Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 13:14

On pourrait en rire s'il ne s'agissait du risque nucléaire...

ps et puis comme c'était en juin...on est rassuré tout est rentré dans l'ordre depuis ces 4 mois écoulés....

Dormez tranquilles le CEA s'occupe de tout.

La Provence

Incident nucléaire à Cadarache : plus de plutonium que prévu


Publié le jeudi 15 octobre 2009

L'ASN a suspendu le démantèlement d'un atelier de technologie de plutonium

Le centre Cadarache est implanté à Saint-Paul-Lez-Durance.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a classé au niveau 2 sur l'échelle internationale de gravité des événements nucléaires, qui en compte 7, un incident survenu sur le site nucléaire du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) à Cadarache (Bouches-du-Rhône).

Dans un communiqué publié mercredi, l'ASN indique avoir été avertie la semaine dernière par le CEA de l'incident survenu au mois de juin dernier sur l'Atelier de technologie du plutonium, qui est à l'arrêt définitif et en cours de démantèlement.

Le CEA a signalé des dépôts de plutonium supérieurs à ses prévisions sur ce site exploité par Areva. "Evalués à environ 8 kg pendant la période d'exploitation de l'installation, les dépôts récupérés à ce jour sont, selon le CEA, de l'ordre de 22 kg et le CEA estime que la quantité totale pourrait s'élever à près de 39 kg", indique l'ASN dans un communiqué.

L'ASN précise avoir "suspendu les opérations de démantèlement dans l'installation et soumis leur reprise à son accord préalable".

Selon l'autorité, "l'incident n'a eu aucune conséquence" même si "la sous-estimation de la quantité de plutonium a conduit à réduire fortement les marges de sécurité prévues à la conception pour prévenir un accident de 'criticité', dont les conséquences potentielles pour les travailleurs peuvent être importantes".

Le risque dit de criticité est défini comme le risque de démarrage d'une réaction nucléaire en chaîne lorsqu'une masse de matière fissile trop importante est rassemblée au même endroit.

Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, a réclamé "la transparence la plus complète" sur cet incident et dit regretter "profondément qu'un tel délai se soit écoulé entre la découverte de cette situation et sa déclaration".

"Cette transparence et cette exigence de sécurité sont les conditions incontournables de la fourniture d'électricité d'origine nucléaire. Elles seront respectées
", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Greenpeace a accusé pour sa part "Areva et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) d'être incapables de gérer le plutonium". "Nous estimons que la découverte, à Cadarache, de plusieurs kilos de plutonium ayant échappé à tout inventaire constitue une des situations les plus graves et les plus critiques que l'on ait pu rencontrer dans une installation nucléaire depuis longtemps", déclare dans un communiqué Yannick Rousselet, responsable de Greenpeace France.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fep 26/10/2009 10:03


C'est un peu l'histoire qui se répète... apres le plutonium révélé le 6 octobre dernier, c'est cette
fois-ci de l'uranium légèrement enrichi (enrichissement inférieur à 1,65%) qui a été retrouvé en quantités supérieures à la limite autorisée, sur le site de Cadarache.


Cyril 15/10/2009 21:38


 


* Archives Intégrales *




Dossiers d’actu




La Poste


Souffrances au travail


Travail du dimanche


Taxe carbonne


29 janvier, 19 mars, 1er Mai, luttes.


Universités


Crise financière


Gauche en débat




Services




La Boutique de l’Humanité


Les « UNES » à télécharger


Newsletter


Où trouver l’Humanité ?


Les annonces


Alapage.com


NewsPress


Les RSS


Liens


Blogs




Vidéos




La Web TV de la Fête de l’Humanité


La gauche européenne en débat


"Mai 68" vu par le mouvement lycéen de 2008


le pouvoir d’achat au quotidien


Fête 2008 : Bernard Stiegler au stand des Amis


Alain Badiou : De quoi sarkozy est-il le nom ?


Toutes nos vidéos




Pages thématiques




Le travail dans tous ses états.


Économie


Territoires


Une planète et des hommes


Europe




Chroniques




L’éditorial


L’invité de la semaine


Le billet de Maurice Ulrich


Le bloc-notes de Jean-Emmanuel Ducoin


La chronique de Pierre Ivorra


La chronique théâtrale de Jean-Pierre Léonardini


La chronique de Cynthia Fleury


La chronique cinéma d’Emile Breton


La chronique littéraire de Jean-Claude Lebrun


La chronique de François Taillandier


La chronique poétique d’Alain Freixe




L’Humanité des débats




L’Humanité des débats


Les Forums thématiques


Les lettres françaises




Libres Echanges




Libres Échanges -Jeunes correspondants


S’inscrire


Paru dans l’Humanité


Publié en ligne




Plate-forme internationale




La plate-forme de la presse progressiste dans le monde


L’Humanité in English


L’Humanité Porusski


L’Humanité en Español




Fête de l’Humanité




Contact


Billeterie




Plutonium





Presque 40 kilos de plutonium oubliés à Cadarache


39kg de Plutonium au lieu des 8kg estimés ont été découverts sur le site de l’Atelier de Technologie du Plutonium de Caradache dans les Bouches du Rhones. Le site exploité par Areva était
fermé depuis 2003.



Les quantités de plutonium étaient évaluées « à environ 8kg pendant la période d’exploitation de l’installation. Les dépôts récupérés sont selon le CEA, de l’ordre
de 22kg mais le CEA estime que la quantité totale pourrait s’élever à près de 39kg ». Dans un communiqué publié le mercredi 14 octobre,







Patrick 15/10/2009 21:10


c'est drole mais cela ne m'étonne même pas......... quelle merde !


Eddy 15/10/2009 19:17


Pour une matière qui doit être inventoriée au gramme près !!!

Moi j'ai entendu 42kg !!!


HDP 15/10/2009 18:56


Cette histoire est ahurissante, comment un pays à la pointe de l'énergie nucléaire peut il laisser tant de négligence s'instaurer ?
On en frémit et ça se passe à quelques kilomètres de chez nous.