Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:11

 Il est des îles trop petites pour contenir l'ambition de leurs résidents. C'est le cas de la Corse qui nous envoie donc Alexandre Guillaume Tollinchi (AGT pour les lecteurs de son site). Ce  partisan d'un patriotisme corse de droite semble avoir décidé de poser ses valises dans la vie politique aixoise où il fait déjà des visites de terrains http://www.tollinchi2011.com/phototheque/14-2/link.... Pour découvrir le personnage vous pouvez consulter son site: http://www.tollinchi2011.com link

 


Admirateur de Nicolas Sarkozy, au style berlusconien,  le jeune politique a accroché une autre idole à son panthéon.. Maryse Joissains. Après une liste impressionnante d'ouvrages déjà publiés dont celui ci : coup de gueule d'un sarko féministe,

 

AGT
 il devrait  sortir en décembre un ouvrage pour un plaidoyer autour du bilan de Maryse Joissains et de sa "brillante " carrière.

 

Il entend aussi défendre "l'honneur d'Alain Joissains". Rien de moins.  Le bougre sait flatter là où c'est important et a en tout cas compris où était le pouvoir à Aix. Dans son ouvrage il nous annonce qu'il remet à sa place les opposants à Joissains "qu’il qualifie tour à tour de “bateleurs” (illusionnistes) ou de “taureaux aux cornes d’escargots qui se rétractent quand on les touche“."(sic). On attend donc avec impatience l'exercice de flagornerie et la bave sur les chaussures de Maryse Joissains qui ne sera pas celle des escargots de l'opposition.

 

http://www.tollinchi2011.com/2012/11/20/tollinchi-sort-un-livre-sur-maryse-joissains-masini-et-sur-son-bilan-depuis-2001link

 


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Liberté 30/11/2012 19:13


Décidément, ce monsieur nous semble posséder un égo relativement démesuré et un culot bien utile, lorsqu'on s'adonne à la politique. Nous parlons de lui, (alors il en est ravi, ne souhaite que
cela) mais qu'apporte t'il de nouveau avec ce "look" terriblement suranné, style années trente, période cagoularde et action française... De triste mémoire.


On ne voit pas l'intérêt du sieur. Quelles sont les idées agitées ? Aucunes. On ne fait que parler de soit et tourner en rond autour d'un personnage, qui souhaite sortir du commun et devenir
"comme on dit à Marseille" : qunqu'un...


A part cela, où est l'intérêt des Aixois, déjà bien empétrés avec la famille collante, qui les glue, mais ne leur apporte pas grand chose au final, depuis la fin des années 70 ?  Ah ! Si !
N'oublions pas "Omar"

Alexandre-Guillaume TOLLINCHI 28/11/2012 16:23


Chère anonyme "mina", 


Il n'y a aucune raison de poursuivre en justice un adversaire politique qui instrumente dans le respect et dans les limites du raisonnable.


Sur cet article en particulier, il n'y a pas d'attaques personnelles ici, il n'y a ni médisances, ni injures. 


L'opposition municipale a parfaitement le droit, et encore heureux nous sommes en République, d'exprimer une opinion, un ressenti, et de livrer une analyse. Et même de faire ma publicité, ce dont
je la remercie.


Cet article ne me pose aucune difficulté, il exprime une opposition mais son auteur l'exprime avec respect et sans franchir à aucun moment la ligne rouge.


J'aurai donc plaisir à dialoguer avec lui, chacun à la place qui est la sienne.


Bien cordialement,


Alexandre-Guillaume Tollinchi

mina 25/11/2012 18:54


attention Cyril selon ce que tu dis ... il t'attaquera n justice ... j'ai déjà eu droit à ses menaces,