Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 20:22
Un lecteur attentif me signale l'article suivant. Melenchon justifie son refus d'appeler à battre Joissains par sa stratégie nationale. Les aixois sans Plan de déplacement urbain ni plan local de l'urbanisme apprécieront...


La proposition d'une alliance PS-Verts-MoDem faite par Vincent Peillon a provoqué de vives réactions à la gauche du PS. Du NPA au PCF, en passant par le Parti de gauche, la condamnation est unanime. Pas question de faire un pacte avec le centre affirment-ils. Ni de répondre à l'appel des primaires. Alors que la fondation Terra Nova publie dansLibération de mercredi 26 août un appel en ce sens, Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche réagit.

Que pensez-vous de la proposition de nouvelle alliance PS-Verts-MoDem de Vincent Peillon ?


Elle est caractéristique du niveau misérable du débat à gauche en France. Le Parti socialiste est dans un processus d'effondrement opportuniste. Je ne prendrai qu'un exemple, l'élection partielle d'Aix-en-Provence : au premier tour, le PS était allié à une formation centriste qui s'était intitulée Que la droite se lève ; et au second tour, il a été rejoint par une liste UMP dissidente !

Le débat sur l'alliance PS-Verts-MoDem ne se fait sur aucun thème concret ; il est uniquement question de combinaisons politiciennes. J'interpelle tous ces gens : qu'est-ce qu'ils pensent de mes propositions comme le retour à la retraite à 60 ans, la fixation d'un salaire maximum, l'élévation du salaire minimum ? Quelle est leur opinion sur une loi sur la souveraineté industrielle ? Que disent-ils de la relocalisation des entreprises ou de la réduction du commerce international ?


L'université d'été de La Rochelle s'ouvre, alors que de plus en plus de responsables socialistes poussent à l'organisation de primaires à gauche. Y êtes-vous favorable ?

Les socialistes m'ont invité à La Rochelle et ont voulu m'associer dans un débat sur leur projet de maison commune. C'est un débat truqué, car ils en ont exclu le NPA. Leur maison commune, ce n'est pas l'union des gauches sans exclusive. Je n'y participerai donc pas. C'est inacceptable qu'on fasse les yeux doux sans condition au MoDem et qu'on multiplie les contrôles d'identité à l'égard du NPA. Le vrai rendez-vous de la gauche, pour moi, ce sera le débat de la Fête de L'Humanité.


Et les primaires à gauche ?

S'il s'agit de désigner le candidat du PS, cela ne me concerne pas ! Si c'est pour régler le problème de la diversité à gauche par un système de primaires, les socialistes ne se rendent même plus compte de l'énormité de leur prétention ! Une élection se gagne par des dynamiques, pas par des procédés administratifs. Pas question qu'une toute petite partie de l'opinion fixe le plus petit commun dénominateur des forces de gauche avant même qu'ait commencé une campagne contre la droite. On a vu le résultat tragique de cette méthode en Italie : toute la gauche officielle a rendu les armes au centre gauche, qui les a rendues à la droite. Résultat, il n'y a plus un élu de gauche au Parlement. Le but des socialistes, c'est de niveler autour d'eux ; le nôtre, c'est d'additionner.

La seule raison de cette mascarade, ce sont les scènes de ménage du PS dans lesquelles toute la gauche est prise en otage. Je l'ai aussi quitté pour ne plus avoir à participer à cet abaissement de la politique.


Les régionales se préparent. La gauche semble y aller divisée...

Le PS appelle à un rassemblement au premier tour et cherche à imposer une stratégie d'alliance avec le MoDem, alors que toute l'autre gauche n'en veut pas. Il va donc devoir choisir. C'est l'alliance à gauche ou avec le centre, mais ce ne sera pas à la carte.

Moi je pense qu'il faut que l'autre gauche - le PCF, le Parti de gauche, le NPA - se présente de manière autonome au premier tour pour une alternative de gestion régionale. C'est ce que nous proposons avec le Front de gauche. Au second tour, naturellement, les uns doivent se désister pour les autres : les socialistes pour nous quand nous serons en tête et vice versa. Il faudra alors faire des fusions techniques. La question de la participation aux exécutifs régionaux n'est pas réglée mais ce n'est pas un préalable. L'appréciation du PCF n'est pas la même que celle du NPA, il va falloir trouver de quelle façon rapprocher les points de vue. Mais l'expérience des européennes devrait faire réfléchir tout le monde : malheur à celui qui rend l'union impossible avec des prétextes !


Article paru dans l'édition du 27.08.09.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril Di Méo - dans Gauche aixoise
commenter cet article

commentaires