Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 21:14

On en avait presque oublié que la droite PACA n'était pas tout à fait une droite comme les autres... Pourtant avec Mariani (celui des test ADN pour les étrangers) comme tête de file on aurait du se rafraichir la mémoire. Là c'est Gaudin qui se lâche. On en avait presque oublié qu'il avait fait partie de l'avant garde de la droite prête à des alliances avec le FN après son accord de gestion de la région Paca entre 1986 et 1992 avec le FN. On croyait les vieux démons derrière nous...La peur de voir le FN en triangulaire fait ressortir les pires propos. Mariani se permet même de dire dans la Provence il y a quelques jours "il est inutile de voter pour le FN" (sic)

"Déferlement" de musulmans à Marseille  pour Gaudin

NOUVELOBS.COM | 16.01.2010 |

 Le maire UMP de Marseille s'exprimait lors d'une rencontre avec des militants de son parti, en présence d'Eric Besson, venu pour le débat sur l'identité nationale organisé à la préfecture.

 

 

Vendredi, le maire de Marseille a critiqué les démonstrations de joie des supporters de l'équipe d'Algérie après sa victoire contre l'Egypte, mi-novembre. "Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match, sauf que quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n'y a que le drapeau algérien et il n'y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas", a-t-il dit.
gaudin

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles DUPUIT 18/01/2010 20:18


Donc, il est tout à fait normal, que des drapeaux d'un pays étranger se balladent par milliers sur la Canebière, ça n'a rien de choquant !

Il serait peut être tant d'avoir un peu les yeux en face des trous et de raisonner un tant soit peu.

Pour ma part, je ne parlerai pas de "musulmans", mais au minimum "d'étrangers", le drapeau agité n'était pas le nôtre, ni l'européen, mais celui d'un pays d'un autre continent.

Objectivement et au minimum, il y a question à se poser et arrêter de se boucher les yeux, les narines et tutti quanti !


Cyril Di Méo 17/01/2010 15:40



16 janvier 2010


Polémique après des propos de Gaudin sur les «musulmans» qui fêtaient l'Algérie sur le Vieux-Port



POLITIQUE. « Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match [Egypte-Algérie, en novembre]. Sauf que quand après,
ils déferlent à 15 000 ou à 20 000 sur la Canebière, il n'y a que le drapeau algérien et il n'y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas. » Voilà ce qu'a déclaré, selon l'AFP, le
maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, vendredi. Ses propos créent la polémique. Lire la suite


 



Le maire s'exprimait lors d'une réunion de l'UMP au stade Vélodrome, en présence d'Eric Besson, avant un débat à la préfecture sur
l' « identité nationale ».


Immédiatement après ses propos, quelques sympathisants UMP se sont levés et ont quitté la salle, affirme La Provence.


Un adjoint au maire de secteur Guy Teissier (UMP) s'est dit « profondément blessé de l'amalgame entre les jeunes des quartiers et les musulmans ».


Selon une internaute réagissant auprès de LibéMarseille, une enseignante d'histoire-géographie s'est déclarée « heurtée par les propos tenus », expliquant: « Nous ne
sommes pas 15 000 musulmans mais 15 000 Franco-Algériens. Il y avait aussi de nombreuses personnes qui portaient les couleurs des drapeaux français et algérien et la fête s'est bien
passée. »


[voir la vidéo sur Rue89]


Jean-Claude Gaudin a un peu plus tard précisé ses propos: « Je regrette simplement que le soir du match Algérie-Egypte, on n'ait vu que des drapeaux algériens et pas de drapeaux français. Si
je me suis mal exprimé, je m'en excuse. »


Pour Eric Besson, cité par La Provence, le maire de Marseille a commis « un lapsus ».


« Que le maire de Marseille, vice-président du Sénat, soit amené à dire une chose comme ça, c'est proprement stupéfiant », a réagi samedi Patrick Mennucci (PS).


« Je connais Jean-Claude Gaudin et j'ai de la considération pour lui ; c'est pourquoi je suis triste pour lui et pour Marseille de ses propos, a dit l'élu socialiste. Ce dérapage verbal est
la conséquence même du débat nauséabond que nous a imposé Eric Besson. »


Pour Mennucci, les « propos de comptoir » tenus par Gaudin sont « le révélateur ultime de la nature du débat sur l'identité nationale ».


« C'est une déclaration terrifiante », assure Mennucci, ajoutant: « Moi qui étais présent avec des milliers de Marseillais sur la Canebière ce soir-là, je peux témoigner du
caractère bon enfant et pacifique de ceux qui se réjouissaient de la victoire du pays de leurs parents. »


 


De son côté, l'eurodéputé PS Harlem Désir a critiqué samedi les propos du sénateur-maire de Marseille. « Quand les supporteurs d'une équipe de football se rassemblent sur la Canebière, M.
Gaudin voit des musulmans qui déferlent », souligne dans un communiqué le secrétaire national du PS.


« Ces débats sur l'identité nationale sont devenus des lieux de défouloir idiots, qui ne font qu'encourager les dérapages xénophobes et racistes y compris de la part de certains élus
UMP », ajoute-t-il.


« Je dis à MM. Gaudin et Besson que c'est surtout le déferlement de la bêtise qu'il est urgent arrêter en mettant un terme à ces débats de la honte, indignes de la République" conclut M.
Désir.


 


Par ailleurs, SOS Racisme juge samedi qu'il est « temps que le débat sur l'identité nationale cesse » au vu des « dérapages » qu'il engendre.


SOS Racisme s'est dit « choqué et scandalisé par cette énième déclaration qui démontre parfaitement les dérives du débat sur l'identité nationale qui favorise tous les amalgames ».
(avec AFP)