

Achim

Partager cet article

Repost 0

commentaires