Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 12:02

C'est donc la deuxième fois en 2 ans que le FN ne sera pas présent aux municipales aixoises. En 2008 leur leader avait raté la marche et certains l'avaient un peu aidé à ne pas déposer sa liste à Aix... En 2009 sans raison publique claire.. alors qu'une alliance FN, MNR, Bloc indentitaire était ficellée, le FN national ou régional semble avoir empéché cette liste... Deux fois d'affililée on n'est plus dans la coincidence.

Quelles sont les raisons de ce retrait qui profite à Mme Joissains ... ??? On attend avec impatience que quelques journalistes fouillent le dossier, interrogent les leaders nationaux (on pourrait même rêver que la presse nationale se passionne pour le sujet..mais aujourd'hui il n'en est rien) et nous montrent les ficelles de cet abandon. Car la vie politique aixoise est trop tordue pour que ce soit innocent. La seule chose que l'on sait c'est que le FN va financièrement mal


et que des conflits importants touches ses grooupes locaux...

mais de là à extrapoler un motif de retrait d'une liste qui aurait à coup sur fait plus de 5 % ... Vivement que l'on en sache un peu plus.

ps Vous trouvez pas que déjà pour le recours qui a complétement révolutionné le droit éléctoral sur la diffamation la presse nationale avait fait le service minimum ?? Pourtant c'est une des 20 principales villes de France non ? Le mystère est entier.

Repost 0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 09:48
Lu dans la Provence d'aujourd'hui... les affaires de HLM. Décidemment la politique à Aix ça sent pas très bon... Comme le dit un très bon édito, de M Frossart, la campagne est dans le local à poubelle et à Aix on est sur d'y croiser beaucoup de monde..

Aix : Stéphane Salord sort les poubelles des HLM

Publié le jeudi 9 juillet 2009 à 08H36

Stéphane Salord s'en est pris directement à la gestion de Maryse Joissains et de son équipe.

Photo Serge Mercier


L'homme par qui l'annulation de l'élection est arrivée se drapait jusque-là dans "l'honneur". Il joue, depuis hier, avec des méthodes à l'ancienne. "J'accuse Maryse Joissains de manipulation, de dissimulation et d'avoir instrumentalisé une plainte dans une période qu'elle savait éminemment électorale".

Lors d'une conférence de presse, Stéphane Salord a livré dans l'après- midi différents documents, qu'on lui a "donnés" pour appuyer son argumentaire et qui, c'est vrai, méritent attention. Son objectif ? Attaquer bille en tête Maryse Joissains dans son rôle de présidente de l'office HLM et jeter une petite bombe au coeur de la campagne.

Sa première cible ? Mireille Mantot. L'ancienne directrice du CCAS a été nommée au début de l'année directrice de Pays d'Aix Habitat et est régulièrement présentée par Maryse Joissains comme une "fonctionnaire de haut niveau" qui en est à sa 6e nomination depuis 2001. Stéphane Salord produit une lettre cosignée par les quatre directeurs de service du CCAS et l'ancienne directrice générale adjointe de la Ville, qui dénonce des relations hautement conflictuelles entre Mme Mantot et eux.

Une note interne, signée de l'ancien directeur général des services à charge, proposant notamment sa mutation "à un poste isolé", est aussi au dossier. Et Stéphane Salord de s'étonner: "Cette dame, on ne la voulait plus au CCAS et on la met à l'office HLM dans un contexte managérial que l'on sait difficile ? C'est le système Joissains, on permet la promotion systématique de collaborateurs inefficaces."

Plainte pour vol
Il dénonce dans la foulée l'augmentation du salaire de MmeMantot par rapport à celui de son prédécesseur:  plus de 7000€ par mois contre 5600€. La démarche a eu l'effet escompté : hérisser Maryse Joissains. Elle estime ne pas avoir de leçon à recevoir de son ancien adjoint, qui a "siégé au conseil d'administration de l'office jusqu'en mars 2008 et qui était en possession des mêmes informations" qu'elle.

Elle menace d'abord : "Je vais porter plainte pour vol de documents" et contre-attaque : "C'est un contre-feu parce que Mme Mantot a découvert un système de fausses factures, un système mafieux. Oui, elle a eu des problèmes au CCAS avec le personnel car elle fait preuve d'autorité, mais cela a été réglé. Elle va redresser l'office, c'est sûr. Son travail doit faire peur à certains. Quant à son salaire, c'est le même qu'elle percevait à la Ville où elle cumulait deux fonctions."

Entre autres documents encore des lettres censées prouver un certain favoritisme dans le recrutement au sein de l'office de personnes qui n'ont pas vraiment brillé dans leur travail : "Des lettres de recommandation, on en reçoit tous les jours, minimise Jean Chorro, vice-président de l'office, on les fait passer au directeur auquel on demande de nous tenir au courant. Après il fait ce qu'il veut."

L'histoire se corse avec plusieurs pièces - que nous n'avons pas pu formellement authentifier - qui mettent en cause Dahbia Draouzia, ancienne adjointe de Maryse Joissains, aujourd'hui en 3e position sur sa liste. Elle aurait intercédé pour que son fils, déjà locataire de l'office, puisse obtenir un logement plus grand.

"Dabhia Draouzia ne faisait plus partie du conseil d'administration de l'office à ce moment-là, assure Jean Chorro, qui préside la commission d'attribution. La mutation de logement s'est faite dans les règles et sur le contingent préfectoral. D'ailleurs, tous les dossiers qui passent en commission ont été adoptés à l'unanimité à part quatre ou cinq dossiers. Je ne suis pas seul à décider."

Autre point d'achoppement, des travaux d'un montant de plus de 10000€ auraient été réalisés dans ce logement et facturés à une entreprise, qui n'est pas attributaire pour ce genre de marché. Dahbia Draouzia réfute en bloc : "Je n'ai jamais intercédé pour mon fils. Et il n'y a jamais eu d'aussi gros travaux réalisés."

Alors fatalement, le spectre des fausses factures revient comme un boomerang. "Je pense que la saisie du Parquet fait peur, s'emporte Maryse Joissains. Le rapport de la Milos (le gendarme du logement social) dit que les attributions se font dans les règles. Et si l'on vient attaquer Dahbia, je réponds que la demande de son fils correspondait aux critères d'urgence comme pour Mme Leconte (tête de liste PC) ou la femme de ménage d'Alexandre Medvedowsky (tête de liste PS) qui avait été appuyée par le cabinet de Dominique de Villepin pour obtenir un logement. Qu'elle a obtenu, elle aussi sur le quota préfectoral, pour des raisons d'urgence et humanisme."

 

Des "allégations grotesques", selon Medvé, qui dément "formellement". À quelques jours du premier tour, Stéphane Salord sort du chapeau des éléments qu'il dit symptomatiques de la gestion de Maryse Joissains et envisage de faire un signalement au procureur. Elle répond que "c'est le directeur qui gère" et le dépôt de plainte affole: "On veut nous dire d'arrêter mais on ne m'arrêtera pas", s'enflamme-t-elle. Au fil de la campagne, on découvrira peut-être que la vérité est ailleurs.

Repost 0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 05:15
Stephane Salord fait une campagne tonitruante (là où certains ne risquent pas à faire des meeting ? Attitude qu'on a du mal à comprendre) et pour finir en beauté ce premier tour c'est un dernier tract que l'on trouve dans nos boites aux lettres. Et surprise..dans son dernier tract de campagne il se met à  attaquer Joissains mais aussi...Medve.  Et durement. Ainsi, il affirme que lui n'ira pas habiter à Paris et s'occupera d'Aix à temps plein !! Il attaque aussi les programmes démagogiques et dispendieux.. (cible : la proposition des transports gratuits faite par la liste PS modem (proposition il est vrai peu crédible et efficace) ) !!! ! Salord finit donc en taclant Medve au dessus du genou  ! Stratégie pour passer la barre des 10 % ou pour faire monter les enchères du front anti Joissains, on verra bien... MAis en tout cas l'entre deux tours va être compliqué
Repost 0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 13:44


La Provence publie ce jour un sondage qui donne Medve gagnant 52 %/ 48 % dans un duel face à Joissains au second tour. Voilà une bien bonne nouvelle qui relance la campagne après un premier temps du  sondage difficile pour l'alliance MODEM / PS (tient depuis les logos sont réapparus sur les documents de campagne de la liste..). Le sondage montre qu'une large union peut battre Joissains. (Même si la part des antiJoissains s'est réduite par rapport à 2008 !! )

Mais ce sondage reste surprenant car d'abord il  teste  une hypoyhèse totalement improbable le maintien de Guerrra au second tour ? Scénario qui fait perdre Medve. Les Verts ont certes pris sur  leur liste un ancien adjoint Joissiniste Robert Delgiovine, mais c'est plus  pour ratisser large que faire le jeu de joissains. Hervé Guerrera ne s'est jamais trompé de combat de ce point de vue là. Qui peut  croire une seconde à ce scénario ? Voilà quelques euros de perdus puisqu'à priori les commanditaires des sondages payent à la question et  elle  vaut autour de 1 500 à 2 000 euros.

Mais surtout ce sondage oublie le deux scénarios les plus plausibles vu le sondage de hier.
Le premier qui est à mon avis le plus probable. La triangulaire Joissains / Salord+De Peretti+ Medve+ Guerrera / Leconte. Car il ne faut pas s'y tromper Medve fera alliance avec Salord. si celui ci le veut A mon avis, Medve en tout cas après son alliance avec De Peretti, avec lequel la veille de sa désignation il ne souhaitait pas "prendre une tasse de thé", fera ce qu'il faut pour gagner car il ne peut prendre le risque de perdre de nouveau contre Joissains.  A moins qu'il ait conservé son vieux schéma de 2008 estimant qu'on gagne Aix dans une triangulaire à droite et laisse à Salord le rôle de la division ? Guerrera et ses amis découvriront des vertus à Salord et De Peretti, qu'ils insultaient et vilipendaient hier. Ils ont d'ailleurs déjà commencé. Et je peux vous dire que cette alliance est dans les tuyaux... Beaucoup dans les états majors y travaillent et il n'y a qu'à voir les louanges fait par Annick Delhaye (Verts) lundi  en meeting, vis à vis de Stephane Salord, pour comprendre que ça négocie déjà en coulisse. 

Le plus dur  dans ce scénario sera de dire aux aixois qui fait quoi dans la future grande alliance !! A moins que par magie ils réussisent à éviter la question. Mais ce sera la thématique imposée par Joissains  dans l'entre deux tours. Autre problème vu le score annoncé de Guerrera, il pourra revendiquer la présidence de la CPA et Medve s'occupera de la mairie... écartant, de ce poste de président de la CPA, De Peretti.. Comment l'électorat centriste et droite anti Joissains réagira à cela ? On n'en sait rien...
mais ça risque de mal passer.
Et puis connaissant les Joissains on sait qu'ils n'hésiteront pas à instrumentaliser  (contre la volonté de ses protagonistes) la possible triangulaire à l'extrême gauche comme une partie de la gauche le faisait en son temps avec le FN. En clair ça reste très très compliqué et tordu.

Le deuxième scénario oublié : la quadrangulaire Joissains / Salord  / Medve+ De Peretti+Guerrera / Leconte. Elle est certes moins évidente mais pas impossible vus les sondages. Le dynamisme de la campagne de Salord n'exclu pas qu'il passe la barre des 10 % car il fait depuis le début une sacrée campagne anti Joissains.  Alors là , dans la quadrangulaire c'est la roulette russe...et on jouera encore notre destin à 700 voix. Et décidemment Aix sera une des villes les plus politiquement improbable..

Enfin attendons les 12 et 19 juillet pour connaitre le dénouement ....

Repost 0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 10:40
Une bonne BD, sans   paroles mais avec des  dessins magnifiques.



Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Coin Lecture et musique
commenter cet article
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 19:44
Anouk s'en balance



Repost 0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 01:46
IL n'y a pas photo pour gagner il faudra une alliance de la liste de Stephane Salord, de celle de Medvedowski/ De Peretti et de celle de Guererra (Verts)... Le problème c'est que les nombreux verts qui avaient préconisé (et amorcé) cette alliance en 2008 (dont je faisais parti) se sont fait exclure violemment pour cela par Annick Delhaye (aujourd'hui directrice de campagne de aix écologie) et la direction nationale des Verts. Les leaders verts aixois actuels (Annick Delhaye, Alain Grognou, F Hamy, mylène Hidreau, Loic Giraudon, Hervé Plisson, Lionel Martin..) étaient donc très hostiles à cette solution en 2008. Il n'y a qu'à lire ce qu'écrivait en 2008 Hervé Guerrera et Mme Valetta deuxième de sa liste sur De Peretti et sa liste en 2008 pour comprendre les difficultés qui s'annoncent au deuxième tour. A moins qu'on assiste à un retournement de veste à 180°... En tout cas espérons le.

Voici les propos toujours consultables sur son site  www.occi.free.fr ou le site du nouvel obs..


ps c'est Hervé guerrera qui souligne et met en gras.



Aix-en-Provence : la droite des truqueurs

 
Nième fils d'une droite aixoise qui depuis plus de trente ans n'en finit pas de se déchirer, François Xavier De Peretti vient d'écrire une nouvelle page de l'histoire de sa famille politique qui ne manquera pas de faire date.

Cet Harry Potter en herbe, après avoir en 2001 expliqué, la main sur le coeur, que le clan Joissains avait changé, que l'heure de l'union avait sonné, après avoir remis les clefs de la ville à Maryse a rapidement réalisé, que les marges de manoeuvre, lui permettant de satisfaire son égo et ses intérêts, étaient notoirement insuffisantes.
Alors, en totale contradiction avec les engagements pris devant les électeurs aixois, il s'est drapé des habits de l'opposition et a faussement brigué le rôle de premier des opposants.
Il s'essayait déjà, voulant faire oublier le rôle majeur qu'il avait joué dans cette sinistre affaire, à ses premiers tours de passe-passe.
Il est maintenant à la tête d'une liste, ou plutôt d'un attelage, bien curieux.
Après avoir placardé sur les murs de la ville, dans la confusion et la pollution la plus totale, que son rassemblement, passant par le MODEM, allait de la Majorité Présidentielle aux Verts, après avoir été condamné en justice pour cela, cet Oudini de seconde zone a décidé de faire disparaître tout affichage politique au « profit » de sa seule image.
Magnifiquement secondé par un Bruno Genzana qui, dans un spectaculaire revirement dont il a le secret, veut, devant la défaite annoncée de l'UMP, faire oublier son étiquette et se redéfinit comme le « nouveau monsieur Bhalsen  aixois ».
Ces pirouettes ont aussi touché ceux qui élus, et rémunérés à ce titre, en 2001 avec les voix de la gauche ont défendu les valeurs de l'écologie, et ont visiblement été, pendant sept ans, et sans s'en rendre vraiment compte, totalement entravés puisqu'ils seraient désormais « libres ». Libres oui, mais essentiellement de défendre des intérêts partisans en reniant aujourd'hui ce qu'ils ont feint d'adorer hier.


D'un commun accord, ces prestidigitateurs de série Z ont arraché leurs étiquettes pour faire oublier leur soutien à la politique de Nicolas SARKOZY et gérer au mieux les intérêts de leurs clans.
Comment lorsqu'on est soucieux de la gestion des affaires publiques, qui doit être empreinte de moralité et d'honnêteté intellectuelle, ou qu'on se réclame des valeurs de la gauche pourrait-on s'accommoder de ces pratiques éhontées qui en disent long sur la nature de la gestion que serait amenée à conduire ces gens là!

Face à cette duplicité la liste « Aix pour Tous », fière de la nature de son rassemblement et qui assume parfaitement son engagement à gauche :

  • Exige que François-Xavier DE PERETTI arrête de tromper les électeurs et assume la nature droitière de sa liste composée, pour un tiers, de membres assumés de la majorité présidentielle qui soutiennent la politique anti-sociale de Nicolas SARKOZY.
  • Demande à celles et ceux qui se revendiquent des valeurs de la gauche de tourner le dos aux pratiques démagogiques, aux intérêts partisans, aux dénis de démocratie.

Leur rappelle, face à l'individualisme grandissant l'importance des formations politiques, fruit du combat de nos anciens, l'enjeu lié au respect de leurs décisions, leur capacité à fonder l'action collective et susciter le sursaut citoyen. Au nom de ces acquis, ils ne doivent, ils ne peuvent apporter leur soutien aux alliés d'une droite, des plus dures, des plus injustes que le pays ait connu.

  • Invite tous les humanistes, républicains, femmes et hommes de progrès, qui s'inscrivent dans le respect de la parole donnée et la probité intellectuelle à sanctionner dans les urnes les piètres voltes-face, qui fondent le rejet de la politique et ternissent durablement la gestion des affaires publiques.

Pour que plus personne ne puisse dire qu'Aix-en-Provence, la ville que nous aimons, cultive la trahison et les intrigues, pour tourner le dos à ces pratiques qui ternissent notre image de marque, pour rompre avec une politique ultra-libérale, menée par l'UMP, qui veut réserver cette cité à une élite argentée, nous vous invitons à porter vos suffrages sur la liste « Aix pour Tous ».

Loin des manipulations de bas étage, la politique doit rester une affaire sérieuse aux mains d'une équipe soudée et compétente : Tel est l'engagement et le sens de la liste « Aix pour Tous » !


Hervé Guerrera

 

Aix pour Tous, le bon choix : Une analyse de la campagne

 


Au premier tour on choisit, au second tour on élimine :

Nous avons, au soir du 09 Mars, déjà remporté une importante première victoire de nature idéologique et politique.

Les électeurs sont venus apporter une réponse claire à ceux qui ont voulu, incarner le changement en prétendant mélanger la droite et la gauche écologiste. Nous avions fait savoir aux responsables des Verts du Pays d'Aix d'alors que nous n'étions pas favorables, pour des raisons de cohérence politique, à un rapprochement avec le MODEM. Eu égard à la nature de la liste menée par De Peretti, considérant que la majorité présidentielle était partie prenante de cette surprenante aventure politique qui sera, et c'est heureux, sans lendemain, nous avons  alorsclairement indiqué notre très franche hostilité à une démarche que nous jugions opportuniste et dangereuse. Du reste les électeurs ne s'y sont pas trompés. Le seul fait de battre Maryse Joissains ne suffisait pas à construire un ciment politique. Ce curieux attelage avait des airs de "remake de la liste Joissains 2001 après fusion, et confusion". Sa crédibilité a fait long feu et l'avenir politique des "embarqués" est aujourd'hui plus qu'incertain.

Les électeurs avaient aussi le choix entre deux types de gauche. Ils ont clairement entériné la nature du rassemblement mené par Alexandre Medvedowsky et c'est là une très grande satisfaction. Si un travail commun entre la gauche et le MODEM, est envisageable, gageons que Marseille nous en apporte la preuve, il n'est  souhaité, à priori, que par une partie très minoritaire de l'électorat de gauche, ce qui nous semble être une bonne chose. Il est important dans notre époque de perte de repères que la gauche s'assume en tant que telle et se méfie d'alliances qui pourraient la faire diverger de son socle de valeurs.

Deux électeurs sur trois sont venus sanctionner le bilan de la municipalité actuelle. Alors qu'on a vu, nous restons dans une élection locale, nombre de bons maires, de droite ou de gauche, soit être élus dès le premier tour, soit être très bien positionnés, Maryse Joissains n'aura rassemblé, sur son nom, qu'un tiers de l'électorat aixois. Ce seul fait montre combien il était important de dénoncer son bilan calamiteux. Combien nous avons eu raison de nous opposer, dans la dignité et le respect des personnes, à la politique menée depuis 7 ans.


Pour le Partit Occitan
Hervé GUERRERA

  Après la défaite.


Aix-en-Provence – Une désillusion prometteuse

En guise d’analyse de la défaite …


Deux mouvements tant locaux qu’hexagonaux viennent conforter une Provence toujours plus réservée aux riches, toujours plus, comme l’ont voulu les choix étatiques des années 1950 « Californie de l’Europe ».Nous échouons pour quelques centaines de voix et il nous faut, à nouveau, tirer les conséquences de cette déconvenue et repartir pour faire un jour gagner la gauche dans cette ville.

Comment analyser cet échec ? Quelles en sont les raisons ? La réponse à cette question est, bien évidemment, multi forme. Un seul facteur ne saurait  expliquer les raisons de ce revers.

1) Il y avait un double pré-requis à un succès éventuel de la liste « Aix pour Tous ». Il n’aura pas été respecté …

 Que la participation ne monte pas. Cela a été souligné par tous les commentateurs, l’UMP avait des réserves de voix qu’elle n’a pas su mobiliser sur le plan national mais bel et bien sur le plan local.

Par un double appel, au secours la gauche radicale revient pour augmenter les impôts, mettre la propriété privée en faillite et, en subliminal, égorger vos enfants et si vous êtes de droite votez utile, oubliez De Peretti Maryse JOISSAINS, animal politique redoutable, a parfaitement su mobiliser son camp. Nous avons pour notre part, et même si nous pensons que cela n’aurait pas été de nature à inverser le résultat final, insuffisamment répondu à ces attaques.


Que la liste « GENERATION AIX » de François-Xavier DE PERETTI ne s’écroule pas.  S’il est bien une chose que ce scrutin aura démontré c’est l’incapacité du leader centriste à mener un rassemblement, il est vrai très improbable. En voulant tout mélanger la gauche, l’écologie, la droite, le centre en attaquant tout azimuts les diables cornus Maryse JOISSAINS et Alexandre MEDVEDOWSKY, la liste GENERATION AIX a totalement brouillé son message (en avait-elle réellement un ? N’était-elle pas un unique conglomérat d’ambitions individuelles ?)  et rendu ses leaders parfaitement inaudibles. Au total cette liste aura perdu 3000 voix entre les deux tours.


2) Sur la question des alliances et des reports…


Il n’aura échappé à personne qu’entre les deux tours la liste « Aix Pour Tous » n’a pas changé. Nous tenons à donner notre vision des choses sur une fusion éventuelle avec la liste DE PERRETI ou sur une fusion à trois comme l’a proposé Michel PEZET, arrivé bon dernier, et qui aurait pris une hypothétique tête de liste.

Pour les raisons politiques, énoncées plus haut, il n’était pas possible de mélanger, d’une quelconque façon, la droite et la gauche. Aucun des partenaires, de la liste « Aix pour Tous » n’a voulu, d’une alliance, quelle qu’elle soit, avec la liste DE PERETTI.

Rappelons nous 2001, il y eu fusion de trois listes que beaucoup de choses opposaient. Résultat seulement un tiers des aixois ont choisi, 7 ans après, Maryse JOISSAINS.

On a pu lire, ça et là, sur la blogosphère aixoise : « oui mais Alexandre MEDVEDOWSKY aurait pu exiger, pour fusionner, le départ des membres UMP de la liste DE PERETTI ». La liste pseudo MODEM ne posait pas la seule question de l’UMP. Elle nous interrogeait sur la nature même du rassemblement et donc du leader du dit rassemblement (en tant que rassembleur et non sur la personne). Nous aurions « bricolé » un accord entre les deux tours alors que nous ne partagions pas les même valeurs, n’avions pas fait les même choix politiques et que beaucoup de personnalités étaient profondément incompatibles ?

Cela aurait été trompé l’électeur ! Cela aurait été parfaitement dénoncé par une Maryse JOISSAINS qui, en duel, était, encore plus, imbattable.

Et puis l’on ne saurait trop conseiller à celles et ceux qui veulent faire porter la responsabilité de l’échec à « Aix pour Tous » et Alexandre MEDVEDOWSKY de faire la trentaine de kilomètres qui sépare Aix de Marseille pour vérifier si l’apport du MODEM a permis, ou non, la victoire de Jean-Noël GUERINI.


 

Pour le Partit Occitan
Hervé GUERRERA
Conseiller Municipal d’opposition de la ville d’Aix-en-Provence

 


Sur le site du nouvel OBs

 

  Entre deux réunions avec Alexandre Medvédowsky, Marie-José Valeta, 54 ans et première Verte sur la liste Aix pour Tous, et Jean-Pierre Dalfau,

 

 

Que pensez-vous de la situation des Verts à Aix-en-Provence et du choix de Cyril Di Méo et Arinna Latz ?

 

  Marie-José Valeta : Je ne souhaite pas polémiquer là-dessus. Cyril Di Méo et Arinna Latz ont fait des choix qui leur appartiennent, et il y en a d’autres qui ont fait d’autres choix. A un moment il faut savoir prendre un peu de recul et se demander en quoi on croit vraiment. Il faut se situer. Des compromis sont possibles sur certaines choses, mais pas sur d’autres. Moi, je n’ai pas les mêmes valeurs avec De Peretti, mais avec Medvédowsky. C’est une bonne chose qu’ils aient créé un autre parti (Génération Aix Gauche et Ecologie, NDLR) On parle des Verts comme des gens de gauche, mais il y avait certains Verts avec des gens de droite, ça entretenait la confusion.

Jean-Pierre Dalfau : Je n’ai pas voté le scénario de Mr Di Méo, que d’autres membres du Conseil d’Administration ont choisi. Je voulais un départ en autonomie. Le choix de départ d’une alliance avec une liste de droite, c’était vraiment pas possible. Mr Di Méo savait très bien que s’il partait avec l’UMP, ça ne plairait pas à tout le monde !… Chacun a ses sensibilités et pour certains c’est peut-être plus facile de travailler avec des gens de droite, mais moi j’ai plus de facilités à travailler avec le PS qu’avec l’UMP. Pour moi, travailler avec eux ce n’est pas cohérent, ils vont à l’encontre des valeurs écologistes. Il valait mieux qu’ils créent un nouveau parti, c’est plus logique et plus clair.

 


  Propos recueillis par Camille Séguy

 

PS mais le virage a 180 ° semble amorcé par celle qui était la plus anti Salord il y a encore un an. Ainsi hier, en meeting,  Annick Delhaye aurait passé plus de 5 mn à vanter publiquement les mérites de Stephane Salord...(ce en quoi elle a bien raison).. Cette bonne femme n'a décidemment honte de rien...

Repost 0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 21:20
Mon pronostic pour le premier tour est

Liste Joissains 44 %
Liste Salord 9 %
Liste Medve De Peretti 29 %
Liste Guerrera 10 %
Liste Leconte 8 %

La rumeur qui circule sur le sondage de La Provence dans les équipes de campagne est la suivante (on lira le journal avec grand intérêt demain):

Liste Joissains 39%
Liste Salord 9 %
Liste Medve / De Peretti 26 %
Liste Guerrera 16 %
Liste Leconte 10 %


Joissains ferait un très très gros score (6 points de plus qu'au premier tour de 2008).. à réfléchir  car la dernière fois elle avait en plus fini avec 2 points de plus que le sondage... Mais a priori (restons vigilants) l'hypothèse d'une élection dès le premier tour est écartée. On constate un faible score de la liste Modem PS.... (13 points de moins que Joissains.) La surprise viendrait des bons scores d'Hervé Guerrera et de Nathalie Leconte pour l'extrême gauche qui pourrait se maintenir au deuxième tour et imposer une triangulaire à hauts risques. Car s'il y a bien une majorité d'aixois anti joissains.. la coalition qui la battra reste à faire.. Tout est possible..

Pour rappel
Le sondage 2008 de la provence..qui s'était avéré à 2-3 points juste...car il restait encore quelques semaines de campagne.

Maryse JOISSAINS MASINI 31%
Alexandre MEDVEDOWSKY 31 %
François-Xavier DE PERETTI 23%
Michel PEZET 8 %
Jean-Louis GARELLO 2%
FN 5%

Les résultats le jour du vote
Aix-en-Provence - 1er Tour

Inscrits: 89621Nombre de votants: 53084Nombre d'abstention: 36537Nombre de votes blancs/nuls: 1279


Maryse JOISSAINS MASINI

(ENS. POUR AIX & PAYS AIX Liste de la majorité)



   33,81%
Alexandre MEDVEDOWSKY
(AIX POUR TOUS Liste d union de la gauche)
   29,09%
François-Xavier DE PERETTI
(GENERATION AIX Liste centre-MoDem)
   20,15%
Michel PEZET
(AIX A VENIR Liste divers gauche)
   10,14%
Aude CHARCOSSET
(AIX EN LUTTES Liste d extrême gauche)
   2,91%
Jean-Louis GARELLO
(DROITES AIXOISES Liste divers droite)
   2,72%
Maryse GALLAND MOURBRUN
(MARYSE GALLAND MOURBRUN Liste divers droite)
   1,17%
En pourcentages des suffrages exprimés
Données fournies par le ministère de l'Intérieur

Municipales 2008.

RESULTATS DU 2ème TOUR

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 89620    
Abstentions 32516 36,28  
Votants 57104 63,72  
Blancs ou nuls 1344 1,50  2,35
Exprimés 55760 62,22  97,65


Liste conduite par Voix % Exprimés Sièges
gagnés
M. Alexandre MEDVEDOWSKY 23945 42,94 12
M. François-Xavier DE PERETTI 7123 12,77 3
Mme Maryse JOISSAINS MASINI 24692 44,28 40

Repost 0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 00:45

Ouf

 

C'est Daniel Duquenne qui sera le prochain maire de la ville d'Hénin-Beaumont, avec 52.38% des voix et non le FN. Au premier tour des municipales d'Hénin-Beaumont, le dimanche 28 juin, le Front National avait remporté le 1er tour des municipales, selon France Info.

Avec 39,34% des voix, devant une gauche divisée, notamment entre Daniel Duquenne (20,19%) et le socialiste Pierre Ferrari (17,01%).

 

Bizarre tous les partis politiques crient à la victoire, alors que cette victoire symbolise plutot la totale défaite de ces même partis. Le candidat élu a refusé de faire toute forme d'alliance avec PS, PC Modem et Verts. Il a dénoncé leurs pratiques archaiques et fait cavalier seul. Il a aussi attaqué la corruption locale ..et gagné seul sans étiquette ni soutien partisan. Cela dénote t'il un nouvel air du temps ou juste d'une conjoncture locale ? Le vote Cohn Bendit avait visiblement une dimension anti-politique ou politicienne de cette nature. Si on lit le bon article de S Zappi dans le monde sur l'éléctorat Europe écologie on retrouve de manière récurrente cet argument. http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/07/04/ecolos-par-defaut_1215251_823448.htmllink

 

Cela nous apprend quelque chose sur aix ? Nous le verrons bientot à Aix avec le sondage de la provence de demain et le vote de dimanche, car un candidat s'est positionné ainsi sur un combat moral et apolitique Stephane Salord..En tirera t'il les bénéfices que l'on observe aileurs ?? Wait and see.

 


Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 21:51
On en apprend des vertes et des pas mures en lisant le site de Maryse Joissains. Ainsi on découvre un soutien récent du trèfle. Malgré l'abandon du soutien de Génération ecologie elle pourra donc afficher un pseudo logo écolo sur ses documents.

Extrait du communiqué des nouveaux écologistes du TREFLE

 

 

Les Nouveaux EcologisteNouveaux écologistes du Trèfles du TREFLE appellent tous les Aixois à se mobiliser le 12 juillet prochain pour voter en faveur de la liste conduite par Maryse JOISSAINS-MASSINI.

En matière de développement durable et de protection de l'environnement, Maryse JOISSAINS-MASSINI a déjà démontré ses capacités de Maire-éco-citoyenne en agissant concrétement sur la vie quotidienne de tous les aixois :

en matière de transports collectifs,  d'urbanisme et d'aménagement du territoire, de gestion des déchets, de biodiversité, d'actions sur le climat et l'énergie...(Interdit de rire. On a du oublier de leur dire qu'Aix n'a pas de plan local de l'urbanisme (PLU) ni de plan de déplacement  urbain (PDU) )

Le 12 juillet, les écologistes se mobiliseront pour que Aix en provence soit dans les années à venir une ville exemplaire en matère de développement durable et de protection de l'environnement.

Pour cela, nous appelons tous les électeurs à voter et à faire voter en faveur de la liste conduite par Maryse JOISSAINS-MASSINI.

Albert LAPEYRE
Président national des Nouveaux Ecologistes du TREFLE

Mais qui sont ses gens ??  Voilà ce que l'on trouve ce jour sur le site wikipédia... Leur soucis principal ne semble pas être  l'écologie.

PS: Ces gens ont bien un lien avec Aix d'après cet article .. cherchez lequel !!


Le Trèfle - Les nouveaux écologistes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Trèfle - Les nouveaux écologistes est une étiquette électorale française créée au début des années 1990 sous la dénomination « Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » (NERNA) par Bernard Manovelli. Ce groupe soutient aujourd'hui l'UMP.


Période Manovelli [modifier]

Bernard Manovelli, avocat, dirigeant du mouvement d'extrême droite Marseille-Sécurité et conseiller général divers droite à Marseille, avait dû démissionner de son mandat suite à sa condamnation pour fraude électorale le 26 mars 1991 par le tribunal de grande instance de Marseille, mais s'était représenté avec le soutien du RPR et de l'UDF à la cantonale partielle des 2 et 9 juin 1991, réélu au second tour avec 58,9% des suffrages[1],[2]. La condamnation de 1991 avait toutefois été confirmée le 6 avril 1992 par la cour d’appel d’Aix-en-Provence[3].

Après avoir présenté 551 candidats « Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » au premier tour des législatives de 1993 et obtenu 700.000 voix, soit 3,2% des suffrages exprimés, Bernard Manovelli appelle le 22 mars 1993 ses électeurs « à voter et à faire voter massivement en faveur des candidats du RPR et de l’UDF »[4],[5],[6].

Période Lapeyre [modifier]

L'étiquette est reprise après le décès de Manovelli en 1995 par Albert Lapeyre, conseiller d'arrondissement de droite (élu sur la liste de Jean-Claude Gaudin en 2001) à Marseille, membre de l’Institut Charles de Gaulle[7], membre du conseil d'administration de Debout la République, courant souverainiste de l'Union pour un mouvement populaire, qui compte des membres issus du RPR, du RPF et du MPF[8].

Financement public [modifier]

« Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » (depuis le 21 décembre 2001 « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes - Homme - Nature - Animaux », abrégé en « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes » pour les élections législatives) disposent de deux autres étiquettes électorales également créées par Manovelli, le Parti pour la Défense des Animaux (PPDA), l'Union Nationale Écologiste (UNE).

En mars 1993 les Verts dénonçaient le but de ces candidatures comme étant de « récupérer le financement officiel des partis politiques prévu par la loi »[9].

En 1993, « Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » avaient ainsi réussi à obtenir 3.026.714 francs d'aide publique, le Parti pour la Défense des Animaux 1.720.562 francs[10]. En 2003, « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes - Hommes - Nature - Animaux » a ainsi reçu 149.044,87 euro d'aide publique, le Mouvement hommes animaux nature 31.594,88 euro, [11]. Ces étiquettes électorales sont bien gérées, puisqu'elles respectent la parité afin de ne pas devoir s'acquitter du montant retenu sur la dotation des partis politiques au titre de la parité[12].

En 2005, deux députés UMP, Jérôme Rivière (Alpes-Maritimes), à l'époque adhérent de La Droite libre (et depuis 2006 du CNI, candidat UMP dissident aux législatives de 2007), et Patrick Labaune (Drôme), à l'époque vice-président national de Debout la République (dont Albert Lapeyre, président du Trèfle, était membre du conseil d'administration), adhèrent au Trèfle pour le versement de l'aide publique dont bénéficient les partis et groupements politiques, ce qui place ce parti parmi ceux représentés au parlement, d'où l'attribution pour 2005 de 88.592,06 euro à ce titre, outre les 149.154,23 euro au titre du « montant de la première fraction de l’aide publique pour 2005 compte tenu de la loi sur la parité »[13],[14],[15],[16].

Union gaulliste de France [modifier]

Albert Lapeyre a par ailleurs mis sur pied une Union gaulliste de France[17] dont il est « président actif », le « président fondateur » en est Bernard Tallès et le secrétaire général Stéphane Galardini. Selon Marianne, l'UGF s'est alliée au Trèfle dans la perspective des législatives de 2007[18]. En réalité, Albert Lapeyre est président du Trèfle, Bernard Talles vice-président et Stéphane Galardini délégué national[19].

Bernard Tallès, adjoint au maire du 4e secteur de Marseille[20] dont le maire est le député UMP Dominique Tian, a été candidat « divers » aux législatives de 1993 à Paris[21], frappé d'une peine d'inéligibilité pour ne pas avoir déposé à la préfecture ses comptes de campagne[22], candidat « sans étiquette » à celles de 1997 dans le Rhône[23], en 2002 dans les Hauts-de-Seine, cette fois pour Le Trèfle, aux sénatoriales du Rhône en 2004 pour l'« Union pour la défense des valeurs républicaines et la défense de l’environnement »[24],[25], et aux législatives de 2007 pour Le Trèfle, mais cette fois en Haute-Savoie[26].

Stéphane Galardini a été candidat (« militant depuis 1989 » au RPR) à la présidence du RPR en 1998 (« Une somme d'1 million de francs sera répartie équitablement entre les candidats pour leur campagne : 800 000 francs pour le premier tour et 200 000 francs pour le second tour. »)[27], candidat « Nouveaux écologistes » - « Union gaulliste et écologiste » au premier tour des législatives de 2002 dans la 15e circonscription de Paris[28],[29],[30], candidat « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes » dans la troisième circonscription des Yvelines aux législatives de 2007[31],[32].

Présidentielle de 2007 [modifier]

Le 8 avril 2007, Stéphane Galardini, candidat du Trèfle aux législatives et secrétaire général de l'Union gaulliste de France, qui a son président en commun avec Le Trèfle, Albert Lapeyre, informe sur son blog que « L'Union Gaulliste de France est claire sur sa prise de position. (...) l'UGF aprés concertation de son comité directeur et sous l'autorité de son Président à décidé depuis plusieurs semaines de soutenir à la Présidence de la République la candidature de Monsieur Nicolas Sarkozy. Telle est notre position et notre consigne de vote pour le premier tour ! »[33].

Législatives de 2007 [modifier]

Le 8 juin 2006, un accord électoral de non-concurrence pour les législatives 2007 a été conclu entre « Le Trèfle-Rassemblement Nature et Animaux », le « Mouvement homme animaux nature » (fondé par Jacques Leboucher, un ancien membre du RPR[34]), Génération écologie-Les Bleus et le Mouvement écologiste indépendant[35]. Malgré cet accord, des candidats de plus d'un parti signataire étaient présent dans plusieurs circonscriptions. Dans un communiqué de presse du 7 juin 2007, Génération écologie qualifie Le Trèfle de « parti proche de l’UMP », citant comme source le Canard enchaîné[36].

Sources [modifier]

  1. L'Humanité 1er juin 1991 [archive]
  2. L'Humanité 11 juin 1991 [archive]
  3. L'Humanité, 8 avril 1992 [archive]
  4. L'Humanité 2 mars 1993 [archive]
  5. Eric Gava, Quand élection rime avec pognon... [archive], Le Monde libertaire, 15 mai 1997
  6. L'Humanité 23 mars 1993 [archive]
  7. Que de greffons sur le terreau écolo ! [archive], Midi libre, 30 mai 2002
  8. France Républicaine - Annuaire, Debout la République (DLR) [archive]
  9. L'Humanité 2 mars 1993 [archive]
  10. Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques [archive], Détail des aides publiques directes accordées en 2003
  11. Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques [archive], Détail des aides publiques directes accordées en 2003
  12. Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes, Montant retenu sur la dotation des partis politiques au titre de la parité en 2005 [archive]
  13. , Décret no 2005-257 du 21 mars 2005 pris pour l’application des articles 9 et 9-1 de la loi no 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique [archive], Journal officiel du 22 mars 2005
  14. Patrick Roger, L'UMP à la recherche de deux de ses députés partis au Trèfle [archive], Le Monde, 30 mars 2005
  15. Le Monde, 18 juin 2005 [archive]
  16. Gérard Bouchet, P.L a disparu !, 10 novembre 2006 [archive]
  17. Blog de l'Union gaulliste de France [archive]
  18. Florence Hulak, Etre écolo, c'est facile et ça peut rapporter gros [archive], Marianne, 15 février 2006
  19. Le Trèfle - Les nouveaux écologistes - Homme - Nature - Animaux, Direction du mouvement [archive]
  20. "11e Adjoint délégué aux relations avec les commerçants et à l'artisanat, pour la Mairie du 4e secteur", cf. le site de la Ville de Marseille [archive]
  21. Élections législatives de 1993, Détail des résultats parisiens pour les 10 premières circonscriptions [archive]
  22. Conseil constitutionnel, Décision n° 93-1613 du 20 octobre 1993 [archive]
  23. Législatives 1997 - Lyon (1re circonscription) - résultats [archive], site de l'Assemblée nationale
  24. Elections sénatoriales 2004, site du Sénat [archive]
  25. Les Verts en course pour les sénatoriales [archive], Lyon-Mag,
  26. R.B., De drôles d’oiseaux parmi les zécolos nouveaux [archive], Forum social Haute-Savoie, 8 juin 2007
  27. Liste des candidats à la candidature pour la présidence du RPR, 1998 [archive]
  28. Site du Ministère de l'Intérieur, PARIS (75) -- 15e circonscription (résultats officiels) [archive], 1er tour, 9 juin 2002
  29. UMP, Fédération de Paris, Législative partielle dans la 15e circonscription de Paris [archive]
  30. Rita Naoum-Nieto, candidate aux élections législatives françaises de Juin 2002 [archive]
  31. Liste des candidats, Yvelines - 3e circonscription [archive]
  32. Blog de Stéphane Galardini, Notre parti alternative concrète face aux verts [archive], 6 avril 2007
  33. Blog de Stéphane Galardini, L'appel à voter Sarkozy [archive], 8 avril 2007
  34. Que de greffons sur le terreau écolo ! [archive], Midi libre, 30 mai 2002
  35. Accord électoral de non concurrence entre formations écologistes en vue des élections législatives de juin 2007 [archive]
  36. http://www.generation-ecologie.com/ge/communiques/communiques.htm [archive] Génération écologie, Communiqués de presse

Lien externe [modifier]

Repost 0