Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 20:57

On savait Maryse Joissains proche de la droite extrême en tant que membre du collectif Droite populaire dont certains membres avaient mis il y a quelques semaines sur la table une possible alliance UMP / FN. On connaissait les attitudes et propos de Maryse Joissains dont la tonalité et le contenu flirtaient régulièrement avec la droite extrême. On ne pouvait pas ne pas remarquer la bizarre absence à plusieurs scrutins successifs municipaux de liste d'extrême droite à Aix... et bien voilà que l'on passe à l'étape suivante, le recyclage d'anciens élus d'extrême droite.  A moins que ce soit, lachée par ses amis UMP (voir le bordel et la défiance à la CPA), la solitude qui pousse Mme Joissains à chercher de nouveaux amis ???

  

La nouvelle tournait dans la ville depuis quelques jours mais on osait y croire. La Provence confirme ce jour, Damien Bariller ex leader FN puis ex bras droit de Bruno Megret au MNR, puis leader MPF aixois a été embauché par un organisme de la ville, la SEMEPA.

 

ps : La façon dont l'adjoint aux fiances d'Aix évacue la question fait froid dans le dos.

 

A lire dans LA Provence du 11 novembre.

Un ex-baron du FN à la communication de la Société d'économie mixte de la Ville

Publié le jeudi 11 novembre 2010 à 17H36

 

"Nous, les libéraux, on est large d'esprit. Et puis, il n'est pas FN, il était au MNR". Gérard Bramoullé, président de la Semepa, a le sens de la nuance. N'empêche, il confirmait hier la nomination à la direction de la communication de la société d'économie mixte de la Ville, de Damien Bariller. 

Cet Aixois s'est engagé tout jeune dans les rangs du Front national avant de faire partie du tout premier cercle de Bruno Mégret, époque MNR. Il s'est reconverti ensuite du côté du MPF de Philippe de Villiers dont il fut responsable départemental. Ancien conseiller régional, conseiller municipal FN à Aix de 95 à 2001, tête de liste  à la municipale de 2001, c'est lors de la législative de 1993 dans la circonscription de Gardanne, qui laisse son nom dans l'histoire politique locale : son maintien au second tour - qui aurait été négocié par l'ancien ministre de la Ville auprès de Le Pen - permet la victoire de Tapie.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires