Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 15:37
1er publication le 13/09

 Tient comme c'est étonnant (lol) ... L'écologiste Laurent Ozon sera à la Convention des Identitaires à Orange aux côtés des journalistes du Choc du mois, de députés du FPO, de militants d'Alsace d'abord, de Nissa Rebella... et de tout le gratin de l'extrême droite régionaliste européenne.  http://convention-identitaire.com/actualites.htmllink
Convention à laquelle on ne parlera pas de développement durable.

Ps Vous lirez avec interet l'interview que Serge latouche avait jugé interessant en son temps de donner à la revue Le recours aux fôrêts. http://ozon.over-blog.com/article-1821396.html link


Ps Je reçois ce mercredi 23 une demande de Laurent Ozon via overblog  de retrait de la photo et de cet article  de ce blog. La demande est surprenante car cette photo est celle qui annonce  la participation de M Ozon aux journées des identitaires sur le blog des identitaires (sans changement). Elle me semble donc être publique comme tout acte politique de cet accabit. La raison de cette demande doit donc plutot être la gène de se trouver sur un blog de ma tonalité politique ... ;)). En attendant de plus amples informations et précisions  juridiques sur ce point je retire la photo. Elle reste visible à cette adresse  là http://convention-identitaire.com/actualites.htmllink.... Quant à ma taxinomie de M Ozon, quand on fréquente le FPO, Alsace d'Abord, nissa Rebela , le choc du mois et  les milieux identitaires, on l'assume. Encore plus d'ailleurs quand on se veut créateur d'un mouvement "identitaire". Dont voici le texte fondateur assez explicite. http://www.mouvement-localiste.com/link


Maison Commune est un mouvement culturel et politique qui place au centre des valeurs qui fondent son action les notions de volonté, de liberté et de créativité qui sont communes aux peuples d'Europe depuis des millénaires. Nous pensons que le culte de l'argent, de l'individualisme et du métissage ne pourra faire office de projet de civilisation pour l'Europe. Ces idées se présentent, à l'instar des totalitarismes du passé, comme des idées généreuse. Elles portent pourtant en germe le projet d'une Europe-termitière, gigantesque zone marchande, juxtaposition de ghettos haineux dans lesquels toute vie libre et sauvage, toute culture élevée, disparaitront.

Ce dont nous avons besoin pour préparer une vie digne et belle à nos enfants, ne nous viendra pas des élites dites "républicaines", produites par la démocratie parlementaire, la société du spectacle et le système de l'argent.

Le temps des mots est maintenant passé. La solidarité, l’entraide, l’organisation et la discipline, nous aideront à survivre aux tempêtes qui s’annoncent. La relocalisation des activités humaines dans le cadre d'une "Europe-Puissance" protectrice et autonome est la solution. Ne vous laissez pas gagner par le fatalisme ! La simplicité de l'action concrète réalisée en commun vous fera oublier le conditionnement des médias et l'impuissance des politiques  ! L OZon

 


Voici  la notice sans photo de M Ozon et son mouvement politique  telle que présentée par les identitaires sur leur site (et toujours inchangée à ce jour) pour appeler à se rendre à leur rassemblement.

Laurent Ozon, Maison Commune


12 septembre 2009

                





        ?

Laurent Ozon est le fondateur d’un nouveau Mouvement politique localiste et identitaire : « Maison Commune ». Il est Président d’un groupe de PME et investisseur en nouvelles technologies, il a 42 ans, est marié et père de 4 enfants.

Organisateur en 1999 du Collectif Non à la Guerre qui avait regroupé des personnalités aussi diverses qu’Alexandre Soljenitsyne, Peter Handke, Harold Pinter, Dominique Venner ou l’Abbé Pierre dans un commun rejet des bombardements de l’OTAN en Serbie, Laurent Ozon est aussi le fondateur de la revue d’écologie profonde « le recours aux forêts » et de l’organisation éco-activiste « Wildniss Club ». Il a travaillé plusieurs années avec Edward Goldsmith et Antoine Waechter pour structurer en France, une activité éditoriale naturaliste et bio-régionaliste.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyri Di Meo 19/12/2012 14:06


 


http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2012/12/19/laurent-ozon-souhaite-une-annee-2013-plus-meurtriere-encore-aux-journalistes/


 

Cyril Di Méo 16/01/2011 20:54



Pour information L Ozon rejoint le bureau politique du FN.


 



serge 28/09/2009 18:09


Cyril pourrait-il nous donner son point de vue sur ce projet de débat avec Laurent Ozon ?
Serge


tsutsie 27/09/2009 16:01


Cette organisation mobilisera des dizaines de milliers de personnes dans cinq pays et a publié une liste de trois cents personnalités de toutes sensibilités, signataires d'un texte réclamant
l'arrêt des bombardements sur la Yougoslavie (le chanteur Renaud, l'Abbé Pierre, Alexandre Soljenitsyne,
Kostas Mavrakis, Max Gallo, Solange Fernex, Alain de Benoist, Paul-Marie
Couteaux, le Général Gallois, etc.). Elle sera, le 16 novembre 1999, à l'origine
d'une manifestation conjointe avec le parti communiste sur la place de la République de
Paris, laquelle réunira plusieurs dizaines de milliers de personnes. En tant qu'animateur du CNG, Laurent Ozon est reçu officiellement à Belgrade en 1999 et déposera, à l'issue d'une conférence de presse, une gerbe au monument
dédié aux morts des deux dernières guerres mondiales et à l'amitié franco-serbe dans le centre de Belgrade.

Laurent Ozon est par ailleurs l'initiateur de nombreuses initiatives publiques en faveur des droits politiques des Palestiniens et des Tibétains.


Politique [modifier]


Fondateur du mouvement politique et identitaire Maison Commune, il est en France l'un des promoteurs des théories
biorégionalistes, auxquelles il tente de donner une assise scientifique (théorie des « aires minima » de Josias Braun-Blanquet). Ses références assumées sont : Arne Naess, Robert Hainard, Marcel Kienne de Mongeot, Karl Polanyi, François Terrasson,
Philippe Forget, Jean-François Gautier, Henry Corbin, Arnold Gehlen, Alain de Benoist et Julien Freund . Ce militant écologiste a
publié un inventaire méthodique sur les incompatibilités entre la pensée écologiste et le libéralisme économique dans le recueil Aux sources de l'erreur libérale. Favorable à des unités
d'organisation à dimension humaine bien que pragmatique (« Chaque forme d'organisation peut avoir son utilité en fonction des périodes historiques et des défis auxquels sont confrontés
les peuples : donc pas de fétichisme organisationnel ! »)[5], il se positionne comme conservateur de gauche.


Laurent Ozon a publié des articles dans les périodiques Silence, le Recours aux forêts, Diorama Letterario, TeKoS, The Ecologist, etc. et anime régulièrement des conférences sur ses sujets de prédilection (histoire de l'écologie, anthropologie
philosophique, histoire des idées, etc.)



tsustie 27/09/2009 14:45



Laurent Ozon, né le 7 août 1967 à Paris (France), est un intellectuel et homme politique écologiste et localiste français. Il utilise les pseudonymes de William Reymonds[réf. nécessaire] et Frédéric Corbin.







Sommaire
[masquer]



1 Parcours


1.1 Crise du Kosovo


1.2 Politique




2 Références


3 Publications


4 Liens externes







Parcours [modifier]


Directeur de la revue écologiste Le Recours aux forêts (entre 1994-2000[1]), il est le théoricien en France d'une écologie dite « profonde », en rupture avec
les environnementalistes et le mouvement contre-culturel français dominant chez
les Verts, dont il fut membre (dans les Yvelines) durant 4 ans. Il est actuellement le président de l'Association française des amis de Gandhi (AFAG) à Pau.


Il propose une stratégie de contournement de l'« humanisme anthropocentrique » par le haut (biotisme) et par le bas (ethnisme) qui
a donné lieu à une polémique virulente avec l'ex-candidat des « Verts » à la présidentielle, Alain
Lipietz, dans les colonnes de la revue écologiste et altermondialiste Silence en 1999.[2]


Laurent Ozon entretient simultanément des relations avec les milieux régionalistes militants, des auteurs de gauche de la mouvance alter-mondialiste du Mauss (Alain Caillé et Serge Latouche qui signent des articles originaux dans sa revue Le Recours aux forêts), la branche « anti-libérale et
communautarienne » de la Nouvelle Droite française [3], le parti écologiste indépendant
allemand (UOD), avec Antoine Waechter, le président du MEI (Mouvement écologiste indépendant), ainsi qu'avec le penseur écologiste Edward Goldsmith, fondateur de la revue The Ecologist. Il est probablement à l'origine de la reprise en main du MEI par Antoine
Waechter en 1999, contre une opposition interne dirigée par Geneviève Andueza [4]. Il compte de nombreuses relations dans la mouvance
naturaliste en France. Il est aussi à l'origine de diverses opérations d'agit-prop médiatisées ( Interruption de l'arrivée du Marathon de Paris 2001 pour protester contre le système d'écoute
ECHELON, entartage, avec Eric Pettetin, du porte-parole national des Verts Denis Baupin durant les manifestations écologiques dans la vallée du Somport, Affaire Coca-Cola de juin 2002, le
manifeste des écologistes contre le "tourisme vert", etc.


Il a organisé, à la demande d'Edward Goldsmith, la mise en place de la version française de la revue The Ecologist (L'écologiste) et a réussit à installer à la tête de cette revue, une équipe rédactionnelle proche de ses idées : Thierry Jaccaud,
Bertrand Sicard et sa compagne Corinne Smith. L'écologiste est probablement la mieux diffusée des revue d'écologie radicale.


 


Crise du Kosovo [modifier]


Laurent Ozon est, par ailleurs, l'initiateur et l'organisateur (avec le rédacteur en chef de la révue Éléments, Charles Champetier), et d'anciens membres de l'équipe de Charlie-Hebdo) du collectif européen Non à la Guerre (CNG) et de son journal La Grosse Bertha (fondé par une partie de l'équipe actuelle de Charlie Hebdo), principale organisation d'opposition aux bombardements de l'