Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 17:58

Lu Dans La Provence du 3 juin

 

bandeau

 

Ils organisent une conférence de presse pour annoncer l’adhésion de Cyril Di Méo au PS ? "Pfff, c’est un non-événement", souffle un militant historique de la section aixoise. N’empêche, l’arrivée de cet ancien Verts, exclu du mouvement écolo dans lequel il a milité pendant treize ans pour cause d’alliance avec le MoDem et une partie de la droite lors de la municipale aixoise de 2008, méritait bien quelques explications.  

 

Et c’était aussi une occasion comme une autre pour Jacky Lecuivre, qui a pris la tête de la section aixoise, de fêter son 50e nouvel adhérent ? soit 328 militants à jour de cotisation ? depuis sa prise d’armes. "C’est un signe fort, qui montre que le PS attire de plus en plus à l’aube des primaires", assure Jacky Lecuivre.
 Comme on avoue avoir sacrifié quelques convictions nationales sur l’autel des ambitions personnelles et locales, Cyril Di Méo le rappelle: "J’ai toujours été à gauche". Avant de se présenter avec François-Xavier de Peretti (MoDem), Bruno Genzana et Stéphane Salord (alors à l’UMP), il a même été élu de 2001 à 2008 dans l’opposition municipale au côté des socialistes. Avec lesquels il n’a pas toujours été tendre: la fameuse photo des Verts partis avec De Peretti faisant un bras d’honneur, hilares, aux écolos de la liste Medvedowsky en 2008 n’est que la partie émergée de l’iceberg. Et des relations glaciales qu’entretenaient il n’y a encore pas si longtemps celui qui fut un virulent élu anti-Joissains et le leader du PS aixois. Ils auraient fait la paix.

Et puis Di Méo l’assure: "Je n’entre pas dans le parti d’untel ou d’untel. Je m’inscris dans la dynamique d’ouverture du PS". Le professeur d’économie au lycée militaire se fend même d’un petit satisfecit autocentré: "En 2006, j’avais déjà émis à Aix l’idée d’une primaire de la gauche. À l’époque, La Provence avait jugé cette idée romantique, rappelle-t-il. L’idée d’une alliance large en 2008 m’a amené à être exclu dans la douleur de chez les Verts, qui ont pourtant fait la même chose à la municipale de 2009".

 

Cyril Jacky PS

 

Mais promis, Di Méo ne vient pas régler quelque compte en prenant sa carte à la rose et au poing. Il marche même dans les pas d’Arinna Latz, élue Verts de 2001 à 2008, exclue pour les mêmes causes, qui a rejoint le PS aixois l’an dernier. "Je pense que la gauche doit mobiliser le plus largement possible dans la société, dont elle est parfois coupée. Il faut recréer un lien entre les forces progressistes et la population. Aujourd’hui, la gauche s’est engagée dans ce processus et c’est le seul valable pour battre Nicolas Sarkozy en 2012", promet Cyril Di Méo, qui veut rester ? cela va-t-il durer? ? loin "des logiques de motions", des affaires qui secouent la vie interne du parti dans les Bouches-du-Rhône et son homme fort, Jean-Noël Guérini. "La primaire va effacer tout ça, espère-t-il. La population est en demande de s’exprimer, de débattre. Pour une fiscalité plus juste, par exemple. Pas de ce qui se passe au sein du parti". Jusqu’ici donc, tout va bien.

 
Alexandra DUCAMP

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyril 30/06/2011 13:47



une élue écolo du coin m'en a dit le plus grand bien ;))



Bucki 29/06/2011 23:34



N'oublie pas de discuter à l'occasion avec le maire de Lambesc, il parait qu'on lui dit beaucoup de bien de toi