Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:13

 

Face au racisme larvé et à l'instrumentalisation politique l'intelligence de la laicité.

05/03/2012

"Nous offrons une diversité de menus, qui n'ont rien de confessionnel"

SOCIETE - Yves Fournel est adjoint au maire PS de Lyon, chargé de l'éducation et de l'enfance. Il réagit pour LibéLyon aux propos de Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, selon lequel accorder le droit de vote aux étrangers pourrait conduire à ce que « des étrangers rendent obligatoire la nourriture halal » dans les cantines.

 

Proposez-vous des menus halal dans les cantines scolaires de la ville de Lyon?

Nous avons fait le choix d'offrir une diversité de menus, qui n'ont rien de confessionnels, donc ni halal ni cacher. Depuis deux ans, les parents ont le choix entre un menu classique pour toute l'année ou un menu complet sans viande pour toute l'année. Ils peuvent également panacher ces deux menus, jour par jour, par cycles de 7 semaines.

Avez-vous été confronté à la demande de menus halal ou autres de la part de familles?

Nous avons été confrontés, à la fin années 90, à des demandes d'origines diverses, aussi bien musulmanes que juives, mais aussi plus sociétales, sur la place de la viande. Cette affaire a fini par poser des questions de santé publique dans des quartiers où moins d'enfants venaient à la cantine. Ou ne mangeaient plus les plats principaux. Des pressions inter-enfants s'exerçaient. Ainsi que de la part des parents vis-à-vis des personnels. Nous étions arrivés à une situation de forte tension.

Comment avez-vous réagi?

Nous avons mené un travail avec les associations laïques, de défense des droits de l'homme. Et avec les représentants des religions. Au départ, chacun a présenté ses aspirations. Nous sommes tous convenu qu'il était impossible de répondre favorablement à tout le monde. Dans un cadre laïque, nous ne pouvions pas, non plus, proposer des menus confessionnels. Mais nous avons fait le constat qu'il fallait prendre en compte les évolutions de la société. De ce débat nous est venu l'idée d'un menu complet sans viande, mais avec poisson, oeufs, soja. Les familles choisissent le type de menu soit pour l'année, soit par périodes.

Quel pourcentage d'enfants mangent le menu sans viande?

30%. Et ils ne sont pas concentrés dans certains quartiers. Cela montre que ce phénomène dépasse les questions religieuses.

La solution adoptée par la ville de Lyon a-t-elle apaisé les tensions avec les familles?

Depuis que nous l'avons mis en place, nous n'avons plus de conflits.

Coûte-t-elle plus cher aux Lyonnais?

Nous l'avons intégrée dans la renégociation du marché de la restauration. Et cela n'a pas représenté un coût supplémentaire.

Accorder les droits de vote aux étrangers, risquerait-il selon vous, aux dérives que pronostique Guéant?

C'est une manipulation de sa part. C'est le dialogue qui fait avancer, pas ce type de provocation, surtout en lien avec le droit de vote. Nous avons réglé le problème en prenant démocratiquement en compte les évolutions de la société, sans céder sur les principes.

Recueilli par Catherine Coroller

ps : jusqu'où l'abjection de Sarkozy et ses amis iront.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires