Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 16:38

Vous me direz que ça étonnera personne...

 

Analyse du scrutin n° 773 - Première séance du 14/06/2011

Scrutin public sur  l'ensemble de la proposition de loi visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

 

Nombre de votants : 531

Nombre de suffrages exprimés : 515

Majorité absolue : 258

Pour l'adoption : 222

Contre : 293

 

L'Assemblée nationale n'a pas adopté.

 

Groupe Union pour un Mouvement Populaire (313)

Pour: 9

M. Jean-Louis Borloo, Mme Jacqueline Farreyrol, MM. Alain Ferry, Laurent Hénart, Yves Jego, Jean-François Mancel, Mme Henriette Martinez, MM. Axel Poniatowski et Franck Riester.

Contre: 269

MM. Élie Aboud, Manuel Aeschlimann, Yves Albarello, Mme Michèle Alliot-Marie, MM. Alfred Almont, Jean Auclair, Mme Martine Aurillac, MM. Patrick Balkany, Jean Bardet, Mmes Brigitte Barèges, Sylvia Bassot, MM. Patrick Beaudouin, Jacques Alain Bénisti, Éric Berdoati, Jean-Louis Bernard, Marc Bernier, Jean-Yves Besselat, Jérôme Bignon, Jean-Marie Binetruy, Claude Birraux, Etienne Blanc, Émile Blessig, Roland Blum, Claude Bodin, Philippe Boennec, Marcel Bonnot, Gilles Bourdouleix, Mme Chantal Bourragué, MM. Loïc Bouvard, Michel Bouvard, Mme Françoise Branget, M. Xavier Breton, Mme Françoise Briand, MM. Philippe Briand, Bernard Brochand, Mme Chantal Brunel, MM. Michel Buillard, Yves Bur, Dominique Bussereau, Dominique Caillaud, Patrice Calméjane, François Calvet, Bernard Carayon, Olivier Carré, Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud, MM. Yves Censi, Gérard Cherpion, Dino Cinieri, Éric Ciotti, Pascal Clément, Philippe Cochet, Georges Colombier, Mme Geneviève Colot, MM. Jean-François Copé, François Cornut-Gentille, Louis Cosyns, Édouard Courtial, Alain Cousin, Jean-Michel Couve, Mme Marie-Christine Dalloz, MM. Olivier Dassault, Marc-Philippe Daubresse, Bernard Debré, Jean-Pierre Decool, Bernard Deflesselles, Rémi Delatte, Mme Sophie Delong, MM. Yves Deniaud, Bernard Depierre, Vincent Descoeur, Patrick Devedjian, Nicolas Dhuicq, Éric Diard, Michel Diefenbacher, Jacques Domergue, Jean-Pierre Door, Dominique Dord, Olivier Dosne, David Douillet, Mmes Marianne Dubois, Cécile Dumoulin, MM. Jean-Pierre Dupont, Paul Durieu, Gilles d' Ettore, Daniel Fasquelle, Yannick Favennec, Jean-Michel Ferrand, Daniel Fidelin, André Flajolet, Jean-Claude Flory, Nicolas Forissier, Mme Marie-Louise Fort, MM. Jean-Michel Fourgous, Marc Francina, Pierre Frogier, Yves Fromion, Sauveur Gandolfi-Scheit, Jean-Paul Garraud, Claude Gatignol, Gérard Gaudron, Jean-Jacques Gaultier, Guy Geoffroy, Bernard Gérard, Alain Gest, Georges Ginesta, Jean-Pierre Giran, Louis Giscard d'Estaing, Claude Goasguen, François-Michel Gonnot, Didier Gonzales, Jean-Pierre Gorges, Philippe Gosselin, François Goulard, Michel Grall, Mme Claude Greff, M. Jean Grenet, Mme Anne Grommerch, M. Jacques Grosperrin, Mme Arlette Grosskost, M. Serge Grouard, Mmes Pascale Gruny, Françoise Guégot, MM. Jean-Claude Guibal, Jean-Jacques Guillet, Christophe Guilloteau, Gérard Hamel, Michel Havard, Michel Heinrich, Antoine Herth, Mme Françoise Hostalier, MM. Philippe Houillon, Guénhaël Huet, Mme Jacqueline Irles, MM. Christian Jacob, Denis Jacquat, Paul Jeanneteau, Mme Maryse Joissains-Masini, MM. Marc Joulaud, Alain Joyandet, Didier Julia, Jacques Kossowski, Mme Fabienne Labrette-Ménager, MM. Marc Laffineur, Jacques Lamblin, Mme Marguerite Lamour, M. Pierre Lang, Mme Laure de La Raudière, MM. Pierre Lasbordes, Charles de La Verpillière, Thierry Lazaro, Jean-Marc Lefranc, Guy Lefrand, Marc Le Fur, Jacques Le Guen, Michel Lejeune, Dominique Le Mèner, Jacques Le Nay, Jean-Claude Lenoir, Jean-Louis Léonard, Jean Leonetti, Pierre Lequiller, Céleste Lett, Mme Geneviève Levy, MM. François Loos, Gérard Lorgeoux, Mme Gabrielle Louis-Carabin, MM. Lionnel Luca, Daniel Mach, Guy Malherbe, Richard Mallié, Alain Marc, Jean-Pierre Marcon, Mme Christine Marin, MM. Hervé Mariton, Muriel Marland-Militello, Alain Marleix, Franck Marlin, Philippe-Armand Martin, Patrice Martin-Lalande, Alain Marty, Jean-Claude Mathis, Jean-Philippe Maurer, Pierre Méhaignerie, Christian Ménard, Gérard Menuel, Damien Meslot, Philippe Meunier, Jean-Claude Mignon, Pierre Morange, Pierre Morel-A-L'Huissier, Philippe Morenvillier, Jean-Marie Morisset, Georges Mothron, Etienne Mourrut, Alain Moyne-Bressand, Renaud Muselier, Jacques Myard, Jean-Marc Nesme, Jean-Pierre Nicolas, Yves Nicolin, Bertrand Pancher, Yanick Paternotte, Mme Béatrice Pavy, MM. Jacques Pélissard, Dominique Perben, Bernard Perrut, Étienne Pinte, Michel Piron, Henri Plagnol, Serge Poignant, Mmes Bérengère Poletti, Josette Pons, Sophie Primas, MM. Jean Proriol, Didier Quentin, Michel Raison, Eric Raoult, Frédéric Reiss, Jean-Luc Reitzer, Bernard Reynès, Arnaud Richard, Jean Roatta, Arnaud Robinet, Camille de Rocca Serra, Marie-Josée Roig, Jean-Marie Rolland, Mme Valérie Rosso-Debord, MM. Jean-Marc Roubaud, Max Roustan, Martial Saddier, Francis Saint-Léger, Paul Salen, Mme Françoise de Salvador, MM. Bruno Sandras, François Scellier, André Schneider, Jean-Pierre Schosteck, Jean-Marie Sermier, Fernand Siré, Jean-Pierre Soisson, Michel Sordi, Eric Straumann, Alain Suguenot, Mme Michèle Tabarot, MM. Jean-Charles Taugourdeau, Guy Teissier, Michel Terrot, Jean-Claude Thomas, Mme Marie-Hélène Thoraval, MM. Dominique Tian, Jean Tiberi, Alfred Trassy-Paillogues, Jean Ueberschlag, Yves Vandewalle, Christian Vanneste, François Vannson, Mmes Isabelle Vasseur, Catherine Vautrin, MM. Jean-Sébastien Vialatte, René-Paul Victoria, Philippe Vitel, Gérard Voisin, Michel Voisin, Jean-Luc Warsmann, Eric Woerth, André Wojciechowski, Gaël Yanno, Mme Marie-Jo Zimmermann et M. Michel Zumkeller.

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 17:15

On pourra qualifier le geste de démagogique quand on connait la gabegie dans d'autres domaines mais il faut bien le reconnaitre en ces temps de crise et de méfiance du politique ça touche juste. Maryse joissains a annulé les voeux de la CPA et annoncé qu'elle verserait les 100 000 euros économisés aux Restos du coeur.

 

Au delà du sens du geste on ne peut s'empécher de penser que 100 000  euros pour une petite sauterie ça faisait quand même un peu cher. Et là le geste se retourne loin de rétablir la confiance sur les politiques il ne fait que soulever l'inquiétude sur le niveau de dépense de nos élus... Aïe

 

Ps : Puisqu'elle est lancée Mme Joissains pourrait par cohérence aussi supprimer les buffets gargantuesques post conseils communautaires...Mais là c'est une autre affaire

 

 

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 22:40

Notre territoire crève de son aml développement urbain. Crise du logement, crise foncière, crise des transports....nous sommes au bord de l'asphyxie mais nos dirigeants locaux...ne s'en rendent pas compte.

Alors qu'on aurait envie de crier "Vite la métropolisation...ça urge où nos territoires vont en crever"....eux continuent leurs guerres de clochers. Décidemment nos élus locaux ne sont pas à la hauteur de nos problèmes.

Lu dans La Provence

2013 : Marseille capitale culturelle sans Aix ?

Publié le mardi 14 décembre 2010 Alors que les responsables du projet sont à Bruxelles aujourd'hui, Maryse Joissains persiste et signe. La riposte s'organise

Maryse Joissains ne recule pas: elle se dit prête à créer un événement culturel

Maryse Joissains ne recule pas: elle se dit prête à créer un événement culturel "Aix-en-Provence 2013" si elle n'obtient pas satisfaction sur le dossier de l'université.

Photo Serge Mercier

 

Il y a d'abord eu le coup de sang. Vendredi, quand elle a pris connaissance des statuts de l'université unique, Maryse Joissains a immédiatement retiré la délibération qui devait acter l'entrée d'Aix et du pays d'Aix dans Marseille Provence 2013. Trois jours plus tard, ce n'est plus un coup de sang : c'est de la colère, froide, assortie d'une détermination sans faille... "Personne ne me fera changer d'avis ! Ni Valérie Pécresse (ministre de l'enseignement supérieur), ni le Président de la République!"

Pourquoi assujettir l'entrée dans Marseille-Provence 2013 aux statuts de l'université ?
Parce que nous avons toujours refusé de servir de marchepied. J'ai accepté la fusion des universités à une condition : que le siège de l'université soit en partie à Aix. Aujourd'hui, cette condition n'est pas remplie. Demain, nous allons accepter d'entrer dans MP 2013 et, dans trois ans, nous risquons d'être de nouveau oubliés : à l'heure d'attribuer les fonds, on nous dira que la ville culturelle, c'est Marseille et plus Aix.

Peut-on réellement imaginer que MP 2013 se fera sans la ville d'Aix ?
Tout est encore possible. Nous sommes disposés à rejoindre MP 2013, à condition que la ville d'Aix ne soit pas dépouillée. Or aujourd'hui, avec la décision qui a été prise au niveau des trois universités, nous considérons l'avoir été.

Que demandez-vous ?
Cela fait 600 ans que l'université est à Aix: il n'y a aucune raison pour que cela change. Ce qui était convenu est simple: l'université unique doit avoir un seul siège mais avec deux localisations. La localisation administrative et fonctionnelle à Marseille et la localisation stratégique à Aix. Si nous obtenons ces garanties, nous continuerons à avancer ensemble...

Sinon ?
Sinon, nous ferons Aix-en-Provence 2013! 2013 n'est pas un label et la ville d'Aix n'appartient qu'à nous. Avec l'argent qu'on nous demande, nous pourrions satisfaire tous les projets culturels du territoire. Nous ne souhaitons pas en arriver là… Mais je ne vois pas pourquoi nous ferions des sacrifices alors qu'on cherche à piller la ville d'Aix- en-Provence !

Un nouvel épisode de la rivalité aixo-marseillaise, sur fond de métropolisation...
Aujourd'hui, on essaie de tuer la ville d'Aix au profit d'une métropolisation larvée que tous les maires du territoire refusent. Marseille est une belle ville, avec un maire et des élus formidables... Pour autant, nous n'acceptons pas qu'ils nous marchent dessus. Nous sommes amis, nous avons les mêmes idées politiques, mais Aix passe avant les idées politiques et les amitiés.

Au risque d'être fragilisée politiquement ?
Ce n'est pas Maryse Joissains de l'UMP qui parle, c'est Maryse Joissains, maire d'Aix. C'est pour ça que j'ai été élue : pour défendre mon territoire. Si je cède, sur l'université, après ce sera quoi? La Cour d'appel..? L'IEP..? La solidarité doit fonctionner dans les deux sens : soyez solidaires pour l'université, nous le serons pour MP 2013. Si ils ne l'acceptent pas, nous nous débrouillerons avec nos moyens. Pour la culture et, pourquoi pas, pour l'université.

Une université aixoise... sans Marseille ?
La fusion est entérinée par un acte administratif: si on estime que cela porte grief à la ville d'Aix, on saisira les tribunaux. Je n'ai jamais été intimement convaincue par cette fusion… Je l'ai acceptée à condition que notre spécificité aixoise soit respectée. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas.

 

Damien FROSSARD
Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 17:06

 Le collectif Droite populaire auquel appartient Mme Joissains salue la votation d'ultra droite des suisses qui a voté l'explusion automatique des délinaquants étrangers à la fin de leur peine....

 

Dans leur communiqué ils " ont salué aujourd'hui l'approbation par les Suisses d'un durcissement du renvoi des étrangers délinquants, y voyant "une vraie leçon de bon sens" dont la France devrait s'inspirer.
 

Pour eux "C'est une vraie leçon de bon sens de nos amis suisses administrée à leurs voisins européens confrontés aux mêmes problèmes de délinquance"

 

Pour eux  "les étrangers qui respectent les lois du pays d'accueil sont les bienvenus, ceux qui les violent doivent faire l'objet d'une procédure d'expulsion après avoir purgé leur peine".

 


"La France devra bien, elle aussi, changer sa législation à ce sujet, si elle veut protéger plus efficacement ses ressortissants et les étrangers qu'elle souhaite accueillir. L'application de ce principe aura également une vertu pédagogique et dissuasive à l'égard de ceux qui seraient tentés de confondre hospitalité et laxisme"

 

Ils se joignent ainsi au concert de louange fait par Le Pen et Gollnish...

 

Beurkkk !!!

Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 19:44
On a du mal à y croire tant le ton est violent... C'est sur le blog de Christian Kert...et c'est un scud contre B Genzana et ses "traitrises". Christian Kert spécialiste des médias pour l'UMP..nous donne aussi sa version du journalisme local... Sarko maltraite les journalistes...ça l'a visiblement  inspiré.  A moins que ce soit le climat politique aixois que C Kert se met à découvrir depuis quelques mois...avec son désir de se parachuter sur aix. Il se met donc à l'ambiance locale et sort ses Joisinades...
 
Il y a là une bonne nouvelle la droite locale retombe dans ses divisions..si la gauche n'est pas trop bête elle pourra peut être gagner la XIeme ciconscription... Tout est possible.
 
http://christiankert.over-blog.fr/article-pauvre-bruno-61487234-comments.html#anchorCommentlink
 
 
Lundi 22 novembre 2010 1 22 /11 /2010 12:06

                                                                                      

Y a-t-il des êtres « nés pour trahir » ? C’est la question qu’un sociologue américain se posait, voici quelques années,  dans un livre qui, je crois, portait ce titre. Et il répondait par l’affirmative. Peut être pourra t-il prendre comme cas d’étude le conseiller régional Bruno Genzana qui devint, il y a quelques années adjoint au maire de Maryse Joassains avant de mener une campagne très offensive contre elle, notamment par un affichage commercial payé par l’UMP (un comble puisqu’il se recommande du Nouveau Centre !) ; le même Bruno Genzana qui fut mon suppléant, (et, à ma demande, ne le resta point !)  conduisit une campagne non moins offensive contre son collègue, le premier adjoint au maire d’Aix, Jean Chorro, avant de simuler des retrouvailles lorsqu’il comprit que le combat était perdu d’avance. Toujours Bruno Genzana lâchant en rase campagne ses amis François Xavier de Peretti et Stéphane Salord avec lequel il mena un combat municipal contre la députée maire. Genzana, encore, proposant au leader UMP de Salon, Nicolas Isnard, un deal équilibré qu’il s’empressa de renier sitôt que le poste attendu lui fut acquis. Et j’en oublie. Se recommandant, sans cesse, de son amitié avec le sénateur Jean Claude Gaudin (qu’il fait « parler ») l’homme dirige aujourd’hui ses flèches vers moi car (ô surprise) il estime que la nouvelle 11° circonscription dont je suis le député lui conviendrait bien. Et pour ce faire, les méthodes sont identiques : dénigrement et fausses rumeurs. Notamment en utilisant une presse aixoise complaisante à son égard. Si complaisante d’ailleurs que le « peuple politique » d’Aix s’interroge sur les liens réels qui peuvent unir le conseiller régional et deux au moins des correspondants aixois (j’utilise à dessein le terme de correspondants car j’ai une autre idée du journalisme que celle de la dépendance à autrui, fut elle gratuite ; ce sur quoi, d’ailleurs, on peut s’interroger). Pauvre Bruno, isolé dans ton combat : la vie tout court, et la vie politique en particulier, valent beaucoup mieux que cela. Plus d’honneur et plus de dignité.

Par Christian Kert
Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 20:57

On savait Maryse Joissains proche de la droite extrême en tant que membre du collectif Droite populaire dont certains membres avaient mis il y a quelques semaines sur la table une possible alliance UMP / FN. On connaissait les attitudes et propos de Maryse Joissains dont la tonalité et le contenu flirtaient régulièrement avec la droite extrême. On ne pouvait pas ne pas remarquer la bizarre absence à plusieurs scrutins successifs municipaux de liste d'extrême droite à Aix... et bien voilà que l'on passe à l'étape suivante, le recyclage d'anciens élus d'extrême droite.  A moins que ce soit, lachée par ses amis UMP (voir le bordel et la défiance à la CPA), la solitude qui pousse Mme Joissains à chercher de nouveaux amis ???

  

La nouvelle tournait dans la ville depuis quelques jours mais on osait y croire. La Provence confirme ce jour, Damien Bariller ex leader FN puis ex bras droit de Bruno Megret au MNR, puis leader MPF aixois a été embauché par un organisme de la ville, la SEMEPA.

 

ps : La façon dont l'adjoint aux fiances d'Aix évacue la question fait froid dans le dos.

 

A lire dans LA Provence du 11 novembre.

Un ex-baron du FN à la communication de la Société d'économie mixte de la Ville

Publié le jeudi 11 novembre 2010 à 17H36

 

"Nous, les libéraux, on est large d'esprit. Et puis, il n'est pas FN, il était au MNR". Gérard Bramoullé, président de la Semepa, a le sens de la nuance. N'empêche, il confirmait hier la nomination à la direction de la communication de la société d'économie mixte de la Ville, de Damien Bariller. 

Cet Aixois s'est engagé tout jeune dans les rangs du Front national avant de faire partie du tout premier cercle de Bruno Mégret, époque MNR. Il s'est reconverti ensuite du côté du MPF de Philippe de Villiers dont il fut responsable départemental. Ancien conseiller régional, conseiller municipal FN à Aix de 95 à 2001, tête de liste  à la municipale de 2001, c'est lors de la législative de 1993 dans la circonscription de Gardanne, qui laisse son nom dans l'histoire politique locale : son maintien au second tour - qui aurait été négocié par l'ancien ministre de la Ville auprès de Le Pen - permet la victoire de Tapie.

 

Repost 0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 09:22

 

 

 Maryse Joissains fait partie de la "Droite populaire" au sein de l'UMP, comprenez droite ultradroitière, avant garde réac de la Sarkozie décadente. Elle fait donc des propositions de loi. Voici celle écrite par Madame à l'assemblée nationale le 29 juin 2006 :

 

La proposition :

 

http://www.assemblee-nationale.fr/12/dossiers/procedure_expulsion_gens_voyage.asp

 

Le texte :

 

http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3231.asp

 

 

 

N° 3231, PROPOSITION DE LOI de Mme Maryse JOISSAINS-MASINI

 

ASSEMBLÉE NATIONALE 

 

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 28 juin 2006.

 

visant à renforcer la procédure d’expulsion des gens du voyage,

 

(Renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

Mesdames, Messieurs,

 

Les débordements des gens du voyage, constatés depuis des années dans les communes et les départements se reproduisent d’une manière incessante, et ceci, bien que des aires de stationnement leur soient réservées. Installés n’importe où, ils commettent des actes de dégradations, sur le domaine public ou privé, en se branchant, trop souvent, illégalement sur des circuits électriques publics ou privés, en cassant les bornes d’eau et en commettant des chapardages ou actes de malveillance dans les zones occupées.

 

En mettant en œuvre des mesures pour lutter contre les dégradations qui résultent des occupations de terrains publics ou privés, la loi n° 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure, insérant un article 322-4-1 du code pénal, a crée une nouvelle infraction pénale qui réprime l’installation illicite en réunion sur un terrain appartenant à autrui. Toutefois, la mise en œuvre de ces dispositions est subordonnée à l’application du schéma départemental d’accueil et à l’habitat des gens du voyage, prévu par la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage, pour les communes qui y sont inscrites. À ce titre, la loi pour la sécurité intérieure incitait à la réalisation des aires d’accueil prévues dans les schémas départementaux. L’accélération de l’aménagement de ces équipements qui devait résulter de ces dispositions aurait dû être accompagnée d’une réduction concomitante de la fréquence des occupations illicites et en conséquence, de ces dégradations. Cela ne semble pas être le cas, c’est pourquoi, je vous demande, cher(e) collègue, de voter le dispositif suivant ;

 

PROPOSITION DE LOI

 

Article 1er

 

Les gens du voyage sont uniquement autorisés à stationner sur les emplacements prévus à cet effet.

 

Article 2

 

Lorsque cet emplacement existe dans la commune soumise à la loi, leur expulsion du terrain privé ou public envahi sans autorisation pourra intervenir sur simple production d’un acte de propriété – de la commune ou du particulier ou de tout acte officiel permettant d’établir la propriété, privative, publique ou privée – au magistrat saisi pour l’expulsion.

 

Article 3

 

Le magistrat sera saisi par voie de requête et devra, sur présentation de l’acte ou des documents similaires, ordonner l’expulsion dans les trois jours de sa saisine.

 

Article 4

 

Les policiers municipaux et toute personne assermentée pourront procéder à l’expulsion de moins de dix caravanes.

 

Article 5

 

Si l’expulsion concerne plus de dix caravanes, le Préfet saisi pour expulser, devra mettre en place la force publique dans les quarante huit heures de sa saisine.

 

 

 Sarkozy reprend cette philosophie intolérante pour faire oublier la crise économique et l'affaire Woerth / Bettencourt. On a donc droit à l'expulsion à Aix de quelques Roms.

 

 

L'expulsion de Rom par les forces de police d'Aix-en-Provence

 

http://www.laprovence.com/article/region/a-aix-operation-expulsion-de-roms-traverse-de-la-vierge-noire

 

 

Heureusement que quelques autorités morales refusent cette stigmatisation des plus faibles.



Le Figaro rapporte !!

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/22/01016-20100822ARTFIG00078-roms-deux-hommes-d-eglise-denoncent-les-expulsions.php

 

Lors de sa visite jeudi dans un campement de Roms, Mgr Dufour a assisté à l'arrivée d'un important détachement de policiers. Des caravanes ont été détruites. L'archevêque d'Aix s'indigne : « Ce terrain appartient à Direction des routes. Il n'y a aucune mesure d'expulsion dessus. Il y a des gamins que j'allais faire scolariser à la rentrée. Je demande le respect des personnes et de leur dignité, dans le cadre de la loi française. Les discours sécuritaires qui peuvent laisser entendre qu'il y a des populations inférieures sont inacceptables. Ces personnes, citoyens européens, vivent pour la plupart paisiblement ici, un certain nombre depuis de longues années.»



Madame Joissains qui passe son temps à manifester de manière ostentatoire sa foi catholique ferait bien, plus que de s'en servir d'un argument éléctoral, de s'en inspirer quelques fois. Mais décidemment cette ultra droite est prête à tout instrumentaliser.

 

 

 

Repost 0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 09:08

Toujours dans l'interview de la Provence de ce samedi. Joissains se sent mal quand elle voit un drapeau algérien....

 

algerie.jpg

 

La Provence: Au plan national, quel est le sens de votre engagement dans le collectif Droite populaire?

 

M Joissains: J'ai un profond respect pour tous les pays du monde à l'exception de ceux qui pratiquent la torture. Mais j'estime que quand on est Français, on a des droits et des obligations. Je me sens mal quand je vois le drapeau algérien déployé sur notre sol. Il faut respecter les valeurs de la République. Et je ne reconnais à personne le droit de critiquer mon pays.

 

 

Décidemment cette droite Beurk

Repost 0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 09:04

On n'en a pas fini avec Joissains. Pour preuve sa dernière interview à la Provence

 

tatie danielel

 

La Provence: Vous représenterez-vous devant les électeurs lors des prochaines municipales?

 

M Joissains : Je suis candidate jusqu'à 100 ans, tant que je suis en bonne santé!

Repost 0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 17:24

 

Le Conseil d'État vient de rejeter le recours en annulation de l'élection de Maryse Joissains. La députée-maire UMP d'Aix-en-Provence est confirmée dans son éléction. 

 Le règne de Joissains durera encore 4 ans...au moins.

 

Repost 0