Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 22:10

  C'est un modèle pour nombre de décroissants...

La vie sexuelle de Gandhi dévoilée dans un livre

 
           
 

Un nouveau livre sur le Mahatma Gandhi jette une lumière inédite sur la vie privée de cette icône indienne, révélant que son célèbre vœu d'abstinence ne l'a pas empêché de dormir avec des femmes nues ni de mener des expériences sexuelles originales. Gandhi : ambition nue, de l'historien britannique Jad Adams, dépoussière la vie de Mohandas Karamchand Gandhi, surnommé le Mahatma ("la grande âme"), héros de l'indépendance de l'Inde dont l'existence spartiate et la résistance aux plaisirs terrestres font partie intégrante de l'image.

Le livre vient d'être publié au Royaume-Uni et il sera bientôt disponible en Inde. Ce portrait de l'homme privé, brossé à partir de ses écrits et de témoignages de proches, risque de faire des vagues dans un pays où il reste, plus de 60 ans après sa mort, considéré comme un saint.

L'attitude sévère de Gandhi à l'égard de la sexualité est connue. En 1885, il avait écrit son dégoût de lui-même après avoir eu une relation physique avec sa femme Kasturba, âgée de 15 ans, alors que son père était en train de mourir. Plus tard, après avoir eu quatre enfants, il interdit aux couples mariés fréquentant son ashram d'avoir des relations sexuelles pendant leur séjour, expliquant aux maris qu'ils devaient prendre un bain froid en cas de besoin.

"L'un des éléments frappants que l'on découvre sur Gandhi est le nombre de fois où il écrit sur le sexe, souligne Jad Adams. On voit qu'il a une sexualité parfaitement normale la première partie de sa vie. Mais ce qui m'a intéressé, c'est qu'à un moment, en 1900, il décide qu'être chaste serait une bonne idée. Six ans plus tard, il fait un vœu et le met en pratique", détaille-t-il.

 

"DÉMONTRER SA RÉSISTANCE"


Mais contrairement à son image d'ascète abstinent, dans la seconde moitié de sa vie Gandhi, prenait souvent des bains avec des jeunes filles pubères, se faisait masser nu et partageait souvent sa couche avec une ou plusieurs de ses fidèles. Selon l'historien, il n'y a aucune preuve de rupture de son vœu d'abstinence bien que la définition qu'en donne Gandhi soit assez restreinte. "Il parle de pénétration mais il définit le sexe d'une manière si restreinte qu'il ignore tout un tas d'activités que nombre de personnes qualifieraient de sensuelles, voire de sexuelles", souligne-t-il.

Jad Adams estime en fait que Gandhi "attendait des femmes qu'elles le stimulent sexuellement pour qu'il puisse démontrer sa résistance". Manu Nayar, la sœur de la secrétaire particulière du père de la nation indienne, Sushila, fut par exemple l'une de ses femmes. Des épouses d'hommes fréquentant son ashram étaient aussi parfois appelées à partager ses nuits alors même qu'elles n'avaient pas le droit de dormir avec leurs maris. Pour l'auteur du livre, ces pratiques s'apparentaient à une forme de strip-tease où l'on joue sans jamais se toucher.

Jusqu'à son assassinat en 1948, la vie sexuelle de Gandhi étaient communément commentée, mais après sa mort, les détails sur sa vie privée ont laissé place à une image plus consensuelle d'icône nationale. Quant à sa femme qu'il épousa lorsqu'elle avait 13 ans, elle aurait, bon gré, mal gré, accepté l'abstinence et les expériences sexuelles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires