Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 09:22

 

 

 Maryse Joissains fait partie de la "Droite populaire" au sein de l'UMP, comprenez droite ultradroitière, avant garde réac de la Sarkozie décadente. Elle fait donc des propositions de loi. Voici celle écrite par Madame à l'assemblée nationale le 29 juin 2006 :

 

La proposition :

 

http://www.assemblee-nationale.fr/12/dossiers/procedure_expulsion_gens_voyage.asp

 

Le texte :

 

http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3231.asp

 

 

 

N° 3231, PROPOSITION DE LOI de Mme Maryse JOISSAINS-MASINI

 

ASSEMBLÉE NATIONALE 

 

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 28 juin 2006.

 

visant à renforcer la procédure d’expulsion des gens du voyage,

 

(Renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

Mesdames, Messieurs,

 

Les débordements des gens du voyage, constatés depuis des années dans les communes et les départements se reproduisent d’une manière incessante, et ceci, bien que des aires de stationnement leur soient réservées. Installés n’importe où, ils commettent des actes de dégradations, sur le domaine public ou privé, en se branchant, trop souvent, illégalement sur des circuits électriques publics ou privés, en cassant les bornes d’eau et en commettant des chapardages ou actes de malveillance dans les zones occupées.

 

En mettant en œuvre des mesures pour lutter contre les dégradations qui résultent des occupations de terrains publics ou privés, la loi n° 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure, insérant un article 322-4-1 du code pénal, a crée une nouvelle infraction pénale qui réprime l’installation illicite en réunion sur un terrain appartenant à autrui. Toutefois, la mise en œuvre de ces dispositions est subordonnée à l’application du schéma départemental d’accueil et à l’habitat des gens du voyage, prévu par la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage, pour les communes qui y sont inscrites. À ce titre, la loi pour la sécurité intérieure incitait à la réalisation des aires d’accueil prévues dans les schémas départementaux. L’accélération de l’aménagement de ces équipements qui devait résulter de ces dispositions aurait dû être accompagnée d’une réduction concomitante de la fréquence des occupations illicites et en conséquence, de ces dégradations. Cela ne semble pas être le cas, c’est pourquoi, je vous demande, cher(e) collègue, de voter le dispositif suivant ;

 

PROPOSITION DE LOI

 

Article 1er

 

Les gens du voyage sont uniquement autorisés à stationner sur les emplacements prévus à cet effet.

 

Article 2

 

Lorsque cet emplacement existe dans la commune soumise à la loi, leur expulsion du terrain privé ou public envahi sans autorisation pourra intervenir sur simple production d’un acte de propriété – de la commune ou du particulier ou de tout acte officiel permettant d’établir la propriété, privative, publique ou privée – au magistrat saisi pour l’expulsion.

 

Article 3

 

Le magistrat sera saisi par voie de requête et devra, sur présentation de l’acte ou des documents similaires, ordonner l’expulsion dans les trois jours de sa saisine.

 

Article 4

 

Les policiers municipaux et toute personne assermentée pourront procéder à l’expulsion de moins de dix caravanes.

 

Article 5

 

Si l’expulsion concerne plus de dix caravanes, le Préfet saisi pour expulser, devra mettre en place la force publique dans les quarante huit heures de sa saisine.

 

 

 Sarkozy reprend cette philosophie intolérante pour faire oublier la crise économique et l'affaire Woerth / Bettencourt. On a donc droit à l'expulsion à Aix de quelques Roms.

 

 

L'expulsion de Rom par les forces de police d'Aix-en-Provence

 

http://www.laprovence.com/article/region/a-aix-operation-expulsion-de-roms-traverse-de-la-vierge-noire

 

 

Heureusement que quelques autorités morales refusent cette stigmatisation des plus faibles.



Le Figaro rapporte !!

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/22/01016-20100822ARTFIG00078-roms-deux-hommes-d-eglise-denoncent-les-expulsions.php

 

Lors de sa visite jeudi dans un campement de Roms, Mgr Dufour a assisté à l'arrivée d'un important détachement de policiers. Des caravanes ont été détruites. L'archevêque d'Aix s'indigne : « Ce terrain appartient à Direction des routes. Il n'y a aucune mesure d'expulsion dessus. Il y a des gamins que j'allais faire scolariser à la rentrée. Je demande le respect des personnes et de leur dignité, dans le cadre de la loi française. Les discours sécuritaires qui peuvent laisser entendre qu'il y a des populations inférieures sont inacceptables. Ces personnes, citoyens européens, vivent pour la plupart paisiblement ici, un certain nombre depuis de longues années.»



Madame Joissains qui passe son temps à manifester de manière ostentatoire sa foi catholique ferait bien, plus que de s'en servir d'un argument éléctoral, de s'en inspirer quelques fois. Mais décidemment cette ultra droite est prête à tout instrumentaliser.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marco 12/09/2010 20:07



Je lis assez souvent votre blog, je le trouve ...particulier en son genre.Je suis également étonné de voir que vous prenez l'église catholique comme exemple,église que vous avez pour habitude de
prendre pour cible de façon plutot ironique et sarcastique...comme quoi la fin justifie les moyens...J'ai lu que vous etes "indépendant" n'étiez vous pas dans le passé chez les verts (candidat à
la mairie)?Que s'est il passé?