Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 13:07

Les exploits de la Frangine dans Var matin.

Lu dans Var Matin

L'opposition pilonne les positions de la majorité

Ils n'ont rien lâché, ou si peu. Le conseil municipal a été le théâtre, avant-hier, d'une offensive musclée de la part des oppositions, la gauche s'avérant être la plus guerrière. Tout au long de l'interminable réunion, débutée à 9 h 30 et terminée à 18 h 40, le PS a tiré à boulets rouges sur la municipalité et sa politique. En ligne de mire, le maire Élie Brun, un absent qui n'a jamais été aussi présent dans les débats.

Le marathon de l'examen des délibérations a commencé par une salve décochée par Elsa Di Méo, la chef de file du PS local, qui a voulu marquer « sa plus grande indignation. Ce n'est pas acceptable qu'on assiste à cette plaisanterie : le conseil municipal prévu il y a un mois a été annulé au dernier moment, dont acte. Aujourd'hui, le conseil municipal se déroule sans le maire, qui n'est plus disponible pour gérer la ville et aborder des questions fondamentales, comme le débat d'orientation budgétaire ou le plan local d'habitat (1). Si personne ne dirige cette ville, dites-le nous ».

Son ex-épouse au secours !

Poussant le bouchon, la conseillère municipale, a alors abordé les rumeurs faisant état des vacances en Afrique du maire. Ce qui a eu le don d'exaspérer... la directrice générale adjointe des services, Jacqueline Marco, par ailleurs ex-épouse d'Élie Brun, qui, fait inattendu et incongru, a riposté en pleine assemblée à l'élue en exigeant qu'elle cesse de « racler les fonds de tiroir ». Le ton était donné !

Comme réponse, Elsa Di Méo a enfoncé le clou « on perd les pédales. Élie Brun ne dirige plus rien ». Et s'adressant aux conseillers municipaux, « vous êtes complices de ce genre de fonctionnement » ! Ambiance.

Garder le cap et son sang-froid !

Face à cette frénétique déferlante, Francis Tosi, le premier adjoint, a endossé le rôle de capitaine dans la tempête. Ne perdant jamais son sang-froid, celui qui remplace régulièrement le maire a constaté que « les débats commençaient de façon virulente ». Il a rappelé les règles du conseil, afin de tenter de ramener un peu de calme : « je comprends que les groupes d'opposition puissent s'exprimer, mais pour autant, il a estimé qu'il pouvait garder un droit de réserve. Le droit de répondre, mais aussi de ne pas répondre », balayant ainsi d'un revers de main, les premières attaques.

Au fil des heures, celles-ci n'ont pourtant pas cessé. À presque chaque délibération, et il y en a eu 79, le PS a pris un malin plaisir à harceler la majorité. Un grand déballage, où il a été fait état « d'un manque de cohérence dans la politique municipale », de « tripatouillages », de « dérives clientélistes », de « népotisme et de favoritisme », de « navigation à vue »« d'amateurisme, qui vire à l'incompétence », quand est arrivé l'examen d'une délibération évoquant le conseil municipal... du 24 janvier, qui ne s'est pas tenu !

Un florilège auquel le FN a apporté sa contribution. Sylvain Ferrua a qualifié « la gestion du patrimoine de la ville d'opérations à tiroirs allant dans l'intérêt particulier », dénonçant « une urbanisation galopante », et estimant que la majorité n'a pas « fait grand-chose depuis 15 ans ».

Les fonctionnaires se rebiffent !

Tous ces reproches ont soulevé un vent de réprobation dans les rangs de la majorité. Francis Tosi n'a pas cherché à répondre systématiquement à toutes les banderilles plantées, préférant apparemment ne pas mettre de l'huile sur le feu.

Cependant, il a rétorqué que l'opposition ne pouvait parler de « tripatouillage » dans l'élaboration des délibérations. « Vous n'en apportez pas la preuve » a-t-il asséné. Puis, face aux nombreuses invectives, il s'est borné à une cinglante et simple sentence : « vous êtes en campagne électorale » !

Mais ce n'était pas fini ! La séance levée, les nerfs à vif, choqués par leurs mises en cause récurrentes, les administratifs ont pris à partie Elsa Di Méo. Des invectives et de douces amabilités ont été échangées. Chacun affirmant « n'avoir pas de leçon à recevoir » de l'autre. Des hauts fonctionnaires s'adressant ainsi à une élue de la République : du jamais vu !

Dans l'ancienne salle du tribunal épiscopal, la sérénité des débats est bel et bien de l'histoire ancienne.

gpeyrebesse@varmatin.com

Et pour plus d'informations on peut aller sur son site.

http://www.elsadimeo.com/index.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires