Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 15:26

Joissains est "no limite". Avec elle tout est possible. Elle vit par la revanche et pour le revanche et même l'élection d'un président de la République qu'elle n'aime pas elle ne peut pas le supporter

 

Election de Hollande : Maryse Joissains veut "déposer un recours"

Publié le mercredi 09 mai 2012 à 12H07 Provence

Maryse Joissains, député-maire UMP d'Aix, dont les paroles sont commentées dans de nombreux médias nationaux depuis deux jours, après avoir taxé d'"illégitime" l'élection de François Hollande, défini aussi comme un "danger pour la République", vient d'annoncer ce matin qu'elle déposerait un recours aujourd'hui même contre le vote.

Son argumentation? "Il faut vérifier le financement de sa campagne électorale, il doit compter l'année qu'il a passé à sillonner la France". Et de rebondir sur ce qu'elle estime une surmédiatisation du candidat socialiste, qu'elle met sur le compte des primaires au PS : "Cette sympathie des médias, exprimée notamment lors des primaires du PS", se serait accompagnée d'un "lynchage médiatique du président de la République, qu'on a présenté comme le diable".

Ce serait donc cet "anti-sarkozysme primaire, primate" qui aurait encouragé les Français à voter pour François Hollande, selon Maryse Joissains. "Je récupère ma liberté de parole. Je suis en colère, et je serai en résistance pendant 5 ans", a-t-elle enfin déclaré.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires