Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 16:54

 

Une candidate sans programme

 

Nous attendions un programme, des idées… Un débat de fond. Dans un territoire qui connait un aménagement du territoire aussi anarchique, un mitage général du territoire, une explosion des prix des logements, une exclusion hors d’Aix de plus en plus de ménages (plus de 4000 ces dernières années d’après l’INSEE), des embouteillages de plus en plus importants, des braquages et actes de délinquance croissants, un développement économique de plus en plus fragile..… Nous espérions que vue l’urgence à réguler un territoire qui perd ses écoles et ses jeunes obligés de s’expatrier pour avoir un niveau de vie décent, la députée sortante nous dirait comment l’assemblée nationale pouvait répondre à ces préoccupations de tous les jours. Il n’en fut rien. Nous avons eu droit à une campagne caricaturale avec des saillies ridicules qui ont permis de faire le « buzz » et de draguer de manière nauséabonde l’extrême droite….et d’éviter de parler de fond. Les aixois ont donc une députée deux fois sortante qui se présente à eux sans programme.

 

Un bonnet d’âne

 

Notre députée qui est la moins travailleuse des Bouches du Rhône 16e sur 16 et qui se classe 505e sur 577 au niveau national n’a pas jugé nécessaire de dire ce qu’elle ferait à l’assemblée. Certes la 14e circonscription a été taillée par les ciseaux de Charles Pasqua en 1988 pour faire élire automatiquement des députés de droite quel que soit leur travail, leur présence à l’assemblée. Mme Joissains a ainsi gagné en 2002 avec 58,1% et en 2007 avec 55% en faisant 44,6% au premier tour…Mais le Pays d’Aix ne mérite pas ça. Nous avons droit à un député qui travaille qui vote des lois pour encadrer la spéculation foncière et l’inflation des loyers, un député qui rétablisse les recrutements dans l’enseignement, la police la justice pour que rouvrent les classes de maternelles et de primaires fermées pour que nous ayons un justice et service public de sécurité de qualité. Nous méritons un député qui participe à la construction de pôle d’excellence économique et universitaire.

  bonnetdane

 

Je voterai dès le 10 juin pour Jean David Ciot qui incarne face à Mme Joissains ces valeurs et ces projets. Je crois qu’il saura porter à l’assemblée nationale ces idées et convictions qui permettront de remettre de la justice sociale dans le devenir de notre pays. J’ai pu constater dans cette campagne ses qualités de sérieux et de travail qui seront un atout pour notre territoire. J’espère qu’au premier ou deuxième tour (selon votre sensibilité) vous l’aiderez à battre une élue ayant gagné en 2002 une étiquette UMP qui la fait gagner sans travailler.

Partager cet article

Repost 0

commentaires