Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 21:01

 

Et vous qui pauvres naifs croyiez que c'était fini...

horaires

 

Finalement ils sont taquins à la mairie d'Aix....

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 20:06

Lu dans La Provence.

Encore du "haut niveau" à Aix

 

Pays d'Aix Habitat : la directrice de l'office a été suspendue



Publié le mercredi 26 décembre 2012 

Des fautes seraient reprochées à Mireille Mantot. Pour la directrice générale depuis 2009, c'est un "complot injuste"

Mireille Mantot avait été mutée de la direction du CCAS à celle de Pays d'Aix Habitat, en 2009.

Mireille Mantot avait été mutée de la direction du CCAS à celle de Pays d'Aix Habitat, en 2009.

Photo Sophie Spiteri

 

Une sacrée poigne. Un sacré tempérament. Voilà ce qui saute aux yeux quand on rencontre ou côtoie Mireille Mantot. Début 2009, elle avait été présentée par Maryse Joissains comme une "fonctionnaire de haut niveau", à la hauteur de la tâche, pour reprendre les rênes de Pays d'Aix Habitat, déjà secoué par plusieurs difficultés.

Il faut dire qu'elle était, depuis 2001, rien que la 6e personne à occuper le poste de directeur général (DG) de cet office qui gère 5 400 logements sociaux dans le pays d'Aix. Trois ans plus tard, Mireille Mantot vient de se voir signifier sa suspension. Décision du président du conseil d'administration : "Je l'ai suspendue sur avis des membres administrateurs du bureau, avis donné à l'unanimité des membres présents. Cette suspension, qui n'est pas une sanction mais une disposition administrative, la maintient hors de sa fonction, tout en maintenant son salaire", précise Maurice Chazeau, le président de l'Office, interrogé par La Provence.

"Procédure en cours"

Mireille Mantot reste, pour l'heure, comptabilisée dans l'effectif du bailleur. "En ma qualité et pour l'heure, je ne peux m'exprimer sur le contenu des fautes qui lui sont reprochées, dans la mesure où une procédure est en cours, avec à terme, une décision à venir du conseil d'administration", poursuit le président.

Selon des informations recueillies par La Provence, un entretien serait fixé début janvier, entre Mireille Mantot et le CA. De bonne source, il s'agirait d'un entretien préalable à son licenciement. Les manquements évoqués concerneraient tout d'abord ses statut et contrat. Elle était, jusqu'au printemps 2012, directrice générale dans le cadre d'un détachement de la mairie avant de faire une demande de droit à la retraite, laquelle aurait mis fin à son détachement de manière unilatérale.

Durant plusieurs mois, a-t-elle donc signé des documents sans être, juridiquement, encore DG de l'office ?

Des travaux dans son appartement

Parmi les autres interrogations la concernant, il est question de travaux engagés dans le logement que loue madame Mantot au bailleur social, et qui lui a été accordé par la commission d'attribution. Un T4 avec terrasse situé à Lambesc et déconventionné, dont le CA avait voté la baisse du montant du loyer (libre) à compter du 11 janvier 2011 (à l'instar d'autres logements situés dans cette résidence, Le Panoramique, gérée par Pays d'Aix Habitat).

Quels travaux ? De la plomberie sur une fuite d'eau (facturé à l'office pour 673€). Et un pare vent sur la terrasse, pour une somme qui dépasserait 10 000€, et ce, sans bon de commande, ni facture, ni bon de réception, glisse une source à l'office. L'office aurait supporté l'installation du pare vent.

Carte bancaire placée sous séquestre

Autre problème soulevé : les modalités de sa rémunération et le paiement de ses congés payés sur un compte épargne temps. Pour lequel le CA aurait été saisi. Par ailleurs, selon nos informations, la carte bancaire attribuée par l'office à Mireille Mantot pour ses frais professionnels, a été placée sous séquestre par le président. A-t-elle été trop largement utilisée ? Maurice Chazeau s'est refusé à commenter les dépenses de la directrice. Dont le salaire mensuel avait été augmenté par rapport à ses prédécesseurs, par délibération du CA, à 9 500 euros environ.

"Des pressions"

Les méthodes managériales de la directrice générale sont aussi pointées du doigt. Au sein de l'office, on parle depuis des mois de "pressions", d'une "cour rapprochée" et, au travers de certaines personnes embauchées par la DG, de comportements à la marge, voire même de pressions exercées sur des agents et des locataires. Un intendant de l'office, recruté par la DG, est aujourd'hui présenté comme"l'homme à tout faire de madame Mantot", sorte de... fondé de pouvoir énergique aux méthodes relativement musclées, confie une source qui tient à garder son anonymat.

"Aucun élément avéré"

Autant d'éléments dont se défend la principale intéressée, via son conseil, Me Olivier Grimaldi. Celui-ci, contestant l'ensemble des griefs formulés, répond que la rémunération et le statut de la directrice sont parfaitement réguliers. "Concernant la rémunération, elle était prévue par son contrat. D'ailleurs je ne comprends pas comment on peut invoquer des griefs contre madame Mantot, alors que son contrat a été passé le 19 juillet 2012, voté à l'unanimité."

Pour les travaux, Me Grimaldi précise : "Un pare vent n'a jamais été considéré comme un embellissement". Surtout, selon Olivier Grimaldi, ce ne sont que des "dénonciations et calomnies, sans qu'aucun élément ne soit avéré. Pire encore, certains éléments soulignés dans la lettre de licenciement ne sont même pas évoqués dans le dossier. Sa lecture établit que deux administrateurs sont à l'origine de cette procédure. Il faudra déterminer leurs intérêts respectifs".

Mireille Mantot : "Je ne comprends pas"

Pour Mireille Mantot, contactée par nos soins, tout cela ne serait que "complot du président et d'une administratice. Injuste ! Comme si j'avais attendu 64 ans pour devenir une voleuse ! Je ne comprends pas. J'ai redressé l'office, remis les comptes à flot, j'ai un bilan. Bilan sur lequel on a voté mon quitus. J'ai réussi à faire baisser les charges de 5 % pour tout le parc. Il n'y a plus de problèmes de charges ! J'entends que mon honneur soit rétabli. Maryse Joissains m'a toujours fait confiance, elle m'a dit qu'elle ne voulait pas que je parte !"

Pour autant, l'inquiétude règne à l'office, comme en témoigne Nathalie Leconte, administratrice depuis de nombreuses années. "Je ne suis pas élue de la Ville, dit-elle, ni par une quelconque institution. Désignée par les locataires, siégeant au sein du CA, cela me donne une responsabilité vis-à-vis des locataires de l'office. Ma priorité, c'est que les locataires aient le service qu'ils méritent et le respect auquel ils ont droit de la part des cadres de Pays d'Aix Habitat".

Énième épisode pour l'office, donc. "Mais il continue à exister et fonctionner de façon remarquable, grâce à la compétence et la conscience professionnelle des directeurs et chefs de service", assure Maurice Chazeau.

 

Séverine Pardini

Repost 0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 22:08

 Maryse Joissains nous avait promis du changement. Battue aux législatives de juin 2012, elle nous avait annoncé que maintenant elle allait s’occuper à 100% d’Aix. On allait voir ce qu’on allait voir. La plupart n’ont pas pris au sérieux le propos, d’autres commençant à la connaître ont tremblé…. Ils avaient raison Aix a connu une fin d’année 2012 chaotique. Deux dossiers parmi tant d’autres illustrent ce chaos les transports et la gestion de la police municipale.

 

Aix en Bus en folies….

 

Dans une logique de moins disant social, la ville avait attribué à l’été 2011 le réseau des bus aixois à Kéolis, dans le cadre de la nouvelle Délégation de Service Public et ce contre l’offre de Véolia ancien délégataire. Dès juillet 2012 l’affaire a coincé. De nombreux aixois ont découvert que des lignes avaient disparu, que certaines lignes étaient rallongées et de ce fait leurs fréquences diminuées, que certains quartiers avaient été oubliés et que les temps d’attente s’étaient accrus…le tout avec une information inexistante quand elle n’était pas contradictoire… Maryse Joissains nous annonça alors que l’on allait concerter et refaire le réseau pour la rentrée de septembre. Elle prenait personnellement en charge le dossier. C’est donc en septembre de nouvelles lignes et de nouveaux horaires tout aussi farfelus sont apparus, soulevant immédiatement encore plus l’ire des aixois. Après maintes plaintes et courriers Joissains annonça du nouveau pour novembre… et c’est donc mi décembre que nous avons eu le nouveau-nouveau réseau. C’est dans ce chaos toujours pas terminé que les aixois vivent depuis 5 mois leurs transports en commun…  Il aura fallu plus de 3 mois de chaos et de désordre pour que Mme Joissains accepte revoit sa copie et se mette à concerter la population et les CIQ pour proposer un nouveau plan du réseau.  Car tout avait été fait « au mépris de tous les acteurs impliqués et des réunions de concertation attendues »  comme le signifia la présidente de la fédération des CIQ. Loin d’être réglé en décembre le désordre continue donc. Mais rien n’est réglé car aujourd’hui ce sont les syndicats de salariés de Kéolis qui le jour de la mise en place du nouveau-nouveau réseau ont débrayé. Ils ont remarqué que la nouvelle version du réseau ne peut pas fonctionner: « Ce plan du réseau après s’être fait sans la concertation des citoyens s’est aussi fait sans la concertation et la prise en compte des conditions de travail des salariés et leur savoir faire. » Les syndicats indiquent donc que les nouveaux « temps de parcours des bus n'ont aucun sens et sont irréalisables ». Ils ont  aussi estimé que les grilles de salaires étaient injustes. Depuis presque 5 mois Joissains a semé le chaos dans les transports…On n’est pas sûr d’être ravi qu’elle soit maire à plein temps.

aix en bus

 

Police municipale : l’insécurité de la gestion de l’équipe Joissains

 

J’avais déjà évoqué en janvier dernier le rapport de la chambre régionale des comptes qui fustigeait la gestion par Maryse Joissains et son équipe de la police municipale pour son activité des années passées. http://cyril-dimeo.over-blog.com/article-le-resume-du-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-sur-la-gestion-de-la-securite-a-aix-97371978.html.

bagarre joisains bis

 Les critiques étaient sans appel, faisant état de nombreux dysfonctionnements organisationnels et financiers. Voilà quelques extraits du rapport de l’époque : «  Aucune politique globale de lutte contre l’insécurité et de prévention de la délinquance n’a été formalisée et aucun bilan véritable de la politique de sécurité n’a été établi. » C’était aussi la gestion financière qui était épinglée : « La commune ne dispose pas d’un système de comptabilité analytique permettant une connaissance du coût réel de sa direction de la sécurité. En 2009, les dépenses relatives à la sécurité représentent environ 3 % du budget de la collectivité. Elles sont restées relativement stables sur la période. » et « En matière de lutte contre l’insécurité et de prévention de la délinquance, des outils contractuels ont été mis en place dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale d’Aix-en-Provence. En effet, le suivi du contrat local de sécurité (CLS) adopté en 1999 n’a pas été assuré et le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) a été dissous. » Malgré ces remarques la situation a continué à dysfonctionner en 2011. C’est ce que révèle une enquête interne  du cabinet AFL Conseil que dévoile de manière fracassante La Provence.

http://www.laprovence.com/article/actualites/aix-pourquoi-la-police-municipale-a-frole-limplosion

 Les mots sont violents….presque autant que ce que vivent certains salariés municipaux : "Situation paroxystique", "l'inefficacité collective", "le management décrédibilisé dans les dernières années dans la suite d'une pratique plus instinctive que professionnelle", "l'impasse", et "les immobilismes individuels et corporatistes". Malgré le rapport précèdent de la chambre régionale des comptes les dysfonctionnements ont donc continué "le directeur de la sécurité n'a pas pu fournir d'organigramme de sa direction ou décrire spontanément le fonctionnement de sa direction qui semble plus exister par le titre de son directeur que par la réalité de son fonctionnement". "De fait, les services ASVP  fonctionnent de manière relativement voire totalement autonome et il peut arriver que les services (PM et ASVP) se retrouvent en concurrence sur certains moments ou certains lieux de la Ville". La gestion du personnel est stupéfiante : "la promotion de 14 chefs de service (en 2010) a amené le directeur de la sécurité à créer des postes où ces (nouvellement nommés) catégorie B ne sont plus dans des fonctions opérationnelles et présentent dès lors une efficience discutable pour la Ville". « Au niveau de la base, les agents regardent ce qu'ils appellent une lutte de pouvoir qu'ils traduisent par de l'incompétence avérée au point que certains agents expliquent qu'ils se présentent à l'examen de chef sans aucune préparation ni aucun apprentissage". » « la plupart des évènements, débordements, infractions qui ont été décrits par les agents ou la hiérarchie ont fait l'objet d'un traitement interne au service, créant des sentiments diffus d'impunité, de couverture mutuelle et d'injustice selon les cas ». Cette désorganisation et cette mauvaise gestion est imputable à Maryse Joissains, son cabinet et son élu à la sécurité qui a recruté le directeur de la police municipale et a malgré la saisie des syndicats ou salariés laissé cette situation perdurer depuis plusieurs années. Force est de constater que même pour la sécurité Madame Joissains n’est pas compétente et met du désordre à Aix.


Désordre et inefficacité dans  la gestion de MP2013, dans l’exposition Camus qui après Benjamin Stora, a perdu Michel Onfray comme commissaire d’exposition faisant d’Aix la risée des médias nationaux, désordre dans gestion de l’office HLM. On pourrait multiplier les exemples à l’envie.

En cette fin d’année 2012 Maryse Joissains a mis la ville en chaos debout et affirme dans les journaux locaux qu’elle a un bilan « extraordinaire »…. Espérons que 2013 ne sera pas pire.

bilan extra

Bonne fin d'année malgré tout et bonnes fêtes

Repost 0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 15:12

 

Abus

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 21:41

Non

 

  poisson

Repost 0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:11

 Il est des îles trop petites pour contenir l'ambition de leurs résidents. C'est le cas de la Corse qui nous envoie donc Alexandre Guillaume Tollinchi (AGT pour les lecteurs de son site). Ce  partisan d'un patriotisme corse de droite semble avoir décidé de poser ses valises dans la vie politique aixoise où il fait déjà des visites de terrains http://www.tollinchi2011.com/phototheque/14-2/link.... Pour découvrir le personnage vous pouvez consulter son site: http://www.tollinchi2011.com link

 


Admirateur de Nicolas Sarkozy, au style berlusconien,  le jeune politique a accroché une autre idole à son panthéon.. Maryse Joissains. Après une liste impressionnante d'ouvrages déjà publiés dont celui ci : coup de gueule d'un sarko féministe,

 

AGT
 il devrait  sortir en décembre un ouvrage pour un plaidoyer autour du bilan de Maryse Joissains et de sa "brillante " carrière.

 

Il entend aussi défendre "l'honneur d'Alain Joissains". Rien de moins.  Le bougre sait flatter là où c'est important et a en tout cas compris où était le pouvoir à Aix. Dans son ouvrage il nous annonce qu'il remet à sa place les opposants à Joissains "qu’il qualifie tour à tour de “bateleurs” (illusionnistes) ou de “taureaux aux cornes d’escargots qui se rétractent quand on les touche“."(sic). On attend donc avec impatience l'exercice de flagornerie et la bave sur les chaussures de Maryse Joissains qui ne sera pas celle des escargots de l'opposition.

 

http://www.tollinchi2011.com/2012/11/20/tollinchi-sort-un-livre-sur-maryse-joissains-masini-et-sur-son-bilan-depuis-2001link

 


 


Repost 0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:00

Mme Joissains a trouvé son nouveau et unique thème de campagne pour 2014...le refus de la métropole.Elle a donc sali la façade de l'hotel de ville avec cette horrible banderole. 

 

Tel un pompier pyromane, Mme Joissains qui n'a réalisé aucun SCot (Schéma de cohérence territoriale) ni PDU (plan de déplacement urbain) pour la pays d'Aix, qui a refusé de siéger et participer au syndicat mixte des transports proposé par le  CG13 et qui n'a toujours pas de PLU (plan local de l'urbanisme) après 11 ans de mandat....c'est à dire a bloqué tout développement harmonieux, raisonné et concerté du territoire essaye maintenant de s'opposer à la tentative de solution du bordel qu'elle a créé. 

 

 

aix contre la métropole, qui n

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 15:38

 

Elle ose tout....

bilan extra

 

Un bilan "extraordinaire"....les aixois apprécieront.

Repost 0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 15:24

 

 

A Aix ce n'est pas le chaos que dans la politique des transports et de l'urbanisme. C'est aussi le bordel dans la politique culturelle. Pour preuve après l'éjection de Benjamin Stora de l'expo Camus, c'est au tour de Michel Onfray de jeter l'éponge et d'annoncer qu'il ne prendrait pas en charge cette exposition....


C'est ça le bilan "extraordinaire " de Mme Joissains....Mais comme le dit la presse Mme le maire n'est pas au courant.

 

Y a t'il encore un pilote dans l'avion ?????

 

Michel Onfray ne sera pas le commissaire de l'exposition consacrée à Camus

Le Monde.fr  15.09.2012

 

Le philosophe Michel Onfray a indiqué vendredi sur son compte Twitter qu'il ne signerait pas la convention qui aurait fait de lui le commissaire de l'exposition consacrée à Albert Camus qui doit se tenir à Aix-en-Provence en 2013.
 

Une information confirmée samedi matin par le philosophe auprès de l'AFP. La mairie d'Aix-en-Provence a indiqué samedi n'être au courant de rien.

Il ne s'agit pas du premier rebondissement pour cet événement qui doit être présenté à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à partir du 7 novembre 2013, jour où l'auteur de "La Peste" aurait eu 100 ans, dans le cadre de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture.

Initialement confié à l'historien spécialiste de l'Algérie Benjamin Stora, le projet avait été annulé au mois de mai. La fille de l'auteur, Catherine Camus, qui gère l'oeuvre et le fonds de son père, avait expliqué n'avoir pas reçu dans les délais la liste des documents requis pour l'événement.

 POLÉMIQUE APRÈS L'ÉVICTION DE STORA

Début août, la maire d'Aix-en-Provence et présidente de la communauté du pays d'Aix (CPA), Maryse Joissains-Masini, a annoncé avoir rencontré Michel Onfray, auteur de "L'ordre libertaire: la vie philosophique d'Albert Camus", qui lui a soumis un projet et un synopsis centrés sur la vie et la pensée d'Albert Camus.

Le philosophe avait ensuite confirmé avoir accepté de devenir le commissaire de cette exposition. "Je n'ai accepté le commissariat de cette exposition que dans la mesure où il préludait à la pérennisation de ce travail dans un 'Musée Albert Camus' -ce qui a été accepté par Mme Joissains", avait alors tenu à souligner Michel Onfray.

A la suite de la polémique suscitée par l'éviction de Benjamin Stora, M. Onfray a pris la plume pour "répondre à ses détracteurs" dans le Nouvel Observateur daté du 13 au 19 septembre, où il écrit: "on me fait personnellement le mauvais procès de prétendre que je serais le candidat (...) de l'extrême droite, de l'OAS, des petits Blancs, du colonialisme, de l'Algérie française".

Il déplorait également dans cet article que la ministre de la culture Aurélie Filippetti ait annoncé retirer la subvention destinée à cette exposition sans lui téléphoner pour prendre connaissance de son projet. Toutefois, le philosophe n'indiquait pas dans Le Nouvel Observateur envisager abandonner le projet.

Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 22:16

 

Joissains sait qu'elle a un mauvais bilan. Elle sait qu'il manque un vrai projet pour l'avenir urbain d'Aix. Joissains s'est rendu compte qu'elle s'était coupée de la population (se faire huer par 200 personne en réunion publique ça secoue). Joissains a constaté l 'échec des législatives et le désaveu territorial qui allait avec. Joissains se rend compte qu'elle plante projets sur projets, (echec changement du reseau de bus, echec déplacement ecole d'Arc, échec du PDu, incapacité à faire un SCOt.....etc...). Elle se dit donc que pour gagner il faut être....contre joissains. Elle est donc candidate à la primaire de sa propre opposition. 

fou

 

Est on dans la tentative de décrédibilisation de l'idée de primaire qui la menace ???? Est elle dans la pathologie.... ???? Peut être un peu des deux.

 

ps à moins que ne se sentant même plus légitime dans sa  propre famille politique elle appelle à des primaires de la droite ????




Lu dans La provence

Maryse Joissains : "S'il y a des primaires à Aix, je serai candidate"

Publié le jeudi 13 septembre 2012 à 15H43

Maryse Joissains postulera, en 2014, pour un troisième mandat à la mairie d'Aix. La présidente UMP de la Communauté du pays d'Aix, battue aux législatives en juin dernier, sait que le combat sera rude. Ses opposants réfléchissent à l'organisation d'une primaire à gauche pour déterminer leur champion. L'élue bondit sur l'occasion : "S'il y a des primaires à Aix, je serai candidate". L'argument ? "Je ne vais pas laisser les gens débattre et monopoliser les discussions dans les médias".

Au cours d'un long entretien accordé à La Provence, elle évoque les grands dossiers en cours dans la ville, revient sur sa défaite aux législatives, et explique sa préparation à l'élection de 2014.
Repost 0