Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 10:29
Le 12 octobre, partout toujours plus nombreux pour gagner

Les salarié(e)s ne veulent pas de cette réforme !

 

Le gouvernement misait sur un essoufflement de l’opposition à son projet de réforme : c’est le contraire qui se produit. Malgré les tentatives de minimiser l’ampleur des manifestations du 23 septembre, la réalité s’impose : les salariés sont hostiles au projet gouvernemental et ils l’ont encore exprimé le 2 octobre.

Les français ont bien compris que cette réforme, si elle était mise en œuvre, non seulement aggraverait leur situation, mais ne règlerait pas l’avenir de nos retraites.

Le Président, comme son Ministre du Travail, n’ont pas voulu en discuter avec les syndicats qui proposent, notamment, de dégager de nouvelles ressources autres que sur les revenus des salariés, déjà lourdement pénalisés par la crise, le chômage et la précarité.

Une autre réforme est nécessaire

- Défendre le système par répartition basé sur la solidarité intergénérationnelle en priorisant le développement de l’emploi, une augmentation des salaires et une mise à contribution des revenus financiers des entreprises ;
- Imposer la reconnaissance de la pénibilité du travail avec l’ouverture des droits au départ anticipé avant 60 ans, dans un cadre collectif sans être subordonné à un quelconque taux d’incapacité.
- Obtenir la garantie du droit à la retraite à 60 ans à taux plein avec au moins 75 % du salaire sur les dix meilleures années dans le privé et les six derniers mois dans le public, et en aucun cas inférieur au Smic ;
- Pas d’allongement de la durée de cotisations ;
- Prendre en compte, dans le calcul de la pension les périodes d’études et d’inactivité forcée ;
- Le maintien des droits familiaux.

Alors que le Sénat va du 5 au 20 octobre se prononcer sur ce recul social, l’UD CGT appelle l’ensemble de ses syndicats à mettre en débat de partout, dès à présent, avec les salariés la question de la reconduction de l’action dans tous les secteurs à partir des revendications en lien avec la retraite : salaires, emplois, conditions de travail. Déjà de plus en plus de professions s’engagent dans la reconduction.

 

Le 12 octobre, à l’appel de l’ensemble des Organisations Syndicales, soyons massivement en grève et dans la rue pour faire reculer le gouvernement et le Medef.

 

Salariés du privé, du public, jeunes, retraités, privés d’emploi tous unis, tous ensemble, par millions, refusons que l’on nous vole 2 ans de nos vie !



Manifestion 10h30 départ Vieux port

Partager cet article

Repost 0

commentaires