Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 23:12
Dans leur dernier numéro La décroissance (décembre n°65 p11 ) se lache ...et l'attaque se porte contre  les défenseurs des transpédégouinehetero (sic). Comprenez les militants de la cause LGBT. Avec une finesse qui les caractérisent le journal nous explique qu'il existe une différence des sexes. C'est faire le jeu du capitalisme qui valorise les différences et le jeu des pathologies qu'a décrit Freud que de le nier. Car comme l'affirme notre brillant chroniqueur nier la différence des sexes c'est valoriser "l'indifférenciation". Car c'est bien connu l'homosexualité c'est "un refus de l'altérité" (sic). Altérité qui entraverait le "narcissisme " (sic) et le "sentiment de toute puissance"(sic). Car les homos sont dans le "déni de la différence"(sic)....Ben oui ma brave dame puisqu'ils sont homo.. c'est écrit dessus.

On se pince en lisant cela, surtout quand dans le même moment le journal héberge la fine fleur de la philosophie libertaire et quand ce journal passe pour un modèle dans la gauche de gauche... On relit à tête reposée, on trouve le ton ironique  encore plus abjecte et on se dit que décidemment ces gens sont loin de mes valeurs.
Rainbow Flag

Sans aller jusqu'à Judith Butler, les travaux d'anthropologie du genre et un minimum de connaissance des sciences sociales et de la biologie devraient amener à tenir des propos plus nuancés sur la naturalité des genres hommes et femmes. Quant à la psychanlyse s'en tenir à Freud (et avec une théorie aussi éronée car il y a en plus chez lui une idée d'une bisexualité originelle même s'il consière l'homosexualité comme une maladie) c'est un peu zapper 100 ans d'histoire de la psychanalyse. S'en référer à Lacan, ça on savait car ils radorent J P Lebrun auteur d'Un monde sans limite qui ferait passer Aldo Naouri pour un fiéffé gauchiste en terme de moeurs, c'est consternant. On conseillera donc la lecture de travaux comme ceux de Roudinesco et D Eribon qui permettront un petit rattrapage théorique. Et pousseront à un peu plus de tolérance. Avec une pseudo ironie nauséabonde le journal se met à défendre l'idée  que la défense des identitées de genre (LGBT) est un cheval de Troie du capitalisme  une défense du tribalisme. On en piquerait presque un FHAR. Le tout en passant par une confusion bizarre avec la sexualité avec les enfants (sic). "Confondre indifférenciation et émancipation c'est le péché mignon d'une certaine gauche.ça l'est toujours je vous rassure. Rappelez vous ces personalités dans les années quatre vingt qui nous expliquaient que refuser aux enfants "consentants" l'accès à la sexualité avec des adultes pouvait être le fait d'esprits fascisants". Beurk.  

 

Il faut bien être du M'PEP ( coco version Nikonoff) ou réac écolo pour écrire des trucs pareils.

Je n'arrive décidemment pas à comprendre comment de tels propos ne gènent personne...surtout à gauche. Leur capacité de publication et d'intimidation surement...


Ps 1 La décroissance s'en prend aussi violemment à Caroline Fourest. qui me semble pourtant aujourd'hui être une des journalistes les plus pointues et interessantes.
ps 2 On ira se nettoyer la tête de ces propos décroissants délirants et voir la réalité des discriminations que subissent certains sur le site http://www.inter-lgbt.org link et là http://www.tetu.com/actualites/international/les-violences-homophobes-encore-largement-repandues-en-europe-14322 link
Ps 3 à n'en pas douter cette nouvelle critique me vaudra une attaque en règle dans leur prochain numéro, on parie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires