Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 15:32
Lors de la dernière mandature les Verts PACA avaient comme conseillers régionaux

Catherine Levraud
Jean Luc Bennhamias

Gerard Azibi
Chantale Lamouroux
Edgard Malausséna

Marie Bouchez
Mickaela Darmon

Christine Sandel
Annick Delhaye
Philippe Chesneau
Christine Sandel
Jacques Olivier
puis quelques mois André Reversat suite aux démissions socialistes.

Que sont ils devenus ?

Christine Sandel
Annick Delhaye
Philippe Chesneau
Christine Sandel
Jacques Olivier......sont restés aux Verts...normal puisqu'ils ont participé au fait de virer les autres...

Marie Bouchez
Mickaela Darmon...sont avec le PS....

Gerard Azibi
Chantale Lamouroux
Edgard Malausséna...sont aujourd'hui chez les écologistes de l'alliance écologiste indépendante....où ils ont rejoint un autre ancien conseiller régional Vert Patrice Miran.

Catherine levraud
Jean Luc Bennhamias...sont au MODEM


Voilà une situation qui devrait interesser les journalistes locaux.. s'ils n'étaient pas béats devant Europe Ecologie... Cette situation qui traduit des pratiques horribles d'exclusion et de sectarisme. Il  y a aujourd'hui plus d'anciens conseillers régionaux hors des Verts que chez les Verts....cela devrait déciller les yeux de quelques électeurs...L'esprit de Cohn Bendit n'existe pas en PACA




Partager cet article

Repost 0

commentaires

guilhem 07/02/2010 22:09


Ta présentation est on ne plus plus partiale ecar leur départ des verts ne ressemble en rien à ton éviction des Verts. Tu sais très bien que tous ont quittés les Verts de leur plein gré et pourquoi


- Malausséna et ses amis (Azibi, Chesnel, et Lamouroux) parce qu'ils ne supportaient pas la présence de Bennhammias ont quitté le groupe vert et ont refusé toutes les tentatives de conciliation du
national : Edgar Malausséna ne pardonnant pas le fait d'avoir perdu Son fauteuil de vice- président (et de ne pas être le Chef). Par contre le fait que Malausséna (plus à gauche que moi tu meurs)
rejoigne son ennemi de "droite" Miran ne t 'étonnes pas ?

- Jean-Luc Benhammias et Catherine Levraud ont quitté les verts pour le Modem car ils en avaient marre de ce parti qui fait 1,5% des voix (sic).

- Mikaela Darmon a quitté les verts pour soutenir les combats de Ségolène Royal (re sic).

- Marie Bouchez a refusé  d'être sur la liste EE pour car elle ne pouvait avoir de poste éligible dans le 04 (où aux municipales elle était sur une autre liste que celle des verts) et refusait
d'être "exflitrée" ailleurs . Aujourd'hui elle est sur la liste ps ...du 13 . actuelmentelle est suspendue  de verts car elle se présente sur une liste opposée à celle de son parti.

Juliette Chesnel soutien Europe Ecologie (et son mari est sur la liste)