Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 22:31

 

Chers camarades, 

 

Après avoir réalisé mes études à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix, je suis devenu enseignant de Sciences économiques et sociales au Lycée militaire d’Aix. Profession que j’exerce avec plaisir depuis 1999 et qui est ma seule source de revenu. Dans le climat malsain de la politique nationale et des affaires locales, soucieux de transparence, j’ai publié il y a quelques jours mon revenu et mon patrimoine. Si vous me faites la confiance de me désigner comme premier des socialistes pour mener le combat des municipales, je demanderai à mes colistiers d’en faire autant. J’entends faire de la lutte contre le clientélisme et les affaires un élément fondateur de ma politique municipale. Dans une période de crise majeure, si nous ne voulons pas voir revenir des périodes sombres, nous nous devons d’être exemplaires et de rétablir la confiance entre responsables politiques et citoyens.  

 

Un opposant constant au système Maryse Joissains et à sa politique

 

Colistier de Jean François Picheral en 2001, j’ai eu l’honneur de siéger comme conseiller municipal d’opposition de 2001 à 2008. J’ai pendant cette période été un vaillant opposant au népotisme. Sans compromission et avec constance, j’ai dénoncé une gouvernance autoritaire et des pratiques familiales insupportables. J’ai mis toute mon énergie aux élections présidentielles pour faire élire François Hollande et aux élections législatives de la 14e circonscription pour faire battre Maryse Joissains. J’ai initié depuis quelques semaines la rédaction d’un livre noir du bilan Joissains, dont la première mouture est accessible à l’adresse suivante : ......... Nous y travaillons collectivement avec quelques militants. Pour l’enrichir, le concours de tous les militant-es serait fécond et nous vous invitons à y contribuer. Le document final sera évidemment à la disposition du Parti, s’il décide d’officialiser cette démarche.

 

Sur les principaux dossiers de cette ville j’ai toujours refusé les nombreuses dérives de la gestion municipale. J’ai, dès le premier mandat, attaqué devant le Tribunal administratif les différentes révisions simplifiées du POS qui, sans schéma urbain global, défigurent notre ville. J’ai, dès leur installation, mis en garde contre l’échec annoncé des vélos Decaux. J’ai obtenu l’annulation par le Tribunal Administratif du Plan de Déplacement Urbain (PDU) d’Aix et du Pays d’Aix, qui n’était pas assez respectueux de l’environnement et se faisait sans vision urbaine. Je n’ai eu de cesse de refuser l’image haineuse et intolérante qui est donnée de notre ville qui, contrairement aux affinités de Maryse Joissains, ne partage pas les valeurs de Marine Le Pen .

 

C’est au nom des valeurs de l’écologie et de la Gauche que j’ai toujours mené ces combats. J’ai argumenté pour la compatibilité de la solidarité et de la protection de l’environnement dans « La face cachée de la décroissance », préfacé par Jean Marie Harribey, alors vice président d’Attac, où je dénonce l’idéologie réactionnaire et malthusienne de la décroissance.

 

Une candidature pour un projet de ville solidaire et écologique

 

Par mon slogan « DE L’AIR », je ne vise pas seulement le renouvellement des personnes ; je pense au nouveau souffle qui doit inspirer un projet urbain à 20 ans. Aix en Provence doit réagir contre les facteurs qui l’entraînent sur la pente du déclin. Elle doit développer l’activité  économique, retenir ses jeunes et en attirer d’autres, plutôt que de miser exclusivement sur sa rente immobilière. Je n’ai pas peur d’affirmer qu’il faut d’abord construire massivement des logements dans les 20 ans qui viennent sur le territoire de la commune d’Aix en Provence, avec une priorité donnée aux logements sociaux, intermédiaires et étudiants. Et cela tout en favorisant une ville « rassemblée », où la spécialisation (commerce, habitat, lieu de travail, lieux culturels) devra être réduite ; en refusant l’hyper-centralité du centre ville et en reliant l’ensemble des quartiers à la ville.  Cette nouvelle respiration urbaine doit se faire avec l’objectif environnemental d’une réduction de l’empreinte écologique de la ville et une diminution de la pollution atmosphérique.

La victoire est à notre portée :

 

Le système Joissains est à bout de souffle. La défaite de la députée Joissains dans la 14° circonscription a été le prélude à sa chute aux prochaines municipales. Je ne crois pas les électeurs aixois disposés à permettre la transmission en douce de la Mairie de la mère à la fille Je crois au contraire le corps électoral très conscient du fait que la constitution inéluctable de la métropole marseillaise va bouleverser les données en profondeur, et que la municipalité Joissains n’a rien pensé, rien prévu pour l’avenir du Pays d’Aix.

Cependant, la mairie ne va pas tomber à Gauche comme un fruit pourri. Il va falloir nous battre unis  sous nos couleurs, dans la perspective de la réunion nécessaire de toutes les forces progressistes pour le second tour. Et d’abord réussir les primaires à Aix, comme nous avons réussi la primaire présidentielle.

 

Pour des primaires constructives.

 

Ayant publiquement proposé, dès décembre 2006, l’organisation à Aix des primaires,je serai, si vous me faites confiance en m’accordant votre parrainage, un candidat respectueux. J’animerai le débat programmatique qui aujourd’hui fait cruellement défaut. Les aixois nous attendent sur ce point où nous avons été trop longtemps silencieux. Loin des querelles et divisions intestines, auxquelles nous ont habitué les frasques de l’opposition ces derniers mois, je n’aurai de cesse de défendre l’unité et le débat de fond dans cette primaire, car c’est unis autour du projet d’une ville dynamique, solidaire et protectrice de son environnement que nous gagnerons !

Sincères salutations militantes

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article

commentaires