Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 20:29

Il y a des fois où l'on a de drôles de sentiments.  

 

En ce moment je suis profondément heureux de la position de la France sur la Lybie. Sur ce quinquennat je serai donc d'accord avec une action de Sarkozy. J'ai dans mon passé politique combattu la guerre en Irak mais défendu le principe d'ingérence et l'intervention au Rwanda avant le génocide, en Bosnie, en Afghanistan ou au Soudan. Je considère qu'on ne peut pas laisser un peuple se faire massacrer par un tyran.  On doit s'indigner de ce qui se passe en Iran, en Tchetchénie, au Tibet, en Israel ou ailleurs et les valeurs universelles des droits de l'homme doivent nous  amener à faire tout notre possible pour défendre les peuples qui veulent s'émanciper ou se libérer quitte à ce que ce soit contre leurs gouvernants. ( Dommage d'ailleurs que l'on ne mette pas autant d'empressement à aider au renversement de ces gouvernements. !!)

 

Mais je sens aussi un profond malaise et une grande angoisse. Non pas pour l'usage de la force armée.. je laisse à l'extrême gauche le ridicule du soutien au peuple lybien avec une condamnation de l'engagement militaire car il serait guidé par l'impérialisme de ceux qui la font. Comme si on devait laisser un peuple se faire massacrer plutot que de voir des pays européens intervenir. Or faute de brigades internationales (que l'extrême gauche étourdie de ses bavardages a oublié de mettre sur pied....) il n'y a pas d'autre solution.

 

 

Non mon malaise vient de ce que j'imagine de la suite des événements.  Et il faut pas trop d'originalité pour le faire. (Même si je n'ai pas lu de chronique en ce sens dans la presse !!!) Kadhafi est un assassin et un spécialiste du soutien au terrorisme international...L'histoire nous l'a déjà montré avec l'attentat de Lockerbie en 1988 (entre autre). Cette  attaque contre un Boeing 747 commanditée par les services Lybiens pour faire pression sur les américains à l'époque avait fait presque 300 morts. L'homme et les méthodes Kadhafi n'ayant pas changé malgré son camping sur le parvis de l'Elysée et sa fréquentation de call girl avec Berlusconi, il y a fort à parier que l'attaque frontale de la France et de l'Angleterre contre son pays va donner lieu à une réponse... Il a déjà annoncé (lui ou son fils) qu'il allait faire payer ses actes à Sarkozy... Ce ne sera pas en divulgant quelques photos choc de bunga bunga ou en donnant l'adresse de quelques comptes dans des paradis fiscaux...trop inoffensif. La riposte ou la vengeance  ne pourra être que  terroriste. Comment Kadhafi pourrait il se priver de ce moyen une fois qu'il sera mis à genoux par les bombardements ? Je crains qu'il  ne faille se préparer au pire.

  lockerbie

 

Quand on voit la situation politique d'extrême droitisation politique de la France avec nos élections cantonales, on peut imaginer le choc que serait un attentat issu du Moyen Orient sur le sol français avant la présidentielle 2012. Il suffit de voir comment Poutine a relégitimé son pouvoir après les attentats tchétchènes de mars 2010 ou comment Georges Bush a regagné en légitimité après le 11 septembre et fait voté un Patriot act totalement liberticide,  pour voir comment les sociétés se droitisent sous la menace de la peur. Or notre société semble déjà au bord de la rupture. Le fantasme du choc des civilisations et d'un pseudo conflit entre l'Occident et l'Islam s'étant totalement répendu dans la société si on en croit l'extrême droitisation du corps éléctoral. Un attentat sur le sol français pourrait faire sauter toutes les digues.... et voir Sarkozy refaire un second mandat ou pire voir Le pen lui soufller le poste... La peur ne rend pas progressiste..et encore moins tolérant....

 

En terme de morale et de valeur je suis donc ravi du soutien français au peuple Lybien mais je reste terrifié par les conséquences en matière de sécurité publique et de rupture  politique que fait courrir cet engagement. Cela est il une raison pour ne pas agir ? Non ! Mais en tout cas cela suffit à le défendre avec beaucoup d'angoisse.

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires