Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 18:13
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 18:12
Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:01

 

 

DE L’AIR !

Après deux mandats de l’équipe sortante, l’atmosphère de la vie municipale aixoise est devenue irrespirable. Il est temps d’ouvrir portes et fenêtres, et de changer d’air.
Aujourd’hui une famille s’est accaparée les différents leviers de la ville et la gère dans son propre intérêt, au détriment de ses habitants. L’office HLM, les bus, la police municipale sont gangrénés par une gestion anarchique, sans vision ni principes.
Il est urgent de présenter une nouvelle équipe, animée par le sens de l’intérêt général.
Aix est asphyxiée par la crise du logement et la paralysie des transports. Le carcan actuel qui pèse sur la politique de l’habitat exclue les aixois de leur propre ville, l’une des plus chères et polluées de France.
Il est temps de proposer un nouveau souffle urbain, pour une ville durable.
Enfin, Aix est une ville sclérosée, dont les élites ne reflètent pas la jeunesse, le dynamisme économique, et la diversité culturelle. Nous avons besoin de nouveaux élus, qui comprennent les attentes des jeunes actifs, de la société civile, des habitants des quartiers.
C’est cette nouvelle respiration démocratique, urbaine et culturelle que je propose aux aixois.
Il est temps de faire respirer la ville.

 


Une respiration démocratique
Gestion clanique et familiale, mise en coupe réglée de l’administration, népotisme, inélégance et vulgarité font régulièrement d’Aix la risée des médias nationaux.
Sur tous les grands dossiers (Plan Local d’Urbanisme, Plan de Déplacements, logement, Ecole d’Art, Expo Camus...), l’équipe sortante s’est distinguée par une gestion hasardeuse et opaque, faite de revirements et de conflits internes. L’empilement des chantiers abandonnés est venu remplir l’abondant cimetière des promesses déçues. L’inaction est devenue la norme.
Je m’engage pour une autre vision de la gestion municipale, garante de l’intérêt général. Je m’entourerai de colistiers nouveaux et indépendants de l’appareil clientéliste, choisis en fonction de leur expérience et de leur créativité, représentatifs de la diversité de notre ville. J’associerai la société civile aux grandes décisions publiques, par de véritables conseils de quartiers
 
Un nouveau souffle urbain

Notre territoire est au bord de l’asphyxie. Le blocage y est permanent, érigé en principe de fonctionnement par une équipe vivant de la rente des richesses, sur le dos des entreprises. Aix mérite un autre avenir, pour maîtriser son développement, protéger sa qualité de vie, et renforcer durablement son attractivité.

Je proposerai une nouvelle vision du développement urbain, en faisant de la lutte contre l’étalement urbain, une priorité.

Je lancerai un ambitieux plan de déplacement, pour lutter contre la pollution de l’air, et favoriser la desserte des centres de vie et de développement économique.

 

J’engagerai un plan de rattrapage pour construire des logements mixtes, dans le respect de l’identité de nos quartiers, afin d’offrir à tous la possibilité de se loger à des prix décents.

Un vent de changement pour la société aixoise
Notre ville se vide progressivement de ses énergies, oubliant sa jeunesse et gâchant ses talents. 
Loin de la culture élitiste dominante,  je défendrai la promotion des musiques actuelles et l’aide à la création artistique. Je veux que nous puissions vivre tous ensemble dans une ville qui rayonne par son imagination et son inventivité.
Loin du repli sur soi porté par les discours outranciers de Maryse Joissains qui « partage les valeurs de Marine Le Pen », je mettrai en valeur une ville riche de ses diversités sociales et culturelles, ouverte sur le monde et sur la société.
Le rassemblement de l’opposition qui s’est effectué aux législatives de 2012 sur la 14e circonscription a enfin permis de montrer aux aixoises et aux aixois que le changement politique est possible, par le combat des idées.
Nous ne sommes pas condamnés à voir Aix prise en otage par l’immobilisme et le manque de courage. Je veux fissurer cette chape de plomb qui étouffe nos talents, décourage les énergies, et empêche l’émergence de tout débat d’idée sur l’avenir de notre ville.

signature

 

Le tract : link


Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 15:25

"La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent" 

Albert Camus

L'homme révolté

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 22:39
Une proposition de loi qui a du sens et unis tous les sénateurs

Lu dans LA Croix. 28/3/13

Le Sénat a adopté jeudi 28 mars à l’unanimité moins deux voix une proposition de loi  PS instaurant une journée nationale de la Résistance le 27 mai. Ce texte, adopté par 346 voix contre 2, doit encore être inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour poursuivre son parcours parlementaire et espérer être adopté définitivement.

La date du 27 mai fait référence au 27 mai 1943 où réunies clandestinement à Paris, sous la présidence de Jean Moulin, les différentes organisations de la résistance intérieure créaient le Conseil national de la Résistance (CNR). « Le 27 mai 1943 eut lieu la première réunion du CNR qui réalisait l’union politique des mouvements de la Résistance, partis et syndicats derrière le général de Gaulle. Il est urgent de renouer avec les valeurs qu’il a promues », a souligné le rapporteur du texte Ronan Kerdraon (PS).

Une journée ni fériée, ni chômée

« Aucune journée commémorative n’est dédiée spécifiquement à la Résistance. 85 % de nos concitoyens estiment important de transmettre cette mémoire aux jeunes alors que le négationnisme et le révisionnisme ressurgissent », a renchéri l’auteur du texte, le sénateur PS Jean-Jacques Mirassou. Sa proposition de loi de trois articles précise que cette journée de la Résistance « n’est ni fériée, ni chômée » et qu’une partie de cette journée doit être consacrée dans les écoles aux thèmes de la Résistance et de la Déportation.

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 20:28

      marbout de ficelle

 

Repost 0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 10:55

C'était avant le carnage

 

Arnaud

 

 

Marcel ARNAUD ( 1877 - 1956 )
"La Cortésine, Le lavoir de grand-mère", 1925
Huile sur toile signée en bas à gauche

Mis en ligne par La galerie Vincent Bercker

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Aixo-Blogosphère
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 22:02

 

Camus à Aix : le patacaix consternant autour d’un auteur humilié.

 

La tragédie de l’exposition Camus n’en finit pas de montrer ses métastases après un premier échec avec l’abandon de l’exposition Camus dirigée par Benjamin Stora en août 2012. Alors que Benjamin Stora avait travaillé de 2009 à avril 2012 sur l’exposition «L’étranger qui nous ressemble» celui-ci s’est fait  «virer comme un malpropre» d’après ses propos et le tout visiblement sans un mot d’explication de Marseille-Provence 2013. Le début de l’affaire semble s’expliquer par deux facteurs : beaucoup d’incompétence et un peu de « nostalgérie ». D’abord une nostalgie de l’Algérie française assez rance et nauséabonde qui est soutenue par les fractions les plus à droite de la mairie d’Aix. On a pu ainsi lire les propos suivants de certains représentants de rapatriés aixois [Stora] « cet Israélite de Constantine, historien autoproclamé de la guerre d'Algérie et qui soutient les thèses du FLN, est vomi par la communauté des Français d'Algérie". Tout est dit. L’idée d’une exposition Camus ouverte montrant la réalité de son engagement pendant la guerre d’Algérie semble avoir dérangé. Mais c’est aussi une certaine incompétence répétée qui a fait échouer ce premier projet. Même si Maryse Joissains se déchargeant encore une fois de ses responsabilités n’hésita pas à déclarer au Monde que Catherine Camus  la fille d’Albert Camus, "comme tous les héritiers écrasés", est "fragile", "Elle n'assume pas, c'est le problème avec elle". Encore un propos aidant la réalisation sereine de l’exposition. Mais force est de constater qu’à l’été 2012 rien n’était encore arbitré, géré et organisé pour ce qui devait être un moment phare de MP2013….. On voit d’ailleurs aujourd’hui avec le pataquès de l’école d’Art dans MP2013, l’état de désorganisation de la partie aixoise de MP2013. Ainsi la mairie d’Aix a chargé l'Ecole d'Art de gérer un projet "quartier créatif" pour la cité Beisson avec 400 000 euros de budget.  Mais la ville n’a pas prévenu et travaillé avec le conseil d'administration de l’école d’art. « Puisqu'il en ignore presque tout » apprend on dans la Provence. Il semble que cette inefficacité se soit reproduite à de nombreux moments cruciaux de l’expo Camus.

AVT2 Stora 5085

 

 Le second épisode de l’affaire a été l’opération Onfray.

Michel Onfray

 

Découvrant après sa venue à Aix les travaux de Onfray sur Camus et tentant de sauver l’affaire du ridicule, la mairie a donc proposé à Michel Onfray, « sur un coin de table » de faire une autre exposition. Visiblement sans associer efficacement et clairement  le ministère de la culture ni les instances de MP2013 à la redéfinition du projet…Joissains a donc en quelques semaines, tenté de monter un autre projet. Devant le patacaix aixois permanent, et l’incapacité des différents acteurs culturels et institutionnels à travailler ensemble sur ce projet, Michel Onfray a finalement renoncé à cette fonction de commissaire de l’exposition en septembre 2013 quelques mois avant le lancement de MP2013. Le propos explicatif est cinglant « J'ai décidé de prendre le large de cette pétaudière où se mélangent de façon déraisonnable les egos surdimensionnés, les chienneries de la politique politicienne, les pathologies mentales, les intrigues de réseaux (...)""Je n'avais encore rien signé, j'économise donc une démission. Pas besoin de quitter le bateau, il n'y aura jamais eu que le projet d'y être mais la compagnie s'avère décidément trop nauséabonde. En France, l'atmosphère intellectuelle est toujours de guerre civile. ». Deuxième échec.

  albert camus

On aurait pu croire que toute honte bue la mairie arrêterait là la séance d’humiliation de la mémoire d’Albert Camus. Il n’en fut rien. Joissains décida qu’elle ferait toute seule son exposition… Effectivement bénéficiant du fond Camus que l’ancien maire Jean François Picheral avait accueilli à Aix, la mairie et Sophie Joissains  (puisque depuis le début c’est elle qui est en fait à la manœuvre sur le dossier) s’inventa commissaire d’exposition…. Et là il faut bien le dire le carnage est total. Car ce qui devait être le phare de MP2013 en est devenu.. la lanterne. Ainsi c’est à la cité du livre de la Méjane qu’a été installée l’exposition aixoise si l’on peut appeler cela ainsi. Car il faut bien en convenir c’est un travail d’exposition indigent qui est proposé aux aixois. Ainsi dans une trentaine de mètres carrés avec cinq pauvres vitrines contenant quelques manuscrits, Albert Camus est humilié par une pseudo exposition. Exposition qui sera fragmentée en plusieurs étapes successives … faute de place. C’est consternant et humiliant pour un l’auteur internationalement salué et connu qu’est Albert Camus d’être cantonné à un…réduit. On regrettera que le ministère de la culture et MP2013 aient laissé faire ça et n’aient rien proposé de concurrent à la hauteur de l’évènement… Il y a une responsabilité de ces institutions qui n’ont pas su porter le flambeau de ce projet malgré la mauvaise gestion aixoise, ce ne sont pourtant pas les lieux d’exposition qui manquent sur Marseille.  Je crois qu’on peut bien le dire ,à Aix, Camus est un écrivain pris en otage comme le titra le quotidien Le Monde mais c’est surtout un auteur humilié au moment du centenaire de sa naissance. Toute honte bue la maire aurait du se faire modeste et se couvrir de cendre. Que nenni. Comme dans la fable, la grenouille n'a pas pu s’empêcher de se faire plus grosse que le bœuf. Ainsi Maryse Joissains n’hésita pas à déclarer à RFI  le 12 janvier 2013 que « C'est-à-dire que Marseille seule n’aurait pas pu monter cette Capitale européenne de la culture. » et que « Finalement, j’ai accepté d’entrer dans le dispositif. D’abord par un sentiment de solidarité, parce que j’ai été persuadée que Marseille seule ne s'en sortirait pas. » Rien de moins.

 

HLM : au moins 7 directeurs en 12 ans…

pah

Dans un dernier message de fin décembre j’avais évoqué l’état de chaos d’Aix avec son plan de circulation et sa police municipale. Je faisais aussi une allusion au cas de l’office HLM pays d’Aix habitat. Informé par des associations de locataires attentives je vous annonçais que ça allait encore tanguer. On a été gâté. C’est ainsi une sixième directrice en 12 ans qui vient d’être débarqué de l’office. Mme Mantot qui succédait à M Bindler qui avait lui aussi connu quelques déboires judiciaires http://www.laprovence.com/article/region/lex-directeur-des-hlm-aixois-condamne-pour-favoritisme et http://www.laprovence.com/article/region/hlm-du-pays-daix-delit-de-favoritisme-ou-reglement-de-compte-politique. La situation ne sentait déjà pas bon à l’époque. Mais là il semble que l’on touche des sommets.  Car cette directrice de Pays d'Aix Habitat, s’est  vue signifier sa suspension, la mise sous séquestre de sa carte bancaire attribuée par l’office puis son licenciement. La procédure étant en cours il est difficile d’évoquer les faits reprochés. Reproches qui semblent faire état de supposées malversations et de mauvaises méthodes de management. 

 

La Provence http://cyril-dimeo.over-blog.com/article-chaos-a-l-office-hlm-d-aix-113811350.html qui semble bien informée résume ainsi les problèmes ayant a priori entraîné ce licenciement.  « Parmi les autres interrogations la concernant, il est question de travaux engagés dans le logement que loue madame Mantot au bailleur social, et qui lui a été accordé par la commission d'attribution. Un T4 avec terrasse situé à Lambesc et déconventionné, dont le CA avait voté la baisse du montant du loyer (libre) à compter du 11 janvier 2011 (à l'instar d'autres logements situés dans cette résidence, Le Panoramique, gérée par Pays d'Aix Habitat). Quels travaux ? De la plomberie sur une fuite d'eau (facturé à l'office pour 673€). Et un pare vent sur la terrasse, pour une somme qui dépasserait 10 000€, et ce, sans bon de commande, ni facture, ni bon de réception, glisse une source à l'office. L'office aurait supporté l'installation du pare vent. » . Toujours La Provence évoque « Autre problème soulevé : les modalités de sa rémunération et le paiement de ses congés payés sur un compte épargne temps »  ainsi que des méthodes de gestions « musclées » pour utiliser un euphémisme. Ces faits sont contestés par Mme Mantot et nous laisserons le énième procès de la ville avec un de ses salariés se dérouler et juger de la véracité des faits reprochés. Mais force est de constater qu’encore une fois l’équipe municipale n’a pas su bien s’entourer. Pourtant Mme Joissains, il y a quelques temps,  ne tarissait pas d’éloge pour Mme Mantot qu’elle avait nommé à ce poste pour. ...redresser l’institution…..


Après la gestion de l’exposition Camus et des dossiers de MP2013, la gestion du plan de circulation, la gestion de la police municipale, la gestion de la cité du Livre (qui interroge après la démission toute récente de sa responsable), force est de constater que l’équipe Joissains s’avère incapable d’administrer sereinement et  correctement  notre ville.

Repost 0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 03:17

Tout est dit en quelques mots simples

« Budget de la Défense : J’en appelle au Président de la République »

mercredi 20 mars 2013, par Gwendal Rouillard. link

A l’heure où se déroulent les premières discussions budgétaires, je suis très préoccupé par les scénarii envisagés par Bercy en matière de budget de la Défense.

En voici les raisons :

-  Notre pays doit impérativement garder son ambition stratégique – qui s’exprime notamment par son droit de veto à l’ONU – et y conférer les moyens adaptés et opérationnels.

-  Je trouve totalement incohérent de vouloir sabrer l’outil de la Défense nationale par rapport à la décision d’intervenir militairement au Mali et à notre nouvelle stratégie en Afrique.

-  Je considère fondamental de mettre en cohérence le projet de Livre Blanc et la future Loi de Programmation Militaire. Nous devons mettre en adéquation notre doctrine et nos capacités humaines et matérielles.

-  Les scenarii de Bercy auraient des répercussions inacceptables pour notre Industrie de Défense, ses 320 000 emplois, ses 4000 PME et sa capacité d’innovation et d’exportation de plusieurs milliards d’euros.

-  Je rappelle que la Défense et son Industrie représentent pour nos territoires un fort levier de croissance et d’investissement indispensable à la France dans son ensemble.

L’effort légitime de maîtrise de la dépense publique ne doit, en aucun cas, nous faire renoncer à la place de la France sur la scène internationale et à son potentiel d’industries, d’emplois, et d’innovation.

J’en appelle au Président de la République et au gouvernement.

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 08:29

 

  Lu sur alternatives économiques

 

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2013/02/18/sophie-joissains-detrone-sophie-delong-pour-la-proposition-de-loi-la-plus-stupide


Ca y est. Incontestablement, Sophie Delong, qui était la suppléante de Luc Chatel dans la précédente législature, est remplacée comme auteure de la proposition de loi la plus stupide (voir Sophie Delong candidate au prix de la proposition de loi la plus stupide)

joissains_sophie08044w.jpg 

 

Cette distinction revient, sans hésitation, à Sophie Joissains, sénatrice UMP des Bouches du Rhône (qui n’a trouvé que cinq autres sénateurs de son groupe pour co-signer ce texte), qui propose un texte “visant à ce que tous les élèves et les étudiants suivant des enseignements théoriques généraux scolaires ou universitaires préparent, parallèlement, une formation diplômante type BEP ou CAP”

Cette courte proposition de loi comprend deux articles

Article 1er

Élèves et étudiants doivent consacrer cinq heures hebdomadaires, en plus de leur enseignement théorique, à la préparation d’un diplôme de type CAP ou BEP.

Article 2

La formation professionnelle doit être suivie dans des établissements d’État et sanctionnée par un diplôme d’État.


Les a-priori fondant une telle proposition sont nombreux dont celui que les étudiants ont bien du temps libre à consacrer à d’autres apprentissage qu’à leurs études. Mais surtout elle suppose que les étudiants sont capables, en cinq heures hebdomadaires, d’avoir les mêmes acquisitions que les élèves des écoles professionnelles s’y consacrant à temps plein : difficile de faire preuve de plus de mépris à l’égard de ceux-ci.

Enfin quelle irresponsabité budgétaire : où trouver, dans les établissements d’Etat les moyens de dispenser une telle formation à des millions d’élèves et étudiants ? Sans compter le coût d’organisation des examens, dont chacun devrait savoir qu’ils sont assez coûteux dans l’enseignement professionnel.

Il ne manque qu’un article 3, nécessaire dans cette logique pour que cette formation supplémentaire ne soit pas délaissée, faire de l’obtention du CAP ou BEP une condition de délivrance du diplôme de l’enseignement supérieur

Merci au Café pédagogique d’avoir déniche cette perle

Repost 0