Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 21:17
Vichnievsky bien seule...Tout est dit.. l'esprit de Cohn Bendit n'existe pas en PACA....

13 octobre 2009

Lancement de la liste régionale

L'Alliance écologiste indépendante présente sa liste pour les régionales

L'Alliance écologiste indépendante (AEI) partira aux élections régionales en Paca. Le mouvement, fruit du rapprochement entre le Mouvement écologiste indépendant, Génération écologie et La France en action a désigné Patrice Miran comme tête de liste pour se lancer dans la bataille.
Liste indépendante prônant le "ni droite, ni gauche", l'AEI regrette "la fin de non recevoir opposée par les Verts" pour un rassemblement dès le premier tour. En revanche, pour le deuxième tour, la position de l'AEI sera dictée "par le contenu des programmes plus que par l'étiquette politique" déclare Patrice Miran. C'est Michel Villeneuve, directeur de recherches au CNRS, qui pilotera la liste dans les Bouches-du-Rhône. Aux dernières élections européennes, l'Alliance écologiste indépendante emmenée par le chanteur Francis Lalanne avait obtenu 4,03% dans la région sud.

Pourquoi pas avec les Verts ?

Ce contexte particulier sur lequel se greffe l’échec du modèle de la surconsommation à crédit nous a amené à prôner le rassemblement de l’ensemble de la famille écologiste. Mais Daniel Cohn Bendit et ses amis ont fait le choix de ménager les équilibres internes des Verts plutôt que de larguer les amarres et de mettre le cap au large pour réellement faire bouger les lignes de force. C’est ainsi que la ligne d’accord systématique et quoi qu’il arrive de l’accord avec le PS reste la doctrine des Verts, ce qui nous laisse perplexes eu égard au bilan écologique de la gestion régionale évoqué ci-dessus. Par ailleurs, dans la région malgré nos multiples demandes les Verts et leur faux-nez Europe Ecologie refusent le principe d’une liste commune malgré nos démarches vis à vis d’eux.

C’est pourquoi nous avons décidé de lancer nos forces dans la construction de l’Alliance Ecologiste Indépendante qui présentera sa liste pour les élections régionales de mars  prochain. Si les Verts changent d’attitude nous pouvons bien entendu envisager les conditions d’un rassemblement de tous les écologistes mais sans rien renier de nos convictions et de notre indépendance.

Posté par alrac06 à 00:02 - 01- Accueil - Permalien [#]


http://allianceecologie.canalblog.com  link

Partager cet article

Repost 0

commentaires

allia pierre 01/12/2009 16:00


Laurence vichnievsky n'en a pa fini avec la justice et révisera sa copie de 1991 dans les semaines à venir.Non lieu dans l'affaire BOULIN dont je suis un des témoins clés .
Elle aura des comptes à rendre car les nouveaux témoignages dans ce dossier acréditent la thèsde de l'assassinat.

Récement décorée il y aura un retour de la méfdaille avec cette candidature  qui fera ombrage en PACA.

Amnésie patielle de cette jeune magistrate de l'époque qui s'attache à dire que sa carrière a débuter avec l'affaire ELF.Et BOULIN..?????

Peut être que SEGOLENE s'excusera pour elle de cet baffe historique assénée dans le clan gaullistes.


Cyril 20/11/2009 10:31


Ces verts paca sont incroyables ils nous ont viré car on avait fait alliancea vec des dissidents UMP..et ils prennent une copine de sarko comme tete de liste. Où est leur boussole ?


Laurence Vichnievsky : nouvelle vague


LE MONDE | 19.11.09 |















1955
Naissance à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).


1979
Juge d'instance à Colombes.


1991
Juge d'instruction à Paris, elle gère l'affaire Elf.


2001
Nommée présidente du tribunal de Chartres.


2007
Devient avocat général près la cour d'appel de Paris.


2009
Tête de liste d'Europe Ecologie pour les élections régionales en PACA.














Elle se fiche des étiquettes, cherche ses mots lorsqu'il lui faut se définir. "Je suis une sceptique active, dit-elle, une Amélie Poulain, je veux remettre du lien social. " Longtemps, elle n'a été qu'une silhouette effilée, juste derrière la pétaradante
Eva Joly, avec qui elle composa un tandem redouté de juges d'instruction. Au fil de perquisitions médiatiques,
d'auditions spectaculaires, elles s'attaquèrent au dossier Elf, aux hommes d'affaires empesés, aux personnalités politiques si sûres de leur pouvoir. "Eva donnait des coups de pied dans la
fourmilière, elle faisait les figures libres, se souvient-elle. Moi, je me contentais des figures imposées. On travaillait en équipe, c'était formidable." Cette époque l'a formée,
aussi : "Je connais la pathologie des hommes politiques." Elle, la petite-fille d'un aristocrate russe, se rappelle encore de Roland Dumas lui dictant, avec une once de mépris, l'orthographe précise du nom du chef d'orchestre Herbert von Karajan...


Elle s'est fait de beaux ennemis. Comme l'avocat Eric Turcon, dont elle perquisitionna le cabinet. "Madame
Vichnievsky n'avait aucun scrupule à user et abuser de la détention provisoire pour arriver à ses fins, note l'avocat. Aujourd'hui elle a bénéficié d'une magnifique promotion en qualité
d'avocat général. Merci M. Sarkozy !" Elle a quitté l'instruction parce qu'elle estimait être allée au bout de son histoire. "C'est une fonction toxicomaniaque, un peu comme la
politique, il faut savoir s'en prémunir."


Elle est devenue présidente du tribunal de Chartres, où elle a apprécié le travail de la juge Xavière Simeoni,
celle-là même qui vient de renvoyer Jacques Chirac en correctionnelle. Dans ses références, elle cite Eric de Montgolfier, procureur de Nice, connu pour son indépendance de pensée. Revenue à Paris, elle était
heureuse, entre son mari, architecte, ses passions, les musées, la bonne bouffe, les vins, la musique, de l'opéra aux Stones.


Mais il a fallu que son amie Eva vienne la chercher pour grossir les rangs écologistes. "Laurence a les épaules pour cela, c'est une forte personnalité, soucieuse des autres, des
équilibres, raconte Eva Joly. Ses valeurs sont celles de la justice." Ça s'est donc passé un soir d'août, d'un simple coup de fil, alors que Laurence Vichnievsky potassait le dossier Erika (du nom du pétrolier échoué sur les côtes bretonnes en 1999). "J'étais à 10
000 lieues d'une telle éventualité, se souvient-elle. Mais la proposition venait au bon moment de mon parcours."


Une bifurcation qui n'allait pas de soi, tout de même. Avocat général à Paris, elle groupera ses vacances pour mener sa campagne électorale. Il lui a fallu renoncer au procès Erika, changer
d'affectation. "Elle est venue m'informer de sa décision de s'engager en politique, explique le procureur général de Paris, Laurent Lemesle. D'un commun accord, je l'ai déchargée du dossier Erika."


Une magistrate en activité peut-elle prétendre à de hautes fonctions politiques ? "Les temps ont changé, estime M. Lemesle, l'obligation de réserve des magistrats n'est plus ce
qu'elle était. Elle est compétente, intelligente, je lui ai simplement changé ses attributions." Affectée au service civil du parquet général, Laurence Vichnievsky va donc délaisser les
grandes affaires pénales. De toute façon, elle est toute entière tournée vers son défi électoral. Là-bas, dans le sud de la France, elle est connue. Elle a une maison dans la région, son oncle
fut préfet du Var. Mais cela ne suffit pas pour s'acheter une légitimité politique. Surtout chez les écologistes, parfois sectaires.


Elle a su imposer sa petite musique, différente. A l'écoute des militants. "Je cherche à rassembler, assure-t-elle, je n'ai de comptes à régler avec personne, puisque je viens de
l'extérieur." Elle n'est pas franchement estampillée "verte", simplement elle s'intéresse à l'environnement, un peu comme tout le monde. "Je la connaissais de réputation, explique
Jacques Olivier, son deuxième de liste. Ce n'est pas un problème qu'elle ne soit pas verte. Elle s'est
présentée à nous, c'est une femme intelligente, pas m'as-tu-vu, combative. Le courant est passé."


Avec six élus régionaux, Europe Ecologie peut troubler le jeu électoral. L'actuel président du conseil régional, le socialiste Michel Vauzelle, ancien garde des sceaux (1992-1993), en est parfaitement conscient. "La réputation de Mme Vichnievsky
est excellente, dit-il, une magistrate exemplaire." Une affaire de subventions indues a valu une mise en examen à son ancien directeur de cabinet. Laurence Vichnievsky l'affirme
sans ambages : "Je ne rallierai pas M. Vauzelle s'il devait être poursuivi par la justice..."


Une position qui a le don d'agacer sérieusement le président de la région PACA, crédité de bons sondages au premier tour, mais qui aura besoin des écologistes au second tour. "Je n'imagine
pas une seconde être mis en examen dans ce dossier, lâche-t-il. Mme Vichnievsky porte la responsabilité de ses propos, moi je tendrai la main jusqu'à la dernière minute. Au
fait, n'a-t-elle pas été décorée des mains de M. Sarkozy, récemment, avec des mots très élogieux à son égard ?"


Une petite perfidie dans un débat qui n'en manquera pas, à coup sûr. C'est que Mme Vichnievsky l'assume sans détours : oui, elle a noué une relation amicale avec le