Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 22:08

 Maryse Joissains nous avait promis du changement. Battue aux législatives de juin 2012, elle nous avait annoncé que maintenant elle allait s’occuper à 100% d’Aix. On allait voir ce qu’on allait voir. La plupart n’ont pas pris au sérieux le propos, d’autres commençant à la connaître ont tremblé…. Ils avaient raison Aix a connu une fin d’année 2012 chaotique. Deux dossiers parmi tant d’autres illustrent ce chaos les transports et la gestion de la police municipale.

 

Aix en Bus en folies….

 

Dans une logique de moins disant social, la ville avait attribué à l’été 2011 le réseau des bus aixois à Kéolis, dans le cadre de la nouvelle Délégation de Service Public et ce contre l’offre de Véolia ancien délégataire. Dès juillet 2012 l’affaire a coincé. De nombreux aixois ont découvert que des lignes avaient disparu, que certaines lignes étaient rallongées et de ce fait leurs fréquences diminuées, que certains quartiers avaient été oubliés et que les temps d’attente s’étaient accrus…le tout avec une information inexistante quand elle n’était pas contradictoire… Maryse Joissains nous annonça alors que l’on allait concerter et refaire le réseau pour la rentrée de septembre. Elle prenait personnellement en charge le dossier. C’est donc en septembre de nouvelles lignes et de nouveaux horaires tout aussi farfelus sont apparus, soulevant immédiatement encore plus l’ire des aixois. Après maintes plaintes et courriers Joissains annonça du nouveau pour novembre… et c’est donc mi décembre que nous avons eu le nouveau-nouveau réseau. C’est dans ce chaos toujours pas terminé que les aixois vivent depuis 5 mois leurs transports en commun…  Il aura fallu plus de 3 mois de chaos et de désordre pour que Mme Joissains accepte revoit sa copie et se mette à concerter la population et les CIQ pour proposer un nouveau plan du réseau.  Car tout avait été fait « au mépris de tous les acteurs impliqués et des réunions de concertation attendues »  comme le signifia la présidente de la fédération des CIQ. Loin d’être réglé en décembre le désordre continue donc. Mais rien n’est réglé car aujourd’hui ce sont les syndicats de salariés de Kéolis qui le jour de la mise en place du nouveau-nouveau réseau ont débrayé. Ils ont remarqué que la nouvelle version du réseau ne peut pas fonctionner: « Ce plan du réseau après s’être fait sans la concertation des citoyens s’est aussi fait sans la concertation et la prise en compte des conditions de travail des salariés et leur savoir faire. » Les syndicats indiquent donc que les nouveaux « temps de parcours des bus n'ont aucun sens et sont irréalisables ». Ils ont  aussi estimé que les grilles de salaires étaient injustes. Depuis presque 5 mois Joissains a semé le chaos dans les transports…On n’est pas sûr d’être ravi qu’elle soit maire à plein temps.

aix en bus

 

Police municipale : l’insécurité de la gestion de l’équipe Joissains

 

J’avais déjà évoqué en janvier dernier le rapport de la chambre régionale des comptes qui fustigeait la gestion par Maryse Joissains et son équipe de la police municipale pour son activité des années passées. http://cyril-dimeo.over-blog.com/article-le-resume-du-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-sur-la-gestion-de-la-securite-a-aix-97371978.html.

bagarre joisains bis

 Les critiques étaient sans appel, faisant état de nombreux dysfonctionnements organisationnels et financiers. Voilà quelques extraits du rapport de l’époque : «  Aucune politique globale de lutte contre l’insécurité et de prévention de la délinquance n’a été formalisée et aucun bilan véritable de la politique de sécurité n’a été établi. » C’était aussi la gestion financière qui était épinglée : « La commune ne dispose pas d’un système de comptabilité analytique permettant une connaissance du coût réel de sa direction de la sécurité. En 2009, les dépenses relatives à la sécurité représentent environ 3 % du budget de la collectivité. Elles sont restées relativement stables sur la période. » et « En matière de lutte contre l’insécurité et de prévention de la délinquance, des outils contractuels ont été mis en place dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale d’Aix-en-Provence. En effet, le suivi du contrat local de sécurité (CLS) adopté en 1999 n’a pas été assuré et le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) a été dissous. » Malgré ces remarques la situation a continué à dysfonctionner en 2011. C’est ce que révèle une enquête interne  du cabinet AFL Conseil que dévoile de manière fracassante La Provence.

http://www.laprovence.com/article/actualites/aix-pourquoi-la-police-municipale-a-frole-limplosion

 Les mots sont violents….presque autant que ce que vivent certains salariés municipaux : "Situation paroxystique", "l'inefficacité collective", "le management décrédibilisé dans les dernières années dans la suite d'une pratique plus instinctive que professionnelle", "l'impasse", et "les immobilismes individuels et corporatistes". Malgré le rapport précèdent de la chambre régionale des comptes les dysfonctionnements ont donc continué "le directeur de la sécurité n'a pas pu fournir d'organigramme de sa direction ou décrire spontanément le fonctionnement de sa direction qui semble plus exister par le titre de son directeur que par la réalité de son fonctionnement". "De fait, les services ASVP  fonctionnent de manière relativement voire totalement autonome et il peut arriver que les services (PM et ASVP) se retrouvent en concurrence sur certains moments ou certains lieux de la Ville". La gestion du personnel est stupéfiante : "la promotion de 14 chefs de service (en 2010) a amené le directeur de la sécurité à créer des postes où ces (nouvellement nommés) catégorie B ne sont plus dans des fonctions opérationnelles et présentent dès lors une efficience discutable pour la Ville". « Au niveau de la base, les agents regardent ce qu'ils appellent une lutte de pouvoir qu'ils traduisent par de l'incompétence avérée au point que certains agents expliquent qu'ils se présentent à l'examen de chef sans aucune préparation ni aucun apprentissage". » « la plupart des évènements, débordements, infractions qui ont été décrits par les agents ou la hiérarchie ont fait l'objet d'un traitement interne au service, créant des sentiments diffus d'impunité, de couverture mutuelle et d'injustice selon les cas ». Cette désorganisation et cette mauvaise gestion est imputable à Maryse Joissains, son cabinet et son élu à la sécurité qui a recruté le directeur de la police municipale et a malgré la saisie des syndicats ou salariés laissé cette situation perdurer depuis plusieurs années. Force est de constater que même pour la sécurité Madame Joissains n’est pas compétente et met du désordre à Aix.


Désordre et inefficacité dans  la gestion de MP2013, dans l’exposition Camus qui après Benjamin Stora, a perdu Michel Onfray comme commissaire d’exposition faisant d’Aix la risée des médias nationaux, désordre dans gestion de l’office HLM. On pourrait multiplier les exemples à l’envie.

En cette fin d’année 2012 Maryse Joissains a mis la ville en chaos debout et affirme dans les journaux locaux qu’elle a un bilan « extraordinaire »…. Espérons que 2013 ne sera pas pire.

bilan extra

Bonne fin d'année malgré tout et bonnes fêtes

Partager cet article

Repost 0

commentaires