Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:50

Voilà ce qu'on trouve sous la plume de B Langlois dans Politis cette semaine sur l'affaire Polanski (juste le viol d'une jeune fille de 13 ans...)

"On peut aussi se poser quelques questions au sujet de cette Lolita dont les charmes firent déraper le cinéaste, et que personne n’obligeait à se rendre en sa seule compagnie en un appartement désert pour y poser seins nus (c’est elle qui raconte) devant son objectif : l’ingénuité aussi a des limites. "

Beurkkk.. On croit rêver...c'est l'argument macho classique sur ces femmes violées qui l'ont bien cherché les salopes... Après la défense de penseurs de la nouvelle droite comme  De Benoit,   après la défense de Jean Ziegler ami des droits de l'homme façon Kadhafi, (oui mais aniti américain)  après la défense récurrente du relativisme culturel de Serge Latouche qui écrit qu'on peut bien vivre avec 600 euros par mois si on suit le Tao de l'écologie, après les publications répétées de tariq Ramadan en son temps (FSE), après le blanchiment  d'Hubert Vedrine sur le Rwanda...(oui mais anti américain) Politis est  il encore un journal défendant les valeurs de gauche ? On se demande. L'anticapitalisme et l'anti-impérialisme en ce moment ne sont plus en rien les garants de convictions de gauche. Il me semble que tout ceci n'est que la pente naturelle d'une certaine gauche qui a abandonné le libéralisme politique et l'universalimse de ses principes...Tout est donc devenu possible.

Politis est tombé bien bas. On espère une réaction de la rédaction et des forces de gauche "amies " du journal qui défendent des valeurs féministes.
 
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 09:17
On trouve des merveilles sur internet. Pour preuve ce très bel article qui au moment des affaires Polanski et Mitterrand nous rappelle qu'être de gauche c'est laisser émerger la subjectivité des dominés et non écouter avec compassion le soliloque des maquignons de la sexualité .

http://peripheries.net/article324.html link

On lira avec interet l'article de Didier Lestrade sur ce sujet.

 http://didierlestrade.blogspot.com/2009/10/le-chapitre-11.html
  link

Ps Merci à JPD de m'avoir signalé cet article.
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 21:33
Je viens (avec un peu de retard car je suis un peu débordé) de lire les éditos de Fottorino dans Le Monde et de Joffrin dans Libération sur l'affaire Mitterand.. Déjà sur Polanski j'avais trouvé la couverture médiatique odieuse. Mais dans quel monde vivent ces gens là ??? Comment blanchir des comportements aussi odieux ?  Les extraits du bouquin de Mitterand sont on ne peut plus clairs sur ses relations avec les "gosses"...qu'il essaye de faire passer à la télé pour des boxeurs de 40 ans...(il  se fout vraiment de notre gueule). Voilà que des attitudes abjectes sont légitimées et euphémisées par les grands quotidiens nationaux...c'est à tomber à la renverse.

Evidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur les commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. Je m’arrange avec une bonne dose de lâcheté ordinaire, je casse le marché pour étouffer mes scrupules, je me fais des romans, je mets du sentiment partout; je n’arrête pas d’y penser mais cela ne m’empêche pas d’y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément. [..]  Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide; il leur arrive aussi de ramasser des dingues et un Occidental de passage qui paraît encore relativement jeune, ça ne cadre pas avec la clientèle ordinaire; à mon âge, dans cette ville, on se trouve un darling gratuit quand on bénéficie du prestige et des privilèges de l’étranger, quitte à lui payer un walkman avant de repartir.


Extraits de «la mauvaise Vie» - chez Pocket - Robert Laffont


Quant à la gauche heureusement que Montebourg, Hamon, Valls sauvent l'honneur car que dire des déclarations des autres leaders  qui refusent de condamner clairement ce qui choque le moindre citoyen doué de bon sens, à la lecture de ces lignes horribles. ?? Un tel refus de condamner ces actes laisse pantois. Quant à l'argument selon lequel ce serait de l'homophobie c'est à tomber de l'armoire.. car c'est Mitterand qui fait un mal redoutable aux homosexuels en incitant à cette confusion abjecte entre pédophilie, prostitution et homosexualité. Quant au  fait que le FN ait amorcé cette dénonciation ne justifie pas que l'on s'en détourne... Lorsqu' il y a un incendie, ce n'est pas parceque c'est un responsable du FN qui signale le feu que l'on se refuse à envoyer les pompiers !! Sauf à être devenus complétement stupides ! Et on ne peut que regretter  que d'autres (à gauche) n'aient pas été plus vigilants....

Vivement qu'il y ait un coup de balai dans cette classe politique  et dans ces médias qui ont oublié le minimum des règles de morale. Ils ne font qu'alimenter le discrédit de nos élites qui n'en ont pas besoin dans ces temps de  regression générale de la démocratie sous le
sarkozysme triomphant.

PS Heureusement que Marianne sauve l'honneur  sur ce sujet.
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 21:24

Voici les Résultats de la votation citoyenne sur le statut de La Poste à Aix en Provence (plus Puy Ste Réparade, Venelles, Vauvenargues et Eguilles)
 
- 8480 votants
 
- 8192 voix contre la privatisation de La Poste

Les aixois restent attachés au service public. Voilà peut être un début pour arrêter ce gouvernement....

Repost 0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 22:10

Payer les élèves qui viennent en classe.. Un moment de perplexité me saisit ...... A quand les élèves  menaçant leurs camarades des classes concurrentes pour pousser à l'absentéisme ? A quand les places de spectacles du Crazy Horse pour pousser les élèves à avoir de bon résultats ? Jusqu'où ira le mécanisme ??

Outre le caractère régressif de la proposition sur le plan culturel....on ne peut que s'inquiéter de cette marchandisation de l'école. Mais jusqu'où ira ce gouvernement ???

Absentéisme : des places de foot pour motiver les élèves

Flore Galaud (lefigaro.fr)
03/10/2009 
Stade Vélodrome de Marseille.
Stade Vélodrome de Marseille. Crédits photo : AFP

Un lycée professionnel de Marseille récompense tout les mois la classe ayant le taux d'absentéisme le plus faible en lui offrant des places pour aller voir jouer l'OM.

Après la cagnotte, les places de football. C'est en tout cas ce qu'a choisi le lycée professionnel Mistral de Marseille pour motiver ses quelques 600 élèves, révèle samedi le quotidien La Provence. Le proviseur a en effet décidé depuis la rentrée de récompenser, tous les mois, la classe ayant le taux d'absentéisme le plus faible en donnant aux élèves des places pour aller voir l'OM jouer au Vélodrome.

«La présence en classe contre des places pour l'OM, ça marche !», se réjouit le proviseur. «Jamais on a eu une telle assiduité (...) Ça motive les élèves qui doivent jouer collectif pour se classer premiers», estime-t-il. Fin septembre, c'est une classe de première en filière «carrosserie»qui est arrivée en tête, avec 95% d'heures de cours effectuées.

 

Un coût de 1500 euros

Pour cette opération, le foyer socio-éducatif du lycée a déboursé 1500€ pour acheter dix cartes d'abonnement à l'OM. Et l'initiative devrait perdurer toute l'année, et pourrait même aller plus loin. La direction, en effet, pense mettre en place d'autres récompenses, telles que des places pour du trial au palais des sports et des journées de ski.

Si, selon le quotidien marseillais, professeurs, parents et élèves sont ravis, la méthode peut tout de même laisser perplexe. Vendredi, l'annonce d'une cagnotte de 10.000 euros pour récompenser l'assiduité dans l'académie de Créteil avait déjà créé la surprise. Trois syndicats d'enseignants rattachés à la FSU ont ainsi déclaré samedi que cette mesure était «contraire aux valeurs de l'Ecole républicaine» et ont démandé son retrait.

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 10:28
Laurent Ozon est écologiste à n'en pas douter. L'écologie est une grande famille.  Par ailleurs Ozon vient de créer un mouvement identitaire qui a participé à la convention nationale et européenne des identitaires et s'est doté d'une charte éloquente. On s'attendait donc à un long développement sur le thème de l'écologie. Or le moins que l'on puisse dire c'est que (pour l'instant) sur le sujet c'est lapidaire...l'esprit de synthèse surement....

 


8. Le respect de la vie et de la nature 

Nous voulons la préservation de la bio-complexité et promouvoir une culture du respect de la vie animale et végétale.


Par contre il y a un autre sujet  qui lui connait un développement bien plus précis  : l'immigration. Tient comme c'est bizarre.

9. Une immigration maîtrisée et organisée Nous voulons une Europe ouverte à tous les européens. Mais nous voulons en finir avec les politiques d’immigration irresponsables des gouvernants européens et proposons un arrêt de toute immigration d’implantation, de toute colonisation de peuplement extra-européenne en Europe. Nous souhaitons une organisation communautaire des populations immigrées non-européennes en coopération avec leurs pays d’origine et en vue de la relocalisation de ces populations.

renforcé par le point 2
2. Une "maison" pour chaque peuple

Nous voulons une « maison » pour chaque peuple et le respect des héritages de tous. La diversité organisée des cultures et des identités participe à la bio-complexité et à la richesse du vivant. La mémoire de chaque peuple est respectable. Les populations ne sont pas interchangeables.


La différence de traitement selon les thèmes et le contenu des propositions sur l'immigration sont assez claires pour ceux qui ont encore des doutes sur le classement politique d'un tel mouvement...Quant à l'usage du concept de relocalisation...il fait peur mais n'a rien de surprenant pour ceux qui connaissent les propositions du biorégionalisme et les développement d'une certaine écologie profonde.

Un dernier post a connu quelques commentaires dont certains souhaitent que je fasse un débat avec L Ozon. J'avoue que je n'ai aucun problème à débattre avec des individus ayant des positions différentes des miennes, mais là à vrai, dire je n'en vois pas l'intérêt... En dehors d'une promotion et d'une légitimation de tels propos qui me débectent. Surement car je suis un produit de ce métissage que vomissent les identitaires et car ma famille est colonisée par des membres de ces peuples qu'il  faudrait "relocaliser"  par charter dans leur milieu naturel...  Habitant de Paca et occasionnellemnt niçois, je suis la progression et les actions des identitaires locaux (Nissa Rebela) avec inquiétude. Et jamais je ne mangerai  la soupe aux cochons avec des représentants de cette mouvance identitaire.



Daniel Linberg dans son très bon ouvrage Le procès des Lumières montre assez clairement comment à partir de la lecture gramsciste de Burke, De Maistre ou Maurras la pensée conservatrice s'est faite passer pour révolutionnaire et à gauche et a cherché une légitimité. Il montre comment s'est réalisé un grand retournement de la pensée critique post moderne, déconstructionniste des années 70. Certains intellectuels comme Serge Latouche portent à mon avis une lourde responsabilité dans cette légitimation.  Réinterprétation, alliance pour la défense ...en définitive d'une pensée réactionnaire. L'essentiel étant la légitimation d'interlocuteurs par des stratégies de promotion qui permettaient ensuite la diffusion des poncifs conservateurs sur l'immigration, l'identité, la communauté etc. Dans un magnifique ouvrage d'un autre genre, sur Heidegger, Emmanuel Faye montre comment les propos sur la destruction méthodique des Lumières, de la raison , du progrès et l'achévement de la métaphysique chez Heidegger qui reprennent les poncifs de Spengler, Junger et de la Révolution conservatrice allemande avaient pour principale fonction de laisser émerger le régime de l'époque et de faire appel aux forces obscures de la communauté et de l'esprit allemand...dont on sait ce qu'ils étaient et comment ils ont fini. A lire et relire car il montre bien comment une certaine pseudophilosophie ne sert que des buts politiques illégitimes. Alors quand j'entends les mots "conservateur de gauche," "révolution conservatrice "ou tout autre euphémisme de ce type... je m'inquiète et me dis que ces idées n'ont pas a être répandues...et encore moins avec ma collaboration. 



Repost 0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 15:37
1er publication le 13/09

 Tient comme c'est étonnant (lol) ... L'écologiste Laurent Ozon sera à la Convention des Identitaires à Orange aux côtés des journalistes du Choc du mois, de députés du FPO, de militants d'Alsace d'abord, de Nissa Rebella... et de tout le gratin de l'extrême droite régionaliste européenne.  http://convention-identitaire.com/actualites.htmllink
Convention à laquelle on ne parlera pas de développement durable.

Ps Vous lirez avec interet l'interview que Serge latouche avait jugé interessant en son temps de donner à la revue Le recours aux fôrêts. http://ozon.over-blog.com/article-1821396.html link


Ps Je reçois ce mercredi 23 une demande de Laurent Ozon via overblog  de retrait de la photo et de cet article  de ce blog. La demande est surprenante car cette photo est celle qui annonce  la participation de M Ozon aux journées des identitaires sur le blog des identitaires (sans changement). Elle me semble donc être publique comme tout acte politique de cet accabit. La raison de cette demande doit donc plutot être la gène de se trouver sur un blog de ma tonalité politique ... ;)). En attendant de plus amples informations et précisions  juridiques sur ce point je retire la photo. Elle reste visible à cette adresse  là http://convention-identitaire.com/actualites.htmllink.... Quant à ma taxinomie de M Ozon, quand on fréquente le FPO, Alsace d'Abord, nissa Rebela , le choc du mois et  les milieux identitaires, on l'assume. Encore plus d'ailleurs quand on se veut créateur d'un mouvement "identitaire". Dont voici le texte fondateur assez explicite. http://www.mouvement-localiste.com/link


Maison Commune est un mouvement culturel et politique qui place au centre des valeurs qui fondent son action les notions de volonté, de liberté et de créativité qui sont communes aux peuples d'Europe depuis des millénaires. Nous pensons que le culte de l'argent, de l'individualisme et du métissage ne pourra faire office de projet de civilisation pour l'Europe. Ces idées se présentent, à l'instar des totalitarismes du passé, comme des idées généreuse. Elles portent pourtant en germe le projet d'une Europe-termitière, gigantesque zone marchande, juxtaposition de ghettos haineux dans lesquels toute vie libre et sauvage, toute culture élevée, disparaitront.

Ce dont nous avons besoin pour préparer une vie digne et belle à nos enfants, ne nous viendra pas des élites dites "républicaines", produites par la démocratie parlementaire, la société du spectacle et le système de l'argent.

Le temps des mots est maintenant passé. La solidarité, l’entraide, l’organisation et la discipline, nous aideront à survivre aux tempêtes qui s’annoncent. La relocalisation des activités humaines dans le cadre d'une "Europe-Puissance" protectrice et autonome est la solution. Ne vous laissez pas gagner par le fatalisme ! La simplicité de l'action concrète réalisée en commun vous fera oublier le conditionnement des médias et l'impuissance des politiques  ! L OZon

 


Voici  la notice sans photo de M Ozon et son mouvement politique  telle que présentée par les identitaires sur leur site (et toujours inchangée à ce jour) pour appeler à se rendre à leur rassemblement.

Laurent Ozon, Maison Commune


12 septembre 2009

                





        ?

Laurent Ozon est le fondateur d’un nouveau Mouvement politique localiste et identitaire : « Maison Commune ». Il est Président d’un groupe de PME et investisseur en nouvelles technologies, il a 42 ans, est marié et père de 4 enfants.

Organisateur en 1999 du Collectif Non à la Guerre qui avait regroupé des personnalités aussi diverses qu’Alexandre Soljenitsyne, Peter Handke, Harold Pinter, Dominique Venner ou l’Abbé Pierre dans un commun rejet des bombardements de l’OTAN en Serbie, Laurent Ozon est aussi le fondateur de la revue d’écologie profonde « le recours aux forêts » et de l’organisation éco-activiste « Wildniss Club ». Il a travaillé plusieurs années avec Edward Goldsmith et Antoine Waechter pour structurer en France, une activité éditoriale naturaliste et bio-régionaliste.


Repost 0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 20:53

On a pu lire une tribune de l'inenarrable Serge Latouche. Après son éloge de la voie sacrée du tao...pour retrouver le sens de la vie et de la décroissance, le voici dans une défense à demi-mots d'un revenu à 600 euros... ou en tout cas dans une délégitimation de revendications pour l'augmentation du pouvoir d'achat. Avec son style toujours à la limite (comment dire les choses inaudibles en les insinuant), il nous fait comprendre plus qu'il ne nous dit qu'on peut très bien vivre avec 600 euros. Admirez la litote et l'usage préventif des négations : "Certes, si les partisans de la décroissance se contentaient de soutenir qu’on peut être heureux avec 600 euros par mois, on les traiterait immédiatement d’alliés objectifs du capitalisme rapace, avec quelque apparence de raison. Traductions ils soutiennent cette revendication mais avec d'autres qui du coup la rendent acceptable, ils ne se content donc pas de cela. Si « l’ivresse joyeuse de la sobriété volontaire » dont parlait Ivan Illich n’est pas inabordable avec 600 euros par mois, la décroissance n’a jamais prêché la passivité et la résignation." Magnifique le "n'est pas inabordable à 600 euros". Mais ce ne sont pas les 600 euros qui comptent mais la réappropriation de sa vie.... Et la fin du texte qui nous appelle à rejeter le consumérisme et donc le modèle social démocrate, fordiste (celui qui veut qu'on revendique de gagner plus de 600 ) auquel il est assimilé juste au dessus... Décidement la decroissance a des relents antisociaux fréquents. Inutile de préciser que le site décroissance.org s'est empressé de relayer le texte. ( C'est surement Ariès qui a du voulu fêter son rapprochement du front de gauche.)

Ps On serait curieux de savoir avec combien Serge Latouche vit, car la retraite de professeur émérite d'université et les droits d'auteurs ça fait plus que 600 euros. Décidement ces gens ne sont pas sérieux.

Ps  Politis ne cesse de surprendre.

Vivre avec 600 euros par mois

jeudi 3 septembre 2009, par Serge Latouche


Il y a quelques mois, les étudiants grecs sont descendus dans la rue. Leur slogan, « Génération 600 euros », dénonçait avant tout le sacrifice de leur avenir, plus ou moins en perspective pour tous les jeunes Européens. Au regard des honteuses rémunérations des responsables politiques et économiques, comme des primes, stock-options, parachutes dorés et autres majorations non moins scandaleuses qu’ils s’octroient, l’écœurement des jeunes manifestants et leur révolte peuvent se justifier. Cependant, 600 euros, c’est à peu près trente fois le seuil de pauvreté absolue, situé par la Banque mondiale à 1 dollar par jour – qui concerne environ un milliard et demi de nos contemporains –, et 15 fois celui de la pauvreté relative (2 dollars par jour) pour 2 milliards et demi d’humains supplémentaires. Les deux tiers de l’humanité vivent donc avec moins de 600 euros par an !

Certes, les objecteurs de croissance sont très avertis de la relativité de telles statistiques. Ainsi, ils admettent qu’avec 2 dollars par jour, on peut être à l’aise à Grand Yoff, banlieue de Dakar, tandis qu’avec 30 euros, on tire le diable par la queue à San Francisco. Mais ils savent aussi que, même en casquant plus de la moitié de 600 euros pour le loyer d’une turne sordide, nos enfants font encore partie du tiers privilégié de l’humanité que tentent désespérément de rejoindre tous les clandestins de la terre. La gauche social-démocrate, communiste, trotskiste et autre s’est engouffrée dans la trappe du compromis keynéso-fordiste, misant sur la croissance plus que sur le partage, sur le consumérisme plus que sur le communisme, sur la quantité de biens plus que sur la qualité des liens. « Ce n’est qu’au terme de cet immense travail de falsification médiatique et mémorielle, note Jean-Claude Michéa, que le projet d’une croissance illimitée dans un monde sans frontières a pu enfin devenir ce qu’il est à présent : l’ultime centre de gravité philosophique de tous les discours de la gauche et de l’extrême gauche post-mitterrandienne  [1] . » Cornélius Castoriadis avait déjà dénoncé cette dérive flagrante du mouvement révolutionnaire qui supposait « qu’il n’y avait qu’à réaliser la maîtrise sur la nature pour rendre l’autonomie à l’homme […]. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un contrôle de ce désir de maîtrise, d’une auto-limitation. […] Nous avons besoin d’éliminer cette folie de l’expansion sans limite, nous avons besoin d’un idéal de vie frugale, d’une gestion de bon père de famille des ressources de la planète   [2] ».

Et pourtant, nombre de Verts se sont fait piéger par le miroir aux alouettes du développement durable et de ses avatars, croissance verte, capitalisme écocompatible, new deal écologique. Finalement, ils se sont privés des moyens de dénoncer la relance et la politique du pouvoir d’achat. Quant au programme d’une « décroissance sélective, équitable et solidaire », Dominique Voynet elle-même, tout en y adhérant, le trouvait inaudible, et l’un de ses porte-flingues déclarait : « Je ne me vois pas aller dire aux mecs de Peugeot mis au chômage : maintenant il va falloir être sobre dans votre vie quotidienne. »

Certes, si les partisans de la décroissance se contentaient de soutenir qu’on peut être heureux avec 600 euros par mois, on les traiterait immédiatement d’alliés objectifs du capitalisme rapace, avec quelque apparence de raison. Si « l’ivresse joyeuse de la sobriété volontaire »

dont parlait Ivan Illich n’est pas inabordable avec 600 euros par mois, la décroissance n’a jamais prêché la passivité et la résignation. Car la joie de vivre hors des chaînes du consumérisme est inconcevable sans amélioration de la qualité de la vie et sans lutte pour la justice. Résister à la pollution mentale et à la colonisation de l’imaginaire, c’est combattre les forces responsables de notre toxicodépendance. Dès aujourd’hui, le bonheur est concevable sur la voie d’une émancipation de l’asservissement consumériste, mais il ne peut se construire que dans la lutte pour un monde plus partagé demain.

Notes

[1] La Double Pensée. Retour sur la question libérale, Jean-Claude Michéa, Flammarion « Champs essais », 2008, p. 138.

[2] « Débat avec Legros », in Cornelius Castoriadis. Réinventer l’autonomie, Blaise Bachofen, Sion Elbaz, Nicolas Poirier éd., Éditions du Sandre, 2008. p. 282.

Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 18:52
Le pays d'Aix profite de la semaine des déplacements pour fait sa promotion et s'entoure même d'associations locales pour légitimer son très mauvais bilan.

Pour rappel la CPa a certes à son actif une augmentation du nombre de bus (surtout entre les villages de la cpa et Aix) et la réalisation de deux couloirs de bus (périph et tour de ville)..et puis c'est tout

Sinon.
- La communauté du pays d'Aix reste l'une des dernières agglomérations de plus de 300 000  habitants sans reseau de transport en commun en site propre (couloirs de bus pour Bus à haut niveau de service ou tram). Seul véritable levier de changement des comportements.
- La CPa n'a toujours pas de plan de déplacement urbain (PDU). Il n'y a donc aucune planification de long terme sur ce territoire...
- La CPa n'a rien fait pour obtenir le doublement de la ligne de chemin de fer Aix Marseille entre Gardanne et aix...(rien sur un éventuelle barreau ferré aux Milles) la CPa n'a rien fait pour aider à la réouverture de la ligne Aix Rognac (desservant les milles et la duranne)
- La ville d'aix n'a pas construit de projet cohérent de gare routière...
- La ville a multiplié de manière délirante les parkings en  centre ville..créant des aspirateurs à voiture.
- La ville d'aix a réussi à planter les vélos Decaux (qui marchent partout ailleurs) en implantant mal les lieux d 'accroche (tout est en centre ville) et en ayant très peu de vélos..qui en plus sont parmi les plus couteux de France..Là c'est un exploit.
- La ville d'Aix n'a toujours pas réalisé de pistes cyclables ni autorisé l'usage des quelques couloirs de bus aux vélos.
- Aucun plan de piétonisation d'Aix n'a été réalisé.
- Le dossier de doublement de la RD 9 et de la création d'un site propre pour aller à la gare TGV et à l'aéroport bloqué par l'équipe Joissains..
- Et evidemment aucun plan d'urgence spécifique n'a été mis en place pour répondre au pics de pollution dont nous sommes localement les champions...

A Aix c'est pas la fête des déplacements c'est plutot Joissains qui fait leur fête aux déplacements...
Les aixois ne s'y trompent aps et la colère ne fait que monter. La fédération des CIQ vient d'ailleurs de lancer une pétition évocatrice Tranports "ça suffit !"  que je ne peux que vous inviter à signer.

Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 09:37
Certains observateurs aixois indiquent que Sophie Joissains est sur les stratings blocs pour remplacer Maryse Joissains. Pour certains c'est déjà fait. Ainsi dans le Nouvel Obs de juin parlant des municipales aixoises..c'est une photo de Sophie qui illustrait les exploits de Maryse. Inconscient ou longueur d'avance ???

Ps vous me croirez sur parole car j'ai pas osé arracher la page chez mon médecin..Mais si quelqu'un a le scan je suis preneur.
Repost 0