Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 23:21
Lu dans Le Monde

16 mars 2010

ill_1319788_8998_drian.1268759625.jpgAprès quarante heures de négociations, socialistes et écologistes ont trouvé un terrain d’entente dans l’ensemble des régions sauf la Bretagne. Malgré des différences programmatiques importantes dans plusieurs régions, les états-majors ont lissé leurs différences et présenteront un front uni au second tour.

Pays de la Loire. Europe Ecologie était vent debout contre le projet de nouvel aéroport de Nantes, fortement défendu par le PS. Prévu pour 2015, ce chantier visait à remplacer l’actuel aéroport de Bouguenais. D’un côté, on dénonce une réalisation “inutile” et nuisible à l’environnement, de l’autre, on juge la réalisation indispensable au développement de la région. Comment concilier les deux positions ? A l’issue des négociations, le projet n’est pas remis en cause sur le fond, mais quelques points symboliques ont été accordés aux écologistes : la région n’accordera pas de subvention d’investissement, mais éventuellement des avances remboursables, contre lesquelles les Verts se réservent le droit de voter. La région ne financera pas non plus d’infrastructures routières pour l’aéroport.ill_647955_12pf_reg__queyranne__040330_afp.1268759643.jpg


Rhône-Alpes. Dans une campagne assez rude entre le président socialiste sortant Jean-Jack Queyranne et le candidat écologiste, Philippe Meirieu, le score d’Europe Ecologie, 17,8 %, a changé le rapport de force. La pierre d’achoppement entre les listes portait sur la candidature de la ville d’Annecy aux JO d’hiver 2018, défendue par le PS et refusée par Europe Ecologie. Mais la ville n’a pas encore été sélectionnée et la date est trop lointaine pour en faire un point de clivage. Un désaccord subsiste sur la  gare TGV dans le sud de la Drôme mais les détails de l’accord doivent êtres rendus publics demain. Ce sont surtout les vice-présidences de la région qui ont été débattues. Le PS en prendrait 8, les écologistes 6 et le Front de gauche une, selon Le Progrès.


Aquitaine. Les écologistes avaient dans le viseur le projet de ligne à grande vitesse (LGV) censée traverser la région et relier Bordeaux à Hendaye. Ce projet, fortement soutenu par le président socialiste Alain Rousset, était à la source de fortes crispations et la réconciliation entre les deux tours pouvait paraître difficile. “Nous avons obtenu une réalisation d’études complémentaires et indépendantes” explique-t-on côté écologiste. “Ces travaux amèneront des éléments nouveaux qui alimenteront la réflexion sur le tracé et la nécessité de cette ligne.” Les écologistes obtiennent donc peu de choses, mais leur score, en deçà de 10 %, ne leur permet pas de faire pression sur Alain Rousset qui, avec 37,6 % des voix au premier tour, a toutes les chances d’être réélu.


Provence-Alpes Côte-d’Azur. Le réacteur thermonucléaire de Cadarache est au centre des négociations entre Europe Ecologie et le Parti socialiste en PACA. Pour l’équipe conduite par Laurence Vichnievsky, il était impossible de s’associer au financement de ce méga-projet alors que Michel Vauzelle, président socialiste sortant, y est favorable. Les deux partis ont néanmoins préféré se retrouver côte-à-côte plutôt que de prendre le risque d’une quadrangulaire hasardeuse face à Thierry Mariani (UMP) et Jean-Marie Le Pen (FN). Un accord a donc finalement été trouvé. “Nous avons signé un bon accord qui va permettre […] une gouvernance toujours plus transparente et toujours plus éthique”, a déclaré Mme Vichnievsky. Parmi les points d’accord, la chef de fil Europe Ecologie a indiqué qu’il n’était pas possible de revenir sur les 70 millions de subventions engagées pour le projet ITER de fusion thermonucléaire, mais qu’elle avait “obtenu l’assurance qu’aucun euro ne sera versé” au-delà de cette somme. Concernant les transports, “nous avons négocié une priorité sur le ferroviaire et les investissements représenteront le double de ceux sur le routier ou l’autoroutier”, a-t-elle détaillé. [ et l'article est gentil il oublie l'A51 et la LGV]


Ile-de-France. Forte de ses 16,5 % en Ile-de-France, Cécile Duflot, tête de liste Europe Ecologie, est parvenue à faire accepter au président socialiste sortant, Jean-Paul Huchon, l’un des points forts de sa campagne : un tarif unique pour les transports en commun régionaux. Les deux camps avaient pourtant durant la campagne une perception très différente du coût du projet : 152 millions d’euros par an, selon les Verts, 600 millions d’euros pour les socialistes. Jean-Paul Huchon a néanmoins précisé qu’ils ne s’étaient pas “calés sur un chiffre” : “On se donne deux ans pour le mettre en place”, a poursuivi le président sortant, soulignant que “des études approfondies” allaient commencer “prochainement”.


Samuel Laurent et Eric Nunès

Photos AFP


Partager cet article

Repost 0

commentaires