Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 14:23
En ces temps où les bonnes nouvelles progressistes  ne sont pas si nombreuses.. en voilà une à mettre sous le sapin.

La ville de Mexico autorise le mariage homosexuel

Une "première" en Amérique Latine : la ville de Mexico a autorisé lundi 21 décembre le mariage homosexuel. Les députés de l'Assemblée du District fédéral mexicain, autrement dit de la capitale, ont du modifier l'article du code civil local qui spécifiait jusqu'à présent que "le mariage est l'union librement consentie entre un homme et une femme", a-t-on appris auprès de l'Assemblée. Le mariage homosexuel a été approuvé "par 39 voix en faveur de la proposition, 20 contreDavi Razu, principal défenseur du projet. La municipalité de Mexico est présidée par un maire de gauche, Marcelo Ebrard, du Parti de la révolution démocratique (PRD), et l'Assemblée du gouvernement du District fédéral compte 66 députés, dont 42 du PRD ou apparentés.

NOUVELOBS.COM | 22.12.2009 
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 21:26

Pour mieux préparer les bacheliers ES à la poursuite d’études supérieures, Chatel baisse l’horaire de SES de 34,6% !

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 21:17
Le ton est d'une violence rarement égalée. Peillon qui croyait piquer le courant de Segolène se fait blackbouler... It's no good ? Iznogood ? Ils veulent qu'on perde en 2012 et que Sarko continue à détruire la France c'est pas possible. Le gouvernement  dans le plus pur esprit de la droite extrême nous parle de mariage gris pour les mariages mixtes, hortefeux nous parle de ces maghrébins qu'il ne faut pas trop nombreux, Raoult invente le devoir de réserve pour les écrivains de couleur qui critiquent le gouvernement...... le népotisme règne en maitre,  ils inventent un mode de scrutin à un tour qui insulte la démocratie, prêts à tout marchandiser ils inventent les primes pour assiduité à l'école, ils fiscalisent les indemnités maladies, ils détruisent le service public d'aide aux chômeurs..ils allègent les impôts pour les entreprises avec la réforme de la TP, ils permettent l'ouverture des commerces  le dimanche... et la seule chose que les socialistes trouvent à dire c'est ça !!!!

A quand une gauche responsable et crédible ??? Vite !!!


Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:50

Voilà ce qu'on trouve sous la plume de B Langlois dans Politis cette semaine sur l'affaire Polanski (juste le viol d'une jeune fille de 13 ans...)

"On peut aussi se poser quelques questions au sujet de cette Lolita dont les charmes firent déraper le cinéaste, et que personne n’obligeait à se rendre en sa seule compagnie en un appartement désert pour y poser seins nus (c’est elle qui raconte) devant son objectif : l’ingénuité aussi a des limites. "

Beurkkk.. On croit rêver...c'est l'argument macho classique sur ces femmes violées qui l'ont bien cherché les salopes... Après la défense de penseurs de la nouvelle droite comme  De Benoit,   après la défense de Jean Ziegler ami des droits de l'homme façon Kadhafi, (oui mais aniti américain)  après la défense récurrente du relativisme culturel de Serge Latouche qui écrit qu'on peut bien vivre avec 600 euros par mois si on suit le Tao de l'écologie, après les publications répétées de tariq Ramadan en son temps (FSE), après le blanchiment  d'Hubert Vedrine sur le Rwanda...(oui mais anti américain) Politis est  il encore un journal défendant les valeurs de gauche ? On se demande. L'anticapitalisme et l'anti-impérialisme en ce moment ne sont plus en rien les garants de convictions de gauche. Il me semble que tout ceci n'est que la pente naturelle d'une certaine gauche qui a abandonné le libéralisme politique et l'universalimse de ses principes...Tout est donc devenu possible.

Politis est tombé bien bas. On espère une réaction de la rédaction et des forces de gauche "amies " du journal qui défendent des valeurs féministes.
 
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 09:17
On trouve des merveilles sur internet. Pour preuve ce très bel article qui au moment des affaires Polanski et Mitterrand nous rappelle qu'être de gauche c'est laisser émerger la subjectivité des dominés et non écouter avec compassion le soliloque des maquignons de la sexualité .

http://peripheries.net/article324.html link

On lira avec interet l'article de Didier Lestrade sur ce sujet.

 http://didierlestrade.blogspot.com/2009/10/le-chapitre-11.html
  link

Ps Merci à JPD de m'avoir signalé cet article.
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 21:33
Je viens (avec un peu de retard car je suis un peu débordé) de lire les éditos de Fottorino dans Le Monde et de Joffrin dans Libération sur l'affaire Mitterand.. Déjà sur Polanski j'avais trouvé la couverture médiatique odieuse. Mais dans quel monde vivent ces gens là ??? Comment blanchir des comportements aussi odieux ?  Les extraits du bouquin de Mitterand sont on ne peut plus clairs sur ses relations avec les "gosses"...qu'il essaye de faire passer à la télé pour des boxeurs de 40 ans...(il  se fout vraiment de notre gueule). Voilà que des attitudes abjectes sont légitimées et euphémisées par les grands quotidiens nationaux...c'est à tomber à la renverse.

Evidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur les commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. Je m’arrange avec une bonne dose de lâcheté ordinaire, je casse le marché pour étouffer mes scrupules, je me fais des romans, je mets du sentiment partout; je n’arrête pas d’y penser mais cela ne m’empêche pas d’y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément. [..]  Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide; il leur arrive aussi de ramasser des dingues et un Occidental de passage qui paraît encore relativement jeune, ça ne cadre pas avec la clientèle ordinaire; à mon âge, dans cette ville, on se trouve un darling gratuit quand on bénéficie du prestige et des privilèges de l’étranger, quitte à lui payer un walkman avant de repartir.


Extraits de «la mauvaise Vie» - chez Pocket - Robert Laffont


Quant à la gauche heureusement que Montebourg, Hamon, Valls sauvent l'honneur car que dire des déclarations des autres leaders  qui refusent de condamner clairement ce qui choque le moindre citoyen doué de bon sens, à la lecture de ces lignes horribles. ?? Un tel refus de condamner ces actes laisse pantois. Quant à l'argument selon lequel ce serait de l'homophobie c'est à tomber de l'armoire.. car c'est Mitterand qui fait un mal redoutable aux homosexuels en incitant à cette confusion abjecte entre pédophilie, prostitution et homosexualité. Quant au  fait que le FN ait amorcé cette dénonciation ne justifie pas que l'on s'en détourne... Lorsqu' il y a un incendie, ce n'est pas parceque c'est un responsable du FN qui signale le feu que l'on se refuse à envoyer les pompiers !! Sauf à être devenus complétement stupides ! Et on ne peut que regretter  que d'autres (à gauche) n'aient pas été plus vigilants....

Vivement qu'il y ait un coup de balai dans cette classe politique  et dans ces médias qui ont oublié le minimum des règles de morale. Ils ne font qu'alimenter le discrédit de nos élites qui n'en ont pas besoin dans ces temps de  regression générale de la démocratie sous le
sarkozysme triomphant.

PS Heureusement que Marianne sauve l'honneur  sur ce sujet.
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 22:10

Payer les élèves qui viennent en classe.. Un moment de perplexité me saisit ...... A quand les élèves  menaçant leurs camarades des classes concurrentes pour pousser à l'absentéisme ? A quand les places de spectacles du Crazy Horse pour pousser les élèves à avoir de bon résultats ? Jusqu'où ira le mécanisme ??

Outre le caractère régressif de la proposition sur le plan culturel....on ne peut que s'inquiéter de cette marchandisation de l'école. Mais jusqu'où ira ce gouvernement ???

Absentéisme : des places de foot pour motiver les élèves

Flore Galaud (lefigaro.fr)
03/10/2009 
Stade Vélodrome de Marseille.
Stade Vélodrome de Marseille. Crédits photo : AFP

Un lycée professionnel de Marseille récompense tout les mois la classe ayant le taux d'absentéisme le plus faible en lui offrant des places pour aller voir jouer l'OM.

Après la cagnotte, les places de football. C'est en tout cas ce qu'a choisi le lycée professionnel Mistral de Marseille pour motiver ses quelques 600 élèves, révèle samedi le quotidien La Provence. Le proviseur a en effet décidé depuis la rentrée de récompenser, tous les mois, la classe ayant le taux d'absentéisme le plus faible en donnant aux élèves des places pour aller voir l'OM jouer au Vélodrome.

«La présence en classe contre des places pour l'OM, ça marche !», se réjouit le proviseur. «Jamais on a eu une telle assiduité (...) Ça motive les élèves qui doivent jouer collectif pour se classer premiers», estime-t-il. Fin septembre, c'est une classe de première en filière «carrosserie»qui est arrivée en tête, avec 95% d'heures de cours effectuées.

 

Un coût de 1500 euros

Pour cette opération, le foyer socio-éducatif du lycée a déboursé 1500€ pour acheter dix cartes d'abonnement à l'OM. Et l'initiative devrait perdurer toute l'année, et pourrait même aller plus loin. La direction, en effet, pense mettre en place d'autres récompenses, telles que des places pour du trial au palais des sports et des journées de ski.

Si, selon le quotidien marseillais, professeurs, parents et élèves sont ravis, la méthode peut tout de même laisser perplexe. Vendredi, l'annonce d'une cagnotte de 10.000 euros pour récompenser l'assiduité dans l'académie de Créteil avait déjà créé la surprise. Trois syndicats d'enseignants rattachés à la FSU ont ainsi déclaré samedi que cette mesure était «contraire aux valeurs de l'Ecole républicaine» et ont démandé son retrait.

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 15:50
Certains ont peut être lu pendant les vacances que le MPF de Philippe de Villiers rejoignait le comité de pilotage de l'UMP.  La collaboration les aixois y sont habitués eux qui ont vu le MPF soutenir Maryse Joissains aux municipales. Mais ceci sans leaders locaux marquant. L'affaire est d'une autre ampleur pour les régionales qui s'annoncent en PACA.

Il suffit de lire la liste des leaders MPF de Paca..Damien Bariller (ancien Conseiller régional d'extrême droite) ou Philippe Adam (ancien conseil général d'extrême droite) pour le 13... Jacques Bompard pour le Vaucluse... Les anciens FN puis MNR..

MPF Fédération des Bouches du Rhône - 13

 

Président :
Mandats :

 

Damien BARILLER
Ancien conseiller régional
Téléphone :
E-mail :
Site web :

13@pourlafrance.fr
http://mpf13.monsite.orange.fr
72 rue de la République
13000

Sa biographie sur Wikipédia


Damien Bariller est un journaliste, homme politique et un essayiste français né le 25 septembre 1966 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Ancien élève de Khâgne, il a fait des études d'histoire et de philosophie, il est titulaire d'un troisième cycle en histoire des idées politiques du XXe siècle à l'Institut d'études politiques de Paris[1].

Ancien membre du Front national (FN) exclu en 1998, il a été conseiller municipal d'Aix-en-Provence de 1995 à 2001, a été Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1992 à 2004, et membre du comité central du Front national. Au début des années 1990, il rédige deux ouvrages sur l'histoire du FN, le premier en collaboration avec Roger Holeindre et le second avec Franck Timmermans.

En 1996, il suscite l'intérêt des médias et des analystes politiques en se qualifiant au second tour pour l'élection législative partielle de Gardanne, face au maire PCF Roger Meï (finalement élu). Cette élection, qui avait vu l'élimination au premier tour du candidat de centre-gauche Bernard Kouchner (représentant le PS et le PRG), était le premier scrutin où FN et PCF se trouvaient face-à-face au second tour, au détriment des partis plus modérés [2].

Proche de Bruno Mégret[3], il était directeur de son cabinet au Front national et le rédacteur de la trame de ses discours et ses livres[4]. Lors de la scission du FN en 1998, Bariller suit Bruno Mégret au Mouvement national républicain (MNR). Il est ensuite directeur de communication de la mairie de Vitrolles et président du Groupe Droites Indépendantes et Apparentés (DIA) au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Il rejoint en 2006 le Mouvement pour la France (MPF)[5] de Philippe de Villiers[6] 

MPF Fédération du Vaucluse - 84

 

Président :
Mandats :

 

Jacques BOMPARD - Coordinateur régional PACA Corse
Maire d’Orange, Conseiller général.
E-mail :
contact@mpf-vaucluse.com
Clos Cavalier
Lotissement La Blissonne
84100 ORANGE

Sa biographie sur wikipédia


Jacques Bompard, né le 24 février 1943 à Montpellier (Hérault), est un chirurgien dentiste et un homme politique français, maire d'Orange, membre du MPF.


Jeune étudiant, il est le président de la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF) à l'université de médecine / dentaire de Montpellier de 1962 à 1965[1] et crée un réseau de soutien à l'OAS, avant de rejoindre les rangs du mouvement étudiant d'extrême droite Occident, dont il intégrera le secrétariat national par la suite[2], d'adhérer aux Comités Tixier-Vignancour (CTV), puis à Ordre nouveau.

Fondateur du Front national (FN) en octobre 1972, il créa avec Alain Jamet la fédération de l'Hérault (l'une des premières de France), et fut membre du bureau politique de sa fondation à sa démission suite à son exclusion du bureau politique en septembre 2005 pour avoir, selon les uns, dénoncé le népotisme au sein du parti lors de l'université d'été de son association — indépendante du FN —, l'Esprit public[3] (du nom du journal de l'écrivain Jacques Perret), tenue à Orange en 2004 (avec Marie-France Stirbois, sa femme, Bernard Antony, Guillaume Luyt, Christian Baeckeroot et Miguel de Peyrecave), ou, selon les autres, violemment attaqué son parti à de nombreuses reprises, avoir assisté à seulement 9 des 66 dernières réunions du bureau politique et voulu prendre la présidence du Front national[4], ce qu'il a récusé.

Élu maire de la ville d'Orange (Vaucluse) en juin 1995, il est réélu en 2001 et en 2008, devenant ainsi le premier maire d'Orange à avoir été réélu depuis 1945. En décembre 2005, il adhère au MPF de Philippe de Villiers.

Fils d'un résistant officier de l'armée française, il est l'époux en secondes noces de Marie-Claude Bompard (née Marie-Claude Pelletier), conseillère générale d'Orange-Est, qui partage son militantisme politique, et qui a été élue maire de Bollène en mars 2008.

Jacques Bompard est le fondateur de l'association politique[5] L'Esprit public (à ne pas confondre avec la revue homonyme).

Carrière professionnelle [modifier]

Jacques Bompard a suivi des études de médecine afin de devenir docteur en chirurgie dentaire et en sciences odontologiques.

  • Enseignant de physique-chimie à Nîmes, Avignon et à L'Isle-sur-la-Sorgue de 1964 à 1970 ;
  • Chirurgien-dentiste à Orange de 1975 à 1986 ;
  • Assistant en odontologie conservatrice à la faculté de Montpellier de 1981 à 1986.

Mandats électifs [modifier]

  • Mars 1986 : élu conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (la liste FN ayant recueilli 17,68 % des voix dans le département de Vaucluse). Suite à l'accord de cogestion entre droite et Front national, il devient l'un des deux vice-présidents FN de la région, avec Gabriel Domenech.
  • Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1986 à 2002. Il démissionne en cours de mandat pour se conformer à la loi sur la limitation du cumul des mandats.
  • Mars 1986 : élu député de Vaucluse (la liste FN ayant recueilli 18,1 % des voix dans l'ensemble du département) - Mandat interrompu en juin 1988 pour cause de dissolution de l'Assemblée nationale.
  • Mars 1989 : élu conseiller municipal d'Orange (Vaucluse), siégeant dans l'opposition (la liste FN ayant approché 18 % des voix).
  • Juin 1995 : réélu conseiller municipal d'Orange (Vaucluse), et élu maire dans la foulée (la liste « Orange espoir » ayant obtenu la majorité relative des voix).
  • Mars 2001 : réélu conseiller municipal d'Orange (Vaucluse), et réélu maire dans la foulée (la liste « Orange espoir » ayant obtenu 60 % des voix, soit la majorité absolue, dès le premier tour).
  • Mars 2001 : manque de trois voix l'élection, au deuxième tour, comme conseiller général de Vaucluse dans le canton d'Orange-Ouest. Le scrutin sera invalidé.
  • 24 novembre 2002 : élu conseiller général de Vaucluse dans le canton d'Orange-Ouest avec 54 % des voix. Il est réélu en mars 2008.
  • Mars 2008 : réélu maire d'Orange (Vaucluse) ayant obtenu 61 % des voix, soit la majorité absolue, dès le premier tour

Voilà donc le genre volatiles qui seront sur les listes UMP de PACa. Inutile de préciser qu'aucun n'a publiquement renié ses convictions passées.... Alors l'an prochain la liste UMP aura des taches vert de gris... Beurkkk. Comme dit l'autre tout est possible. Esperons que les électeurs de droite qui refusent cette alliance droite / extrême droite qui ne dit pas publiquement son nom et rappelle des temps obscurs dans cette région sauront de manière républicaine éviter le vote pour cette COLLABORATION  en PACA.



Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 15:59
Pour avoir préconisé en 2007 des primaires de l'opposition à Joissains, à Aix, sur le mode italien (ce qui m'a valu de nombreuses moqueries)...c'est avec saveur que je vois que la gauche se réveille enfin et les préconisent au niveau national... pour sortir de partis sclérosés et fédérer l'alternative à sarkozy.

ps un petit reproche cependant le texte n'évoque pas une procédure précise or les modalités sont déterminantes..notamment les discusssions programmatiques préalables..

Le texte de l'appel

Nous appelons à une primaire populaire, ouverte au vote des sympathisants, afin que les citoyens de gauche et de progrès puissent choisir leur candidat à l’élection présidentielle.

La primaire est d’abord un élément de la refondation de la gauche.
Elle est une réponse à l’une des crises qui paralysent le parti socialiste et la gauche : la crise de leadership. Sept ans après son départ, la succession de Lionel Jospin n’est toujours pas assurée. Cette vacance au sommet a progressivement déstructuré la gauche et menace son avenir. La primaire apporte une solution institutionnelle à une carence institutionnelle : l’absence de procédure adaptée pour désigner le leader.
En 2012, la gauche n’aura plus gagné l’élection présidentielle depuis vingt-quatre ans. Elle n’a fourni, sous la Ve République, qu’un seul président à la France, contre cinq pour les conservateurs. La primaire peut contribuer à sa reconquête. En associant des millions de citoyens – 4 millions en Italie pour Romano Prodi, 35 millions aux Etats-Unis pour Barack Obama – à sa désignation, elle offre au candidat une formidable dynamique électorale, militante, citoyenne...

Lire la suite

L'appel des 100

Franck Adisson (Champion olympique de canoë) ; Philippe Aghion (Economiste, professeur à Harvard) ; Claude Alphandéry (Economiste) ; Jean-Pierre Azéma (Historien) ; Julien Bargeton (Auditeur) ; Laurent Barry (Anthropologue, membre du Collège de France) ; Delphine Batho (Députée) ; Jean-Michel Baylet (Président du PRG) ; Pierre Beaufils (Dirigeant de société) ; Christophe Bejach (Banquier d’investissement) ; Najat Belkacem (Porte-parole de Ségolène Royal) ; Aymen Ben Miled (Haut fonctionnaire territorial) ; Pierre Bergé (Homme d’affaires) ; Alain Bergounioux (Historien) ; Stéphane Beroud (Médecin du sport) ; Loïc Blondiaux (Politologue) ; Laurent Bouvet (Politologue) ; Emeric Bréhier (Directeur de cabinet de collectivité); Zabou Breitman (Actrice)...

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 15:12
Peillon et Vauzelle pour une alliance arc en ciel...ça bouge à gauche...

Du MoDem au PCF, Peillon se pose en rassembleur

Bastien Hugues (lefigaro.fr), avec François-Xavier Bourmaud à Marseille
23/08/2009 | Mise à jour : 15:09 | Commentaires 185 | Ajouter à ma sélection
Crédit photo : AFP.
Crédit photo : AFP.

Aux ateliers d'été de son courant «L'espoir à gauche», l'eurodéputé socialiste est parvenu à réunir autour de lui des personnalités du MoDem, du PCF, des Verts et du PRG. Une façon de presser Martine Aubry à opérer un tel rassemblement pour les prochaines échéances électorales.

De très nombreux photographes pour immortaliser un instant inédit. Samedi après-midi, aux premiers ateliers d'été de «son» courant, «L'espoir à gauche», Vincent Peillon a réussi son pari. Dans les jardins du Pharo, à Marseille, l'eurodéputé socialiste est parvenu à rassembler Daniel Cohn-Bendit (Verts), Marielle de Sarnez et Jean-Luc Benhamias (MoDem), Robert Hue (PCF) et Christian Taubira (PRG). Petites boutades par ci, sourires généreux par là. Et tous bras dessus bras dessous, pour une grande «photo de famille progressiste». «Jetez-nous des grains de riz !», s'amuse Vincent Peillon, pas peu fier d'avoir gagné son coup en incluant le MoDem dans son ouvrage.

Puis à la tribune, le député européen multiplie les messages à l'intention de Martine Aubry. «A Marseille, un espoir est né», s'enthousiasme-t-il à la tribune, appelant à un grand «rassemblement socialiste, écologiste et démocratique». «A moins d'être sourd, aveugle et désespérément cynique, il s'agit d'un événement historique dans l'histoire de la gauche française», insiste-t-il, espérant dans une mise en garde à la première secrétaire du PS que «ce qui avait été refusé jusqu'à présent sera maintenant médité». «La responsabilité historique de notre génération est d'ouvrir le nouveau cycle politique dont nous avons besoin», conclut-il devant un amphithéâtre comble et enthousiaste de 1.500 personnes.

 

Sarnez convaincue

Une union de la gauche élargie à laquelle la vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez, a montré son adhésion. «Nous venons d'horizons divers mais si nous croyons qu'il y a de l'insupportable dans ce qui se fait aujourd'hui (...) alors ce qui nous rassemble est plus fort que ce nous divise», lance-t-elle. Standing ovation assurée. Fustigeant l'«ultrapersonnalisation du pouvoir», l'«hégémonie» et la «partialité» de Nicolas Sarkozy, le bras droit de François Bayrou enfonce le clou : «Tous ceux qui partagent ces convictions ont à faire ensemble. Ensemble. Pas les uns sans les autres. Et pas les uns contre les autres». «Les temps appellent des comportements nouveaux. Nous avons beaucoup à faire ensemble», termine-t-elle, parlant «au nom d'une famille politique qui a coupé ses amarres pour rester fidèle à ses valeurs».

 

Cohn-Bendit prudent

 

Crédit photo : AFP.
Crédit photo : AFP.

Plus distancié que ses collègues, Daniel Cohn-Bendit se montre prudent, estimant que «l'unité ne se décrète pas», mais plaidant malgré tout pour un «rassemblement écologiste, socialiste et démocratique». Avec une once de provocation, il lance un avertissement aux socialistes : «Si vous voulez un rassemblement, au bout duquel c'est vous qui décidez, et que [les partenaires] se retrouvent dans la chambre de bonne, alors le président en 2012 sera Sarkozy».

En juin, Martine Aubry avait indiqué vouloir des alliances à la carte aux régionales, et privilégier la stratégie du «si besoin», sous-entendant d'éventuelles alliances avec le MoDem au second tour, mais pas au premier. A une semaine de l'université d'été du PS à La Rochelle, la balle semble désormais dans le camp de la première secrétaire. Vincent Peillon, lui, compte maintenant s'atteler à l'organisation de «grands débats autour des questions centrales». Parmi elles, l'école, l'université, l'information ou la justice fiscale.

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article