Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 14:59

 

 

Une très bonne tribune de mon ami politologue Joel Gombin, publiée sur le monde.fr. Il y explique les dangers que prend la droite à se calquer sur l'idéologie du FN et ses valeurs. Le second tour et les exmples de Joissains, Morano, Guaino... etc lui donnent raison.

 

 

Face au Front national, quelle attitude la droite doit-elle adopter ? Voici bientôt trente ans que cette lancinante question lui est posée. En simplifiant, deux réponses s'opposent. Pour les uns, il faut ancrer plus à droite le positionnement politique de la droite dite « républicaine » (on sera d'ailleurs bientôt à court de mot pour désigner la droite non frontiste, depuis qu'Henri Guaino a adoubé le Front comme parti républicain). Pour les autres, il convient au contraire d'être fidèle aux valeurs d'une droite humaniste, en se gardant bien d'épouser les thèmes et les thèses de l'extrême droite.

 

Si la tentation de répondre à la pression frontiste par la droitisation est ancienne – qu'on se rappelle les régions cogérées par la droite et l'extrême-droite dès 1986, ainsi que les alliances électorales conclues localement, en PACA notamment, lors des législatives de 1988 –, elle s'exprime depuis quelques années par la voix d'un collectif de députés, la Droite populaire. Ce dernier, qui rassemble 43 députés UMP, espère contenir la poussée du Front et renforcer l'audience de l'UMP en infléchissant le discours de celui-ci vers la droite – tant sur le plan des « questions de société », dans un sens conservateur, voire réactionnaire, qu'en matière de libéralisme économique. On pourrait penser que cette tactique issue d'élus de terrain, confortée par l'exemple du Sarkozy en 2007 qui, en faisant campagne à droite toute, a réussi à siphonner une large part des électeurs du FN, est la bonne. Qu'en est-il réellement ?

 

L'observation, même rapide, des résultats du premier tour des élections législatives, et leur comparaison avec ceux de l'élection présidentielle, conduit à un bilan pour le moins mitigé de cette tactique.

En effet, si on mesure la droitisation locale de l'UMP à l'aune du nombre de députés membres de la Droite populaire, on constate que là où l'UMP est la plus droitisée, le FN résiste le mieux aux législatives, comparativement au score de Marine Le Pen au premier tour de l'élection présidentielle. Ainsi, dans le Gard, le Vaucluse, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Rhône, les Pyrénées-Orientales, les Yvelines ou encore l'Hérault, qui concentrent l'essentiel des députés de la Droite populaire, le Front national ne perd en moyenne qu'un tiers de ses voix entre le 22 avril et le 10 juin (contre plus de la moitié ailleurs). Et dans ces mêmes départements, la droite (UMP + Nouveau centre) recule légèrement plus qu'en moyenne nationale par rapport au vote Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle.

 

La tactique de la Droite populaire n'est pas nécessairement la (seule) cause de ces résultats. Elle en est aussi, partiellement, la résultante. Mais, à tout le moins, force est de constater que ce positionnement droitier ne porte guère ses fruits. Au contraire, il se retourne souvent contre ses tenants : les candidats du Front national peuvent se maintenir au second tour dans de très nombreuses circonscriptions du Sud. Jean-Michel Ferrand est ainsi en difficulté face à Marion Le Pen ; Bernard Reynès, Richard Mallié, Eric Diard et d'autres font face à des triangulaires qui pourraient leur coûter leur mandat. Roland Chassain, qui n'est certes pas membre de la Droite populaire mais qui avait choisi une tactique similaire de rapprochement du Front national, a été contraint de se désister en faveur du FN après avoir perdu une primaire des droites qu'il a, au final, organisée lui-même. D'autres candidats, pourtant implantés dans des circonscriptions où le FN réalise des scores modérés, se sont affaiblis en affichant leur positionnement droitier, à l'image de Maryse Joissains, arrivée derrière le candidat socialiste dans une circonscription pourtant sociologiquement et politiquement fortement ancrée à droite.

 

Au final, la droitisation de l'UMP impulsée par la Droite populaire (et largement relayée par un grand nombre de dirigeants de l'UMP) conduit à légitimer le Front national, à l'installer dans le paysage politique, et plus largement à redéfinir l'agenda politique autour des thèmes et des thèses qu'il porte. En voulant à court terme sauver leur siège – avec le succès que l'on voit –, ces élus creusent leur tombe à moyen terme, en mettant en place, en complicité objective avec le Front national, un piège dont ils ne pourront plus se tirer. La seule issue sera alors – à l'horizon 2014 ? - des alliances en bonne et due forme, dont il n'est pas certain que la droite non frontiste sortira toujours gagnante, comme l'exemple de l'évolution de la droite italienne ces dix dernières années l'a montré. Tel n'est sans doute pas l'objectif stratégique recherché par la plupart des membres de la Droite populaire. Mais le risque est qu'ils soient, du fait de calculs dont la simple observation empirique démontre qu'ils sont erronés, et parce qu'ils auront perdu de vue la stratégie au profit de la tactique, les idiots utiles de Marine Le Pen et Patrick Buisson.

 

J Gombin

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Blog Ouvert
commenter cet article

commentaires