Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 19:00

 

Profession de foi

 

 Vers l’Avenir

Cyril Di Méo

 Enseignant de sciences économiques et sociales

Conseiller municipal d’opposition à Aix

31 ans / Marié

 « Pour aimer son territoire, il faudra d’abord qu’il soit rendu habitable et non circulable : que le quartier ou la commune redevienne modelé par et pour toutes les activités humaines… »

 

Mon engagement à Aix et pour Aix.

 Je vis dans le pays d’Aix depuis mon enfance et à Aix depuis mes années étudiantes. J’ai pendant plus de dix ans de milité chez les Verts d’Aix et d’y défendre les couleurs de l’écologie politique. Aujourd'hui je poursuit ce combat au sein de Génération aix- Gauche et ecologie. www.ga-ge.fr . Aix est une ville que j’aime. Elle est le symbole du dynamisme avec sa vie étudiante. C’est une ville qui n’est pas encore totalement déstructurée dans son centre ancien. Ville où il fait bon vivre, malgré une périphérie de moins en moins maîtrisée et un espace public de plus en plus marchandisé ou muséifié.

 Elu au conseil municipal et au conseil communautaire, depuis maintenant 7 ans, je lutte jours après jours, pied à pied, contre le système Joissains. De manière acharnée, juridiquement, médiatiquement, dans tous les combats militants locaux (autour des transports, des libertés publiques) j’essaye de porter haut et fort des valeurs de progrès social et de défense de l’environnement dans cette ville où la gauche a capitulé.. et où la protection de l’environnement est le dernier des soucis des élus. Vous pouvez compter sur mon énergie.
Mes convictions
 Venu à l’écologie par la lecture des œuvres d’André Gorz et d’Alain Lipietz, je considère que l’écologie politique est une philosophie qui reprend le flambeau des combats pour l’émancipation humaine et les relie aux questions de protection de l’environnement. Loin d’être une simple défense de l’environnement, l’écologie par les questions qu’elle pose sur la nature de la production, les mécanismes de répartition de la richesse et le mode de consommation propose une alternative générale à un mode de production capitaliste et productiviste. L’écologie essaye de lier égalité sociale au sein du Premier monde mais aussi entre le Nord et le Sud. Elle re-formule la question démocratique et l’exercice citoyen du pouvoir en permettant la protection de la nature.

 Aix une situation politique trouble

Un système Joissains, autoritaire s’est emparé de notre ville : plainte contre les intermittents, plainte contre le Nouvel Observateur, retrait de certaines délégations à ses élus. Je refuse ce système surfant sur des idées d’extrême droite et sur les fantasmes d’insécurité :  interdiction de la prostitution, projet de rétablissement de la peine de mort…(la liste serait trop longue). Je ferai tout mon possible pour battre cette équipe. Cependant, je constate, comme vous, les conflits permanents des socialistes aixois qui ne travaillent sur aucun projet et ne s’intéressent pas à la défense de l’environnement (défense des parkings en centre ville, bétonnage, refus Natura 2000..). J’observe qu’au sein de la Communauté du Pays d’Aix, le PS et l’UMP votent ensemble les mêmes politiques insuffisantes en matière de logement, transport, déménagement du territoire. Je constate aussi nombre de pratiques que je juge immorales. Je crois que l’écologie politique a l’occasion de développer un discours qui puisse être entendu par de nombreux aixois. Les écologistes et  aixois rassemblés dans leur diversité ont une chance unique de modifier l’avenir de cette ville.

 Aix 2030 la nécessaire refondation de notre cité.

La campagne municipale doit donc refuser une simple logique gestionnaire du devenir urbain d’Aix qui ne ferait qu’accompagner une exclusion des plus précaires de notre ville et une destruction de son territoire à cause d’un mitage croissant. Il faut proposer un Aix renouvelé pour 2030. Il faut pour cela construire massivement des logements dans les 25 ans sur le territoire de la commune d’Aix en Provence, avec priorité aux logements sociaux, intermédiaires et étudiants.

Aix mérite une vision d’avenir. Aix et le Pays d’Aix sont des territoires de plus en plus attractifs. On pourrait s’en réjouir si les modalités d’accueil et d’aide aux populations suivaient …ce n’est hélas pas le cas. La venue d’ITER est représentative de cette contradiction. A ce jour rien n’est prévu pour accueillir ce réacteur de recherche. Au nom d’une vision malthusienne l’équipe municipale en place a bloqué les modifications urbaines de notre ville. La conséquence est sans appel. Aix connaît un embourgeoisement très marqué et une diminution de la jeunesse non étudiante. Les disparités sociales sont donc de plus en plus fortes. Le centre ville est transformé en musée et se coupe de ses quartiers périphériques. La ville éclate en quartiers déconnectés les uns des autres. Aix va dans un sens bien éloigné des valeurs de l’écologie politique. 

Il faut refuser le mitage du territoire et donc favoriser une ville « rassemblée » où la spécialisation (commerce, habitat, lieu de travail, lieux culturels ) sera réduite. Il faut refuser l’hyper-centralité du centre ville et relier l’ensemble des quartiers à la ville. Une politique ambitieuse en matière de transport est à adopter d’urgence pour éviter l’asphyxie d’Aix. Avec des procédures de participation citoyenne inspirées de la démocratie participative, il faut recréer des pôles urbains « intenses ». En s’inspirant des réussites européennes ( Malmö, Eco ZAC, eco-quartiers Grenoble, Fribourg...) de véritables éco-quartiers durables doivent être construits à Aix. Le tout en préservant les zones naturelles exceptionnelles qui restent dans le pays d’Aix. La décroissance de l’empreinte écologique de la ville doit inspirer un urbanisme repensé autour du déplacement, de la mixité sociale, de l’accès à tous de la ville et d’une culture partagée et non pas élitiste. Construire enfin en pensant que la ville doit être conçue en donnant une priorité au handicap. Il faut aménager l’espace pour le rendre accessible aux personnes qui sont les plus vulnérables ( piétons, cyclistes, personnes âgées, usagers du transport collectif ) qui sont systématiquement sacrifiées à la voiture. Faire une ville écologiste qui sorte du tout automobile tel est mon rêve.   

 J’espère que nous lui donnerons une réalité tous ensemble.

 Cyril Di Méo  Conseiller municipal et communautaire du Pays d’Aix   11 Avenue Jean Peytral Bat G 2  13100 Aix en Provence  http://cyril-dimeo.over-blog.com/   cyril.di.meo@libertysurf.fr

André Gorz, , Ecologie et Politique, 1974

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article

commentaires

laurent 22/09/2006 17:11

Félicitations pour cette candidature. Je ne suis pas du tout d'accord avec le commentaire précédent, qui d'ailleurs ne s'adresse qu'aux "élus et militants de gauche" si je lis bien, en oubliant au passage que les municipales concernent aussi accessoirement tous les citoyens. En résumé : marre des apparatchiks qui gèrent les élections comme un business plan. Plus tôt on parlera de l'avenir d'Aix, mieux ce sera !

Sana Olivier 19/09/2006 12:03

Rappel : en 2007, avant les municipales, on a les présidentielles et les législatives... les municipales seront bien loin de nous, élus et militants de gauche, si jamais Sarkosy est président et Joissains réélue député...