Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 18:37

 

 

Suite à la tragédie du massacre norvégien par un militant d'extrême droite  Laurent Ozon fait parler de lui... quelle abjection....

Un extrait de Libération qui relate l'affaire.

http://www.liberation.fr/politiques/01012351092-le-probleme-norvegien-du-front-national 

 

Le problème norvégien du Front National

 

«L'anarchie migratoire peut générer des répliques de l'événement»

Autre frontiste pris pour cible, et d'un autre calibre: Laurent Ozon, conseiller de Marine Le Pen, membre du bureau politique, délégué à la formation et en charge des questions d'écologie. Samedi, cet ancien membre des Verts à publié sur Twitter une série de messages visant à «expliquer le drame d'Oslo» par l'immigration, chiffres et faits-divers à l'appui. «Propos choquants et scandaleux», a jugé le Mouvement des jeunes socialistes, qui demande à Marine Le Pen «si elle s'associe à cette analyse et à ces propos».

Contacté, Laurent Ozon développe son explication: «J'entends dire que la Norvège est un royaume sans problèmes, le pays des bisounours. En réalité, c'est une société chamboulée par des tensions communautaires importantes. J'ai réagi en sociologue, pas en politique, en essayant de comprendre les raisons d'un tel acte – ignoble. Je pense que les conditions sociales liées à l'anarchie migratoire peuvent générer des répliques de l'événement dans beaucoup d'autres endroits».

Le FN en position défensive

Une argumentation que se garde bien de reprendre la direction du FN. Laurent Ozon reconnaît que Marine Le Pen l'a appelé pour lui «rappeler la position du parti», et qu'il s'est fait «engueuler». «Le Front craint d'être mis en cause par amalgame, explique-t-il. Il adopte une position "faible" pour éviter de prendre des coups.» Loin des tentatives de théorisation du geste de Breivik, la plupart des cadres du parti préfèrent voir dans la tuerie «l'œuvre d'un fou», selon les termes du secrétaire général du FN Steeve Briois, pour qui les Français sauront «faire la différence» entre les envies de croisade du Norvégien et le discours du Front national.

Même ton apaisant chez Bruno Gollnisch. Pour l'ex-numéro 2 du parti, aujourd'hui membre du Bureau politique, «le FN a un rôle pacificateur». «Compte tenu de l'exaspération d'un certain nombre de gens vis-à-vis des violences commises par des étrangers, il y aurait sans doute de la frustration, de la vengeance, des actes criminels» si le parti frontiste ne «canalisait pas» l'indignation populaire. Bruno Gollnisch a dénoncé un «nouveau Carpentras» – référence à la profanation de tombes juives, en 1990, dont le FN fut un temps rendu indirectement responsable.

Une thèse largement reprise sur Internet par la «fachosphère», où se mêlent théorie du complot, crainte que le massacre d'Utoya ne porte un coup dur aux idées nationalistes et, plus rarement, intérêt, voire fascination pour le geste de Breivik.

Un véritable débat public est-il sur le point de débuter sur les discours populistes et islamophobes de certains partis, comme l'annoncent les adversaires du Front national? Ira-t-on vers une mise en question du multiculturalisme, comme l'espèrent Laurent Ozon et quelques autres au sein du FN? L'ardeur des autres partis à exploiter la tragédie norvégienne apportera un début de réponse.

 

26 juillet 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyril 26/07/2011 22:56



 







.


Norvège: le FN pris à parti


lefigaro.fr
26/07/2011 | Mise à jour : 08:17 Réactions (222)


Le FN crie au complot après une polémique mettant en relation les attentats d'Oslo et l'extrême-droite européenne, mais est dans le même temps associé sur les réseaux sociaux à des
tentatives d'explication des massacres qui provoquent le malaise.

Un des cadres du parti Laurent Ozon, réputé proche de Marine Le Pen, a ainsi publié sur Twitter le message suivant : "Expliquer le drame d'Oslo : explosion de l'immigration: X6 (multipliée
par 6) entre 1970 et 2009". La hausse de l'immigration serait donc une des clefs des attentats. Si l'horreur du massacre en Norvège ne fait pas de doute, il faut le replacer dans le
contexte du pays, selon Ozon.

Marine Le Pen a déclaré que ce message reflétait les idées d'une personne, pas du parti. Cela brouille néanmoins le message du FN, qui avait juste
après la tuerie d'Oslo publié un communiqué condamnant "des actes barbares et lâches".

Le Mrap, qui a accusé les partis d'extrême-droite d'entretenir un "climat délétère en Europe", considère que le FN est l'un d'entre eux. Marine Le Pen a dénoncé "un complot" visant à
associer son parti à la tuerie de Norvège et à menacer l'association anti-raciste de poursuite en diffamation.