Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 21:24

Un article assez incroyable Lu dans Le Ravi n°49, février 2008. Certains candidtas ayant oublié de le mettre dans leur revue de presse pourtant fournie je répare cette omission.

 

Cercle Concorde

 

Le jeu, l’argent, le milieu, la politique…

 

 Mauvaises fréquentations

 

 La vieille tradition régionale de fricotage entre politiques et truands semblait s'être un peu perdue avec les morts de Gaston Defferre et de Maurice Arreckx. Depuis les coups de filet dans l'affaire dite du Cercle Concorde en novembre et décembre derniers, du nom d'une salle de jeu parisienne soupçonnée d'avoir été un lieu de blanchiment des milieux marseillais et corse, il apparaît qu'elle ne l'est pas vraiment

 

 Mis à part quelques personnages d'envergure nationale (Nicolas Sarkozy himself et Patrick Devedjian, secrétaire général de l'UMP) et Claude Bertrand, directeur de cabinet de Jean-Claude Gaudin, supposés avoir facilité la réouverture du cercle en septembre 2006, ce que tous nient, ce sont les politiques aixois qui tiennent la vedette dans cette histoire. Et pas des moindres Maryse Joissains, député-maire UMP d'Aix-en-Provence, son premier adjoint délégué à l'Urbanisme Jean Chorro, son adversaire socialiste Alexandre Medvedowski, ancien adjoint à … l'urbanisme de son prédécesseur PS Jean-François Picheral.

 

Ce dernier soutien aujourd'hui le dissident socialiste Michel Pezet. Trois des quatre principaux prétendants aux municipales donc...

 

 Sans être incriminés, tous ont favorisé l'installation dans la ville du Roy René de Paul Léandri, alias " Monsieur Paul". L'homme d'affaire corse est au centre de l'enquête, où se croisent également Roland Cassone, 64 ans, parrain" présumé du milieu marseillais, le clan corse Fédéricci, Paul Barril, ex-supergendarme du GIGN, le sulfureux avocat Jacques Vergés, un barbouze et François Rouge, banquier suisse de son état. C'est d'ailleurs avec ce dernier que " Monsieur Paul" a été accueilli à bras ouverts à Aix pour reprendre en 2000, après avoir convaincu un pizza~olo de leur revendre l'affaire, la brasserie La Rotonde.

 

 Pourtant, à cette époque " Monsieur Paul ", n'a déjà pas bonne réputation. "Originaire de Bonifacio, [Léandri] a [notamment] été mis en cause en 1999 dans un rapport de la division nationale anti-terroriste ",note Marseille 1 'Hebdo (9-l6/0112008). Mais les politiques aixois n'en ont sans doute pas entendu parler... En décembre 2006, Maryse Joissains et Alexandre Medvedowski se pressent à la soirée inaugurale du Cercle. "Monsieur Paul " devait également ouvrir une nouvelle brasserie à Aix en janvier. Malheureusement pour le tourisme local, et pour la justice, Léandri est en cavale. Le banquier, le présumé " parrain" et les Fédéricci sont, eux, aux Baumettes. Quant aux postulants à la mairie d'Aix, déjà mis à mal par la candidature du Modem François-Xavier De Peretti, ils se retrouvent avec une bien vilaine ligne sur leur CV à quelques semaines des municipales.

 

J.F.P.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article

commentaires

moi 16/05/2008 18:37

Lantieri pas Leandri