Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 16:21

Merci à Julian pour l'info. Effectivement ailleurs..ça bouge côté écologie.

Trois projets de parcs solaires photovoltaïques vont tripler la production nationale
[14/12/2007 19:07]

MONTPELLIER (AP) -- Trois nouveaux parcs solaires photovoltaïques vont voir le jour d'ici à 2009 sur la façade méditerranéenne, deux dans les Pyrénées-Orientales, le troisième dans le Var et les Alpes-de-Haute-Provence. Leur puissance cumulée atteindra 59 mégawatts, soit le double de la production hexagonale actuelle de cette énergie renouvelable.

Leur production annuelle équivaudra à l'électricité consommée chaque année par environ 20.000 foyers pour un investissement global de 262 millions d'euros.

Mais la part du solaire photovoltaïque reste infinitésimale et les objectifs affichés par la France à l'issue du Grenelle de l'Environnement (augmenter de 20% la part des énergies renouvelables) sont encore accueillis avec prudence par les professionnels de la filière.

A Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, c'est sur les toits de 72 entreprises de Saint-Charles International, centre d'éclatement européen de fruits et légumes, que les panneaux photovoltaïques seront installés. La surface concernée oscillera «entre 80.000 et 88.000m2», précisait-on cette semaine de source proche du dossier. La puissance «en configuration optimale» sera de 12 MW.

L'investissement, d'environ 70 millions d'euros, sera porté par Saint-Charles Solaire, une société en cours de création qui regroupera quatre actionnaires (Solaire France à Rivesaltes, Akuo Energy, la Caisse des dépôts et consignations et Saint-Charles International). Les travaux démarreront «mi-2008 et dureront un an et demi».

Dans le même département, l'opérateur d'électricité et de gaz Poweo a annoncé début décembre avoir signé avec la commune de Torreilles une convention d'occupation de huit hectares de terrains pour créer une centrale photovoltaïque de 15 MW pour un investissement de 50 millions d'euros. Les travaux de la première tranche (3 MW) commenceront l'été prochain pour une mise en service dès fin 2008.

En Provence, Solaire Direct et la Caisse des dépôts ont annoncé mardi la construction en 2008 et 2009 d'un parc solaire d'une puissance totale de 32 MW sur 80 hectares répartis sur cinq sites dans le Var et les Alpes-de-Haute-Provence. L'investissement est évalué à 140 millions d'euros. Le développement, la construction et l'exploitation sont confiés à la filiale Solaire Durance.

«En matière d'énergies renouvelables, la France a encore un retard tragique. La part du solaire dans l'électricité produite n'est que de 0,05%», confie Thierry Lepercq, créateur et PDG de Solaire Direct (50 salariés), dont le chiffre d'affaires devrait exploser dans les deux prochaines années - 1,5 million d'euros en 2007, 60 millions d'euros en 2008. «Mais ce retard n'est pas définitif. Nous n'en sommes qu'au tout début. L'attente des gens est forte, on n'en mesure pas l'ampleur. Sur l'arc méditerranéen, nous avons une quarantaine d'autres projets».

En 2008, Solaire Direct va s'attaquer à l'équipement en panneaux solaires photovoltaïques de maisons individuelles, avec un objectif de «3.000 maisons équipées fin 2008 et 10.000 fin 2010». AP

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires