Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 18:50

Le recours d'Alexandre Medvedowsky semble recalé devant le Ta  car il y a peu de chance que le Ta ne suive pas l'avis du rapporteur public... (enfin on verra pour Noel puisque l'avis sera donné le 23 décembre ???). C'est donc le Conseil d'Etat qui une nouvelle fois tranchera... De toute façon les deux protagonistes avaient tout les deux indiqué qu'ils saisiraient le CE si la décision leur était défavorable....

Joissains-Medvedowsky : le recours rejeté mais l'écart de voix se resserre


Publié le mardi 15 décembre 2009  la Provence

Le rapporteur public a conclu, ce matin, devant le tribunal administratif de Marseille au rejet du recours d'Alexandre Medvedowsky (PS), qui demandait l'annulation de l'élection de Maryse Joissains (UMP) en juillet dernier. En revanche, il a jugé que 96 votes étaient entâchés de nulllité : le tribunal devrait donc revoir l'écart de voix entre les deux candidats de 187 à 91. Les propos peu amènes de Maryse Joissains envers la décision du Conseil d'Etat, qui avait annulé son élection en 2008, ont été au coeur des débats. Le rapporteur public a estimé que même s'ils "pouvaient être injurieux ou diffamants", ils l'étaient envers une institution, laquelle n'était pas un adversaire dans la campagne municipale de la candidate UMP. Et qu'ils ne constituaient donc pas une manoeuvre pouvant entâcher la sincérité du scrutin.

Le camp d'Alexandre Medvedowsky ne cachait pas sa déception face au rejet de sa demande. Mais les conclusions du rapporteur public et les arguments du conseil de Maryse Joissains, estimant devant le tribunal qu'il pouvait y avoir "un problème" dans les formations de jugement au Conseil d'Etat - "Sur quinze membres, cinq avaient eu des fonctions dans les cabinets ministériels" - leur laissent un espoir en cas d'appel devant la plus haute juridiction administrative. La décision du tribunal marseillais devrait être rendue le 23 décembre.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyril Di Méo 05/01/2010 11:36


On me signale (et je confirme) que l'écart Medve Joissains ne se réduit pas car les voix annulées n'étaient à personne... Pour qu'une telle démarche de réduction d'écart ait lieu il faudrait
montrer que ces voix se sont portées sur Joissains ou que Joissains a triché, or rien de tel n'a été dit ou prouvé. LE Ta a 
signalé des signatures différentes entre les deux tours sans prouver de fraude et annulé des procurations. Rien ne remet donc en cause le nombre des voix séparant les deux protagonistes.

On aurait bien aimé mais cela semble plus être le désir des opposants à joissains que la réalité juridique.





Un de la Bande 21/12/2009 18:38


Lecteur assidu des blogs aixois, la différence entre eux est vite observée !

Les plus actifs sont ceux de LA CASTRONOVO, celui de CIXI et le vôtre.

Le Parti Socialiste étant officiellement le représentant de l'opposition, regardez plutôt le blog de son chef de file, A. MEDVEDOWSKY, et vous ne noterez pas de commentaire, depuis septembre
dernier, (comment lui faire entièrement confiance alors ?) celui de F. SKRIVAN, après des efforts est bien muet !
Reste celui de G. LENFANT, qui elle fait des efforts méritoires et tout son "travail" de militante !

Désolant qu'un chef de file, quasi autoproclamé, soit si absent du combat local, Michel PEZET avait lui, beaucoup plus de panache, de classe et d'expérience !..


Raymond 17/12/2009 08:43


En lisant l'article de la Provence, comment le TA peut-il dire qu'il n'y a pas fraudes alors qu'il reconnait et écarte 6 procurations et 90 signatures !!! ?
Cette reconnaissance à elle seule prouve les fraudes, et quand on sait comment sont tenues les listes électorales (article de MEDIAPART : décès non radiés, faux électeurs...avec la complicité des
fonctionnaires cadres de la mairie...), tout le monde a pu voir la tenue du bureau centralisateur, aucun résultat annoncé, personne ne savait quels bureaux restaient...en toute illégalité sous
l'autorité d'un préfet ! Vive la France !!!


eddy 15/12/2009 22:27


Le conseil d'etat va se ridiculiser s'il annule une deuxieme fois cette élection...
Les critiques de maryse joissains sur cette juridiction ne peuvent etres presentees comme des manipulation car maryse joissains n'a pas été condamné malgré la plainte de medvedowsky au penal !!!