Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 10:32

Sous couvert de défense des libertés publiques voici qu'apparaissent en France les partis pirates.... Partis qui ont fait presque 8% il y a quelques semaines en Allemagne. Nous aurons d'ailleurs des candidats à AIX. Leurs résulats risquent de nous surprendre.

 

On peut apprécier nombre de leurs positions culturelles et sociales, mais quand on lit leurs propositions économiques on est consterné. Ils défendent la thèse du revenu universel rebaptisé Revenu de base dont on sait comment il participera du nivellment par le bas de toutes les protections sociales. Mais ils défendent surtout une conception complétement fausse, paranoiaque et monétariste de la politique monétaire... Ignorant tout des  mécanismes monétaires réels de création de monnaie ex nihilo. Mécanismes qui font que les crédits réalisent les dépots (pourtant il y a des articles sur wikipédia qui leur permettrait de comprendre ça) nos pirates nous proposent de revenir à l'économie de l'étalon or sur le modèle proposé par le très libéral M Allais. Revenir à une monnaie de dépot serait une regression complète qui détruirait nos économies modernes. La position libérale libertaire est assez inquiétante car sous couvert de modernité on est dans la grande regression monétaire. Le libéralisme économique prend parfois des visages surprenants.

 

  pirate-bay-sold

Lu sur leur site

"TRANSPARENCE DE L’ÉCONOMIE

Encadrer le système de crédit

(Inspiré de “La crise mondiale d’aujourd’hui”, de Maurice Allais, prix “Nobel” d’économie français.) Le mécanisme du crédit actuel permet aux banques de prêter de l’argent qu’elles ne possèdent pas, de l’argent généré “ex nihilo” (à partir de rien) ou provenant de prêts à plus court terme, ce qu’elles dissimulent par des opérations comptables. Ces opérations, très lucratives car les banques empochent les intérêts sur des sommes qu’elles ne possèdent pas, doivent être rendues impossibles.

Rendre et limiter la création monétaire aux seuls États

Toute création monétaire autre que la monnaie de base par la Banque centrale doit être rendue impossible, de manière que disparaissent les « faux droits » résultant actuellement de la création de monnaie bancaire."

 

http://legislatives.partipirate.org/2012/les-autres-mesures/

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Aixo-Blogosphère
commenter cet article

commentaires