Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 15:23

L'ASEP organise une « Course des Caducées » pour lever des fonds pour l'association simianaise FLO (Florian Lymphome Optimisme) qui reverse l'intégralité de ce qu'elle récolte à l'Institut Paoli Calmettes à Marseille. Nous comptons sur votre présence ! (Vous pouvez choisir de courir entre 400 mètres et 10 kilomètres suivant le niveau).

Si vous souhaitez vous inscrire en ligne, vous pouvez le faire en cliquant ici*.

 

L'équipe de l'ASEP

 

invitation_course_des_caduces_BD

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Blog Ouvert
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 10:19

 

Venez nombreux samedi 10 septembre à 15 heures sur le Vieux port de Marseille

Réunion du G7 Finance à Marseille les 9 et 10 septembre - un non-événement ?

Les ministres des finances des 7 pays les plus riches du monde (USA, Canada, Royaume Uni, Allemagne, France, Italie, Japon) vont se réunir à Marseille Palais du Pharo après un été où l'on a joyeusement spéculé sur les marchés financiers.

Voilà trois ans, éclatait une crise financière mondiale sans précédent depuis celle de 1929, due essentiellement aux pratiques incontrôlées des banques. Renflouées par les gouvernements avec l'argent des peuples, elles se sont permises de spéculer sur la dette publique ainsi accrue, mettant des pays au bord du gouffre.

Les gouvernements des pays riches poursuivent leurs sommets internationaux pour donner l'illusion qu'ils contrôlent le monde de la finance, alors qu'ils n'en sont que les commanditaires, en charge de prélever sur les populations des milliard d'euros par la baisse des salaires et des retraites, les privatisations, les licenciements de fonctionnaires, la réduction de la protection sociale .........

Nous dirons que d'autres politiques sont possibles et nous lançons un appel

« Les peuples d’abord, pas la finance ! »

Deux rassemblements au Vieux Port à Marseille

Jeudi 8 septembre à 10h

On n’a pas de blé mais on donne du pain”

initiative locale et originale d’EMMAÜS ouverte à tous les citoyen(ne)s en présence des présidents d’Emmaüs France et Emmaüs international.

Samedi 10 septembre à 15h

Collectif 13 Les peuples d’abord, pas la finance !

Une quarantaine d'associations, syndicats, partis politiques

Actions de rue déambulatoires aux rythmes de la batucada Mulêketù

Action “banques”, “Dette”, inauguration de la rue de la Spéculation, Paradis fiscal animé par le CCFD 13, Hakka altermondialiste sur une chorégraphie du CCFD,

Prises de parole, Animation musicale avec le groupe “Mon Vier”, Stands

Alors que ....

Dans le monde des millions d'individus sont privés d'accès aux soins, à l'éducation, à l'eau potable, à la nourriture et sous nos latitudes en France par exemple : 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, 3 millions de personnes sont en situation de mal-logement, 1 Français sur 10 est au chômage et 1 jeune sur 5 est sans emploi

.. la valse des profits des banques continue .....

  • 5, 8 milliards d'euros, c'est le résultat net d'une banque célèbre en 2010

  • 500 millions d'euros constituent les bonus de leurs traders

  • 100 milliards d'euros remplissent les poches des traders américains

..et le G7 finances fera de grandes déclarations

Nous voulons une répartition équitable des richesses, la priorité à la lutte contre la pauvreté et la précarité, la finance au service des peuples

Plus d'informations : http://www.mobilisationsg8g20.org/temps-forts/article/face-au-g7-finance...

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 18:40

Un blog sympa

 

 

http://c-pour-voir.over-blog.com

link

 

 

C'est tout vu il faut aller voir

 

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Blog Ouvert
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 14:41

100 000 m2 de construction autour de la gare TGV et la zone de l'Arbois...l'inéptie urbaine aixoise continue...... Construire hors de tout tissus urbain (reseau de transport, équipement collectifs, logements..) une quantité aussi délirante de bureaux c'est stupéfiant. Le tout dans une monofonctionnalité (des bureaux ...et de quoi nourrir ceux qui viennent..) que même les urbanistes des années 70 n'auraient pas osé... Comme si les reseaux de transport locaux n'étaient pas déjà saturés ...comme si l'étalement urbain et le mitage de notre territoire n'étaient pas déjà assez catastrophiques !!!

 

Densité urbaine, plurifonctionnalité, urbanisme durable, écologie....voilà des notions qui décidemment qui échappent aux responsables aixois....

 

Le mal développement d'Aix continue donc avec ce projet qui bafoue toutes les règles minimales d'un urbanisme humain et écologique....

 

Mais jusqu'à quand va t'on laisser se commettre des crimes contre l'urbanité en Pays d'Aix ???

 

 

 

La ZAC de la gare de l’Arbois s’actualise avec Treize Développement Treize Développement vient de relancer des études de marché et de programmation pour la ZAC de la Gare à Aix-en-Provence. La mission consiste à actualiser les études réalisées en 2003 et 2006 en vue de la commercialisation de cette ZAC de 40 hectares qui jouxte la gare TGV de l’Arbois. Cinq ans après les dernières annonces, la réalisation du projet a en effet avancé à un rythme inverse de celui du bolide ferroviaire, plombée par les atermoiements juridico-administratifs entourant l’élargissement du CD9, axe qui traverse la ZAC, et par des problèmes de maîtrise foncière. Ces deux obstacles sont en passe d’être levés. Le dossier de la route est quasiment réglé, le préfet ayant signé la DUP autorisant le Conseil général des Bouches-du-Rhône à lancer les travaux d’élargissement de la voie le 10 janvier 2011. Quant à l’horizon foncier, il s’est enfin dégagé, Treize Développement, RFF et la SNCF étant parvenus à un accord sur le prix de rachat des parcelles situées sur l’emprise de la ZAC. RFF a accepté de céder les 4,5 ha qu’il détient sur le site au tarif moyen de 15 euros le mètre carré constructible, soit un prix trois fois et demi plus élevé que celui payé par la SNCF au début des années 90 pour acquérir ces parcelles au conseil général afin de réaliser la gare et les voies du TGV Méditerranée. 100.000 m2 de plancher L’horizon administratif désormais (presque) complètement dégagé («presque» car un collectif de riverains qui avait obtenu l’annulation de la première DUP préfectorale en 2003 compte à nouveau ferrailler sur le terrain judiciaire), le technopôle Arbois-Méditerranée, pilote de l’opération, a le champ libre pour engager les travaux de viabilisation. Mais avant de lancer les pelleteuses sur le terrain, le syndicat mixte du technopôle a demandé à Treize Développement, aménageur du site, de mettre à jour les données économiques de l’opération. Ce travail d’actualisation s’effectuera sur la base du plan de commercialisation établi en 2006. A l’époque, le business plan prévoyait la cession d’une vingtaine de lots d’environ 5.000 m2 au tarif moyen de 190 euros/m2 TTC, soit un prix se situant dans le haut de la fourchette de ceux pratiqués dans le pays d’Aix. Une cherté justifiée par la qualité des dessertes de la zone, dotée d’une gare TGV et à 5 km de l’aéroport Marseille-Provence. Côté dépenses, le montant des investissements publics était estimé à près de 25 M€TTC (dont 17 M€ de travaux de viabilisation). Cet investissement devait être couvert par le produit des ventes des surfaces de plancher (19 M€) et par les participations des collectivités (6 M€). La somme des investissements privés était, quant à elle, estimée à près de 200 M€. D’ici la mi-novembre, les programmistes devront donc actualiser ces chiffres, en conservant la vocation du site : vitrine du technopôle, cette ZAC du «Domaine de la gare» devrait héberger 80.000 m2 de bureaux et de laboratoires et 20.000 m2 de services (hôtellerie et restauration).

 

 

E-lettre Sud Infos | Publié le 05-09-2011

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 14:55

Allez Maryse encore un peu d'inaction politique et l'an prochain on se fait une médaille

 

 Lu dans La Provence

 

Aix : des loyers toujours plus chers pour les étudiants Publié le dimanche 28 août 2011 Aix est la 4e ville la plus chère de France pour les studios et T1. Paris sur la première marche du podium, suivi de la région Ile-de-France, de Nice, et d’Aix-en-Provence, en 4e position. Il ne s’agit pas d’un palmarès des plus beaux sites touristiques français, mais du baromètre des loyers étudiants dans les principales villes de France, publié mercredi par le site internet location-étudiant. fr. Pour la 4e année consécutive, le site s’est basé sur les annonces de studio, T1 et 2 pièces qu’il a enregistrées en août 2011, provenant du parc immobilier privé : particuliers, agences immobilières et résidences étudiantes. "L’idée, c’est de montrer la tendance du marché immobilier en général, et de faire ressortir les disparités entre les villes", indique Brice Boullet, qui a participé à l’élaboration du baromètre. 506 euros, c’est donc le loyer moyen d’un studio à Aix en 2011, contre 484 euros en 2010. Une hausse de 4,55% face à 2,35% au niveau national, qui fait grimper Aix de la 5e à la 4eplace. Mais dans le milieu immobilier aixois, cette augmentation ne surprend pas : "Le marché a toujours été soumis à une forte demande, les propriétaires le savent bien et certains jouent là-dessus, explique Béatrice Liabaud, gérante de l’agence immobilière Aix Opéra. Dans le centre-ville, l’offre ne me semble pas suffisante aujourd’hui, en terme de biens de qualité, pour une ville qui compte plus de 40 000 étudiants." Trouver un logement correct et à un prix abordable devient donc un véritable casse-tête pour les étudiants, qui sont encore nombreux début septembre à arpenter les ruelles, leur dossier sous le bras, dans l’espoir de trouver la perle rare. Étudiant aux Beaux-Arts, Lionel a choisi de se passer des services d’une agence. Trop coûteux. "J’ai déjà visité cinq ou six appart’depuis début août, mais avec un budget maximum de 500 euros, c’est rare de trouver quelque chose en bon état. Je viens de voir un 14 m² tout délabré pour 390 euros par mois. C’est du foutage de gueule !" Pour Cécilia, c’est réglé : elle aura un logement à la rentrée. Mais pour être sûre de pouvoir emménager en septembre, l’étudiante en Master 1 de droit a dû mettre la main au porte-monnaie. "J’ai trouvé un studio dans une résidence universitaire, mais il a fallu que je paye le mois d’août, pour qu’il me soit réservé." La problématique est bien connue du Crous d’Aix-Marseille, qui essaie d’y faire face chaque année. "Nous mettons à disposition des étudiants environs neuf mille logements, et même si nous n’avons pas établi le nombre de demandes pour la rentrée 2011, il est évident que de nombreux étudiants n’ont pas été satisfaits", concède Axelle Martin, pour le Crous. Conscient des difficultés des jeunes, l’organisme s’efforce d’améliorer l’offre de locations. Un nouveau bâtiment a vu le jour dans l’enceinte de la Cité U des Gazelles, "des studios tout neufs, occupés pour la première fois cette rentrée". Autre initiative prise par le Crous, le développement depuis juillet d’un Label logement, mettant en relation des locataires et des particuliers. "Les propriétaires déposent une annonce sur le site, que nous acceptons si le logement correspond à certains critères. C’est une garantie pour l’étudiant et un argument supplémentaire pour le bailleur", précise François Bonaccorsi, directeur du Cnous (Centre national des œuvres universitaires et scolaires). Tout juste démarrée, la mesure pourrait rendre service à de nombreux retardataires qui n’ont pas encore de toit pour la rentrée.

 

Marine DURAND

Repost 0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 14:54

Lu dans mars actu des propos inacceptables sur les Roms...

 

Zeribi représentant marseillais Des Verts « Si demain [les Roms] pouvaient travailler facilement je ne suis pas convaincu que culturellement parlant ils se jetteraient sur les offres d’emplois du Pole Emploi. » Signé Karim Zeribi, conseiller EELV de la communauté urbaine de Marseille le 11 août au micro des Grandes Gueules de RMC, émission reprise – s’il vous plait – par le site Fdesouche. Contrairement aux Turcs qui eux n’ont pas « choisi » la mendicité ou le vol et acceptent de travailler au noir : Pas un peu des grosses généralités ? « Ce ne sont pas des généralités, c’est un constat de ce que nous vivons à Marseille (…) Je ne suis pas en train de dire « tous les Roms sont comme ci ou comme ça », je dis ce que je vois en tant qu’habitant de Saint-Antoine ». Idem pour les Turcs : « est-ce qu’on peut me permettre de faire état d’une expérience de vie, est-ce qu’on a le droit de parler de ce qu’on connaît un peu ? », se défend-il. « Je dis simplement que je vois, je côtoie, je discute avec une communauté turque qui n’a pas fait le choix de la mendicité mais d’aller travailler au noir sur des chantiers, et d’être bien souvent très exploitée, ce qui est scandaleux. C’est un constat ! » Consternant... c'est un constat

Repost 0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 14:14

Nicolino reprend sur son blog un texte de giono

 

http://fabrice-nicolino.com/index.php

 

 

Protestation contre l’installation d’un centre nucléaire à Cadarache
par Jean Giono, 1961

 

La municipalité de Manosque Je cite cette ville parce que c’est la plus importante de la région), le Conseil général des Basses-Alpes et les élus du département ont accepté bêtement (je tiens au mot), et même avec un enthousiasme de naiveté primaire et de politique de comice agricole, la création du Centre nucléaire de Cadarache. 

Je voudrais poser trois questions :

 le centre, qui a été présenté aux populations comme un centre d’étude, ne serait il pas en fin de compte un centre de production ?

 Est il exact que le recrutement des spécialistes destinés à ce centre, qui devait être assuré par volontariat, a les pires difficultés pour trouver des volontaires et qu’on est obligé de désigner le personnel d’office ?

Étant donné qu’on va me répondre sûrement que même la production à Cadarache ne présentera aucun danger, pourquoi ce centre inoffensif n’a t il pas été installé tout simplement à Paris et plus spécialement dans les jardins inutiles de l’Élysée ? La proximité de la Seine lui assurerait plus certainement que la Durance le débit d’eau nécessaire à son fonctionnement.

 

Cadarache est à 8 kilomètres à vol d’oiseau de Manosque : 10 000 habitants; à 4 kilomètres de Corbières, Sainte-Tulle, Vinon : ensemble d’environ 4 000 habitants; à 9 kilomètres de Gréoulx-les-Bains : station thermale; à 600 mètres de la route nationale Marseille-Briançon, à trafic intense.



 

 Si on me répond que le site de l’Élysée est magnifique, sans en disconvenir je répondrai que celui de Cadarache ne l’est pas moins. Si on me dit que, malgré son innocuité certifiée, ce centre nucléaire ferait courir quelque danger à Paris et aux hôtes de l’Élysée, je répondrai que notre sort et celui de nos enfants présents et futurs nous sont également très chers.

 Bref, il s’agirait de savoir quel est le prétexte qu’on peut faire valoir pour justifier physiquement et métaphysiquement l’implantation de ce centre nucléaire (assuré inoffensif comme tous les centres nucléaires) dans le site de Cadarache.

Repost 0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 19:40

 

Photo0502

 

 Ne cherchez plus....je suis presque en vacances...( si on peut appeler comme ça les préparatifs d'un déménagement...)

 

Ps et côté vacances, nouvel engagement partisan oblige, cette année c'est ile de Ré ;-)

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 19:30

Heureusement qu'il y a l'OM pour nous faire rigoler avec son maillot de foot type chantier du BTP ou signalisation autoroutière ;-)

 

 

maillotorange

 

Et ils croient qu'il y a des marseillais dont les chromosomes sont blancs et bleus  qui vont porter cette horreur... ???

 

La preuve

chromosome grande

 

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 18:37

 

 

Suite à la tragédie du massacre norvégien par un militant d'extrême droite  Laurent Ozon fait parler de lui... quelle abjection....

Un extrait de Libération qui relate l'affaire.

http://www.liberation.fr/politiques/01012351092-le-probleme-norvegien-du-front-national 

 

Le problème norvégien du Front National

 

«L'anarchie migratoire peut générer des répliques de l'événement»

Autre frontiste pris pour cible, et d'un autre calibre: Laurent Ozon, conseiller de Marine Le Pen, membre du bureau politique, délégué à la formation et en charge des questions d'écologie. Samedi, cet ancien membre des Verts à publié sur Twitter une série de messages visant à «expliquer le drame d'Oslo» par l'immigration, chiffres et faits-divers à l'appui. «Propos choquants et scandaleux», a jugé le Mouvement des jeunes socialistes, qui demande à Marine Le Pen «si elle s'associe à cette analyse et à ces propos».

Contacté, Laurent Ozon développe son explication: «J'entends dire que la Norvège est un royaume sans problèmes, le pays des bisounours. En réalité, c'est une société chamboulée par des tensions communautaires importantes. J'ai réagi en sociologue, pas en politique, en essayant de comprendre les raisons d'un tel acte – ignoble. Je pense que les conditions sociales liées à l'anarchie migratoire peuvent générer des répliques de l'événement dans beaucoup d'autres endroits».

Le FN en position défensive

Une argumentation que se garde bien de reprendre la direction du FN. Laurent Ozon reconnaît que Marine Le Pen l'a appelé pour lui «rappeler la position du parti», et qu'il s'est fait «engueuler». «Le Front craint d'être mis en cause par amalgame, explique-t-il. Il adopte une position "faible" pour éviter de prendre des coups.» Loin des tentatives de théorisation du geste de Breivik, la plupart des cadres du parti préfèrent voir dans la tuerie «l'œuvre d'un fou», selon les termes du secrétaire général du FN Steeve Briois, pour qui les Français sauront «faire la différence» entre les envies de croisade du Norvégien et le discours du Front national.

Même ton apaisant chez Bruno Gollnisch. Pour l'ex-numéro 2 du parti, aujourd'hui membre du Bureau politique, «le FN a un rôle pacificateur». «Compte tenu de l'exaspération d'un certain nombre de gens vis-à-vis des violences commises par des étrangers, il y aurait sans doute de la frustration, de la vengeance, des actes criminels» si le parti frontiste ne «canalisait pas» l'indignation populaire. Bruno Gollnisch a dénoncé un «nouveau Carpentras» – référence à la profanation de tombes juives, en 1990, dont le FN fut un temps rendu indirectement responsable.

Une thèse largement reprise sur Internet par la «fachosphère», où se mêlent théorie du complot, crainte que le massacre d'Utoya ne porte un coup dur aux idées nationalistes et, plus rarement, intérêt, voire fascination pour le geste de Breivik.

Un véritable débat public est-il sur le point de débuter sur les discours populistes et islamophobes de certains partis, comme l'annoncent les adversaires du Front national? Ira-t-on vers une mise en question du multiculturalisme, comme l'espèrent Laurent Ozon et quelques autres au sein du FN? L'ardeur des autres partis à exploiter la tragédie norvégienne apportera un début de réponse.

 

26 juillet 2011

Repost 0