Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 10:22

 Le journaliste de La Provence utilise le mot Bug pour une pollution ayant ravagé l'Arc. Les mots peuvent aussi servir à cacher et travestir la réalité..à noyer le poisson.

 

 

Un bug de 3 heures à la station d'épuration

Publié le vendredi 20 août 2010

Les poissons asphyxiés dans l'Arc avant-hier après un rejet accidentel.

Les poissons asphyxiés dans l'Arc avant-hier après un rejet accidentel.

 

Alerte! Eau pas catholique sur environ 4 kilomètres et centaine de poissons morts charriés par le courant.. Avant-hier au Milles, c'est ce qui avait motivé la venue de pompiers, policiers et les prélèvements pour analyse des techniciens de l'Onema.

Les pollutions de cours d'eau nécessitent parfois de longues enquêtes. Celle ci aura tourné court. Il n'aura pas fallu remonter plus loin que la station d'épuration située en amont des eaux sinistrées dans la zone de la Pioline. Explications de l'élu Helliot Brami, adjoint en charge de l'eau: "Veolia, qui gère cette station pour la ville, avait constaté qu'une canalisation d'eau chaude endommageait des gaines de câbles électriques enterrés. Depuis une semaine, des travaux étaient effectués pour réparer et un dispositif avait été mis en place pour prévenir tout dysfonctionnement de la station. Jusqu'à mercredi et une soudaine défaillance des alarmes, il n'y avait eu aucun souci. Le temps que l'alerte soit donnée, pendant trois heures, des eaux chargées en matière organique se sont répandues dans l'Arc. Elles ont provoqué la désoxygénation responsable de la mort des poissons."

CQFD, fin de l'incident et place à ses suites. Municipalité et Veolia sont forcément enquiquinés par cette eau de boudin venue troubler la cristalline amélioration de l'Arc, que les pêcheurs constatent depuis deux ans (voir notre édition d'hier). Notamment Veolia qui ne badine pas avec son image d'acteur de l'environnement lavant plus blanc que blanc.

Helliot Brami dixit: "Tout étant rentré dans l'ordre, je tiens à préciser que la ville d'Aix maintient son entière confiance à Veolia qui a nettement amélioré le traitement avec cette station." C'est fait… En l'occurrence, l'élu va mettre en contact les associations de pêcheurs et la société qui déclarerait vouloir réparer à l'identique les dommages causés à la faune aquatique par ce fâcheux bug.

À ce jour, ils sont encore difficile à estimer. On ne connaît ni la quantité d'eau insalubre qui a pu s'échapper de la station, ni son délai de dilution, et encore moins le nombre de victimes collatérales chez les pauvres poissons.

 

Manu GROS

Partager cet article

Repost 0

commentaires