Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

24 juin 2005 5 24 /06 /juin /2005 00:00

Plan de déplacements urbains du pays d'aix 

: on nous mène en bateau.

 

Les transports dans le pays d’Aix ont besoin de plus que d’un " rattrapage "

On peut regretter que, des trois scénarios élaborés, la CPA choisisse le second, dit du "  rattrapage ". Seul le scénario 3 était à la hauteur. Il proposait :

  • un tramway,
  • une limitation chiffrée du stationnement en centre ville,
  • un pôle d’échange multimodal avec, sur un même lieu, gares routière et ferrée,
  • pour distribuer les marchandises une plate forme extérieure à la ville pour réguler les
    80 000 livraisons hebdomadaires dans Aix,
  • un budget plus important.

Il n’y a hélas, rien de tel dans le projet actuel de PDU de la CPA.

Un PDU dont les principales mesures ne dépendent pas de la CPA ou sont incomplètes

Le projet de PDU, scénario 2 choisi par la CPA met l’accent sur le train. Pourtant la CPA ne s’engage pas financièrement sur ce qui est donné comme la colonne vertébrale de son propre PDU. Ce projet entend favoriser les transports en commun et créer des parcs de dissuasion. Mais sans les connecter aux centres urbains, par des couloirs de bus en sites propres. Et en oubliant certaines communes, ou quartiers comme le Jas de Bouffan. Les quelques mesures pour soutenir le vélo (mais surtout en périphérie des grandes villes) et le covoiturage sont trop timides. De plus le PDU n’entend pas réduire le trafic automobile mais réduire " la croissance du trafic automobile ".

On peut aussi noter un nombre d’oublis inquiétants. Où est la gratuité des bus promise par Mme Joissains lors de sa campagne des municipales (ou une tarification pour aider les plus défavorisés) ? Vous ne trouverez pas non plus de plan pour les motos, ni de concertation avec le contrat local de sécurité pour assurer un usage sécurisé des transports en commun, ni de plan spécifique d’action pour répondre aux problèmes des 40 000 étudiants, ni d’objectif de réduction de l’espace occupé par la voiture en ville, ni de programme de piétonisation à Aix …

Les premières applications inquiétantes du PDU

La réalisation des pseudo couloirs de bus sur le périphérique d’Aix en Provence, le renoncement lors de la renégociation de la délégation de service public de l’acquisition de bus au gaz, la mise en place de parkings en centre ville désignés de manière totalement trompeuse " parc de persuasion " (expl parking Carcassonne), l’absence de bureau pour l’adjoint aux pistes cyclables à Aix en Provence, la non augmentation du Versement Transport (VT), la réalisation d’un parking de 1800 place en plein centre d’Aix …montrent qu’il n’y a aucune volonté réelle de modifier structurellement les transports du Pays d’Aix. De plus on constate un détournement de sens permanent.

Une consultation inutile.

Entre septembre 2003 et de juin 2005, pendant un an et demi le document soumis à discussion puis au vote n’a pas changé d’une virgule. Ainsi tous les commentaires pertinents fait lors de l’enquête publique par les citoyens, les associations, les élus de la CPA, les autres partenaires institutionnels n’ont pas été pris en compte. Ainsi l’enquête publique n’a servi à rien. Mme Joissains et M Chorro montrent encore une fois leur incapacité à écouter les habitants du Pays d’Aix.

Non, ce PDU n’est pas à la hauteur des problèmes de transport que rencontrent au quotidien les habitants du pays d’Aix. Aussi nous vous appelons à exiger que soit adopté le scénario 3, pour une vraie politique des transports en pays d’Aix. Car il y a urgence !

Partager cet article

Repost 0

commentaires