Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 21:51
On en apprend des vertes et des pas mures en lisant le site de Maryse Joissains. Ainsi on découvre un soutien récent du trèfle. Malgré l'abandon du soutien de Génération ecologie elle pourra donc afficher un pseudo logo écolo sur ses documents.

Extrait du communiqué des nouveaux écologistes du TREFLE

 

 

Les Nouveaux EcologisteNouveaux écologistes du Trèfles du TREFLE appellent tous les Aixois à se mobiliser le 12 juillet prochain pour voter en faveur de la liste conduite par Maryse JOISSAINS-MASSINI.

En matière de développement durable et de protection de l'environnement, Maryse JOISSAINS-MASSINI a déjà démontré ses capacités de Maire-éco-citoyenne en agissant concrétement sur la vie quotidienne de tous les aixois :

en matière de transports collectifs,  d'urbanisme et d'aménagement du territoire, de gestion des déchets, de biodiversité, d'actions sur le climat et l'énergie...(Interdit de rire. On a du oublier de leur dire qu'Aix n'a pas de plan local de l'urbanisme (PLU) ni de plan de déplacement  urbain (PDU) )

Le 12 juillet, les écologistes se mobiliseront pour que Aix en provence soit dans les années à venir une ville exemplaire en matère de développement durable et de protection de l'environnement.

Pour cela, nous appelons tous les électeurs à voter et à faire voter en faveur de la liste conduite par Maryse JOISSAINS-MASSINI.

Albert LAPEYRE
Président national des Nouveaux Ecologistes du TREFLE

Mais qui sont ses gens ??  Voilà ce que l'on trouve ce jour sur le site wikipédia... Leur soucis principal ne semble pas être  l'écologie.

PS: Ces gens ont bien un lien avec Aix d'après cet article .. cherchez lequel !!


Le Trèfle - Les nouveaux écologistes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Trèfle - Les nouveaux écologistes est une étiquette électorale française créée au début des années 1990 sous la dénomination « Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » (NERNA) par Bernard Manovelli. Ce groupe soutient aujourd'hui l'UMP.


Période Manovelli [modifier]

Bernard Manovelli, avocat, dirigeant du mouvement d'extrême droite Marseille-Sécurité et conseiller général divers droite à Marseille, avait dû démissionner de son mandat suite à sa condamnation pour fraude électorale le 26 mars 1991 par le tribunal de grande instance de Marseille, mais s'était représenté avec le soutien du RPR et de l'UDF à la cantonale partielle des 2 et 9 juin 1991, réélu au second tour avec 58,9% des suffrages[1],[2]. La condamnation de 1991 avait toutefois été confirmée le 6 avril 1992 par la cour d’appel d’Aix-en-Provence[3].

Après avoir présenté 551 candidats « Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » au premier tour des législatives de 1993 et obtenu 700.000 voix, soit 3,2% des suffrages exprimés, Bernard Manovelli appelle le 22 mars 1993 ses électeurs « à voter et à faire voter massivement en faveur des candidats du RPR et de l’UDF »[4],[5],[6].

Période Lapeyre [modifier]

L'étiquette est reprise après le décès de Manovelli en 1995 par Albert Lapeyre, conseiller d'arrondissement de droite (élu sur la liste de Jean-Claude Gaudin en 2001) à Marseille, membre de l’Institut Charles de Gaulle[7], membre du conseil d'administration de Debout la République, courant souverainiste de l'Union pour un mouvement populaire, qui compte des membres issus du RPR, du RPF et du MPF[8].

Financement public [modifier]

« Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » (depuis le 21 décembre 2001 « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes - Homme - Nature - Animaux », abrégé en « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes » pour les élections législatives) disposent de deux autres étiquettes électorales également créées par Manovelli, le Parti pour la Défense des Animaux (PPDA), l'Union Nationale Écologiste (UNE).

En mars 1993 les Verts dénonçaient le but de ces candidatures comme étant de « récupérer le financement officiel des partis politiques prévu par la loi »[9].

En 1993, « Les nouveaux écologistes du rassemblement nature et animaux » avaient ainsi réussi à obtenir 3.026.714 francs d'aide publique, le Parti pour la Défense des Animaux 1.720.562 francs[10]. En 2003, « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes - Hommes - Nature - Animaux » a ainsi reçu 149.044,87 euro d'aide publique, le Mouvement hommes animaux nature 31.594,88 euro, [11]. Ces étiquettes électorales sont bien gérées, puisqu'elles respectent la parité afin de ne pas devoir s'acquitter du montant retenu sur la dotation des partis politiques au titre de la parité[12].

En 2005, deux députés UMP, Jérôme Rivière (Alpes-Maritimes), à l'époque adhérent de La Droite libre (et depuis 2006 du CNI, candidat UMP dissident aux législatives de 2007), et Patrick Labaune (Drôme), à l'époque vice-président national de Debout la République (dont Albert Lapeyre, président du Trèfle, était membre du conseil d'administration), adhèrent au Trèfle pour le versement de l'aide publique dont bénéficient les partis et groupements politiques, ce qui place ce parti parmi ceux représentés au parlement, d'où l'attribution pour 2005 de 88.592,06 euro à ce titre, outre les 149.154,23 euro au titre du « montant de la première fraction de l’aide publique pour 2005 compte tenu de la loi sur la parité »[13],[14],[15],[16].

Union gaulliste de France [modifier]

Albert Lapeyre a par ailleurs mis sur pied une Union gaulliste de France[17] dont il est « président actif », le « président fondateur » en est Bernard Tallès et le secrétaire général Stéphane Galardini. Selon Marianne, l'UGF s'est alliée au Trèfle dans la perspective des législatives de 2007[18]. En réalité, Albert Lapeyre est président du Trèfle, Bernard Talles vice-président et Stéphane Galardini délégué national[19].

Bernard Tallès, adjoint au maire du 4e secteur de Marseille[20] dont le maire est le député UMP Dominique Tian, a été candidat « divers » aux législatives de 1993 à Paris[21], frappé d'une peine d'inéligibilité pour ne pas avoir déposé à la préfecture ses comptes de campagne[22], candidat « sans étiquette » à celles de 1997 dans le Rhône[23], en 2002 dans les Hauts-de-Seine, cette fois pour Le Trèfle, aux sénatoriales du Rhône en 2004 pour l'« Union pour la défense des valeurs républicaines et la défense de l’environnement »[24],[25], et aux législatives de 2007 pour Le Trèfle, mais cette fois en Haute-Savoie[26].

Stéphane Galardini a été candidat (« militant depuis 1989 » au RPR) à la présidence du RPR en 1998 (« Une somme d'1 million de francs sera répartie équitablement entre les candidats pour leur campagne : 800 000 francs pour le premier tour et 200 000 francs pour le second tour. »)[27], candidat « Nouveaux écologistes » - « Union gaulliste et écologiste » au premier tour des législatives de 2002 dans la 15e circonscription de Paris[28],[29],[30], candidat « Le Trèfle - Les nouveaux écologistes » dans la troisième circonscription des Yvelines aux législatives de 2007[31],[32].

Présidentielle de 2007 [modifier]

Le 8 avril 2007, Stéphane Galardini, candidat du Trèfle aux législatives et secrétaire général de l'Union gaulliste de France, qui a son président en commun avec Le Trèfle, Albert Lapeyre, informe sur son blog que « L'Union Gaulliste de France est claire sur sa prise de position. (...) l'UGF aprés concertation de son comité directeur et sous l'autorité de son Président à décidé depuis plusieurs semaines de soutenir à la Présidence de la République la candidature de Monsieur Nicolas Sarkozy. Telle est notre position et notre consigne de vote pour le premier tour ! »[33].

Législatives de 2007 [modifier]

Le 8 juin 2006, un accord électoral de non-concurrence pour les législatives 2007 a été conclu entre « Le Trèfle-Rassemblement Nature et Animaux », le « Mouvement homme animaux nature » (fondé par Jacques Leboucher, un ancien membre du RPR[34]), Génération écologie-Les Bleus et le Mouvement écologiste indépendant[35]. Malgré cet accord, des candidats de plus d'un parti signataire étaient présent dans plusieurs circonscriptions. Dans un communiqué de presse du 7 juin 2007, Génération écologie qualifie Le Trèfle de « parti proche de l’UMP », citant comme source le Canard enchaîné[36].

Sources [modifier]

  1. L'Humanité 1er juin 1991 [archive]
  2. L'Humanité 11 juin 1991 [archive]
  3. L'Humanité, 8 avril 1992 [archive]
  4. L'Humanité 2 mars 1993 [archive]
  5. Eric Gava, Quand élection rime avec pognon... [archive], Le Monde libertaire, 15 mai 1997
  6. L'Humanité 23 mars 1993 [archive]
  7. Que de greffons sur le terreau écolo ! [archive], Midi libre, 30 mai 2002
  8. France Républicaine - Annuaire, Debout la République (DLR) [archive]
  9. L'Humanité 2 mars 1993 [archive]
  10. Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques [archive], Détail des aides publiques directes accordées en 2003
  11. Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques [archive], Détail des aides publiques directes accordées en 2003
  12. Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes, Montant retenu sur la dotation des partis politiques au titre de la parité en 2005 [archive]
  13. , Décret no 2005-257 du 21 mars 2005 pris pour l’application des articles 9 et 9-1 de la loi no 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique [archive], Journal officiel du 22 mars 2005
  14. Patrick Roger, L'UMP à la recherche de deux de ses députés partis au Trèfle [archive], Le Monde, 30 mars 2005
  15. Le Monde, 18 juin 2005 [archive]
  16. Gérard Bouchet, P.L a disparu !, 10 novembre 2006 [archive]
  17. Blog de l'Union gaulliste de France [archive]
  18. Florence Hulak, Etre écolo, c'est facile et ça peut rapporter gros [archive], Marianne, 15 février 2006
  19. Le Trèfle - Les nouveaux écologistes - Homme - Nature - Animaux, Direction du mouvement [archive]
  20. "11e Adjoint délégué aux relations avec les commerçants et à l'artisanat, pour la Mairie du 4e secteur", cf. le site de la Ville de Marseille [archive]
  21. Élections législatives de 1993, Détail des résultats parisiens pour les 10 premières circonscriptions [archive]
  22. Conseil constitutionnel, Décision n° 93-1613 du 20 octobre 1993 [archive]
  23. Législatives 1997 - Lyon (1re circonscription) - résultats [archive], site de l'Assemblée nationale
  24. Elections sénatoriales 2004, site du Sénat [archive]
  25. Les Verts en course pour les sénatoriales [archive], Lyon-Mag,
  26. R.B., De drôles d’oiseaux parmi les zécolos nouveaux [archive], Forum social Haute-Savoie, 8 juin 2007
  27. Liste des candidats à la candidature pour la présidence du RPR, 1998 [archive]
  28. Site du Ministère de l'Intérieur, PARIS (75) -- 15e circonscription (résultats officiels) [archive], 1er tour, 9 juin 2002
  29. UMP, Fédération de Paris, Législative partielle dans la 15e circonscription de Paris [archive]
  30. Rita Naoum-Nieto, candidate aux élections législatives françaises de Juin 2002 [archive]
  31. Liste des candidats, Yvelines - 3e circonscription [archive]
  32. Blog de Stéphane Galardini, Notre parti alternative concrète face aux verts [archive], 6 avril 2007
  33. Blog de Stéphane Galardini, L'appel à voter Sarkozy [archive], 8 avril 2007
  34. Que de greffons sur le terreau écolo ! [archive], Midi libre, 30 mai 2002
  35. Accord électoral de non concurrence entre formations écologistes en vue des élections législatives de juin 2007 [archive]
  36. http://www.generation-ecologie.com/ge/communiques/communiques.htm [archive] Génération écologie, Communiqués de presse

Lien externe [modifier]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierre-Yves Lambert 15/02/2012 21:45


http://leplus.nouvelobs.com/contribution/322369-qui-sont-reellement-les-nouveaux-partenaires-du-parti-radical-de-borloo.html


Qui sont réellement les nouveaux partenaires du Parti radical de Borloo?




Modifié le 15-02-2012 à 15h46


Je réagis | 23 lu



 Temps de
lecture : 3 minutes






> Par Pierre-Yves
Lambert chercheur indépendant



L'article de Rue89 qui dévoile (seul dans les médias français) l'accord
politico-financier entre le Parti radical de Borloo et "Le Trèfle" parle d'"écolos inconnus", c'est inexact, le Trèfle - les Nouveaux Écologistes est une étiquette électorale française créée
en 1993 sous la dénomination « Les Nouveaux Écologistes du Rassemblement Nature et Animaux » (NERNA) par Bernard Manovelli dans le but de recueillir les fonds du financement officiel des
partis. Bernard Manovelli, ex-candidat RPR aux législatives, était un des avocats des inculpés (membres du SAC) de la tuerie d'Auriol, ainsi que le dirigeant du mouvement d'extrême droite
Marseille-Sécurité et l'animateur du Comité pour le rétablissement de la peine de mort.


 


Après avoir présenté 551 candidats "Les Nouveaux Écologistes du Rassemblement Nature et Animaux" au premier tour des législatives de 1993 et obtenu 700.000 voix, soit 3,2% des suffrages
exprimés, Bernard Manovelli appelle le 22 mars 1993 ses électeurs "à voter et à faire voter massivement en faveur des candidats du RPR et de l’UDF".


 


"Les Nouveaux Écologistes du Rassemblement Nature et Animaux" (depuis le 21 décembre 2001 "Le Trèfle - les Nouveaux Écologistes Homme Nature Animaux", abrégé en "Le Trèfle-Les Nouveaux
Ecologistes" pour les élections législatives) et deux autres étiquettes électorales également créées par Manovelli, le Parti pour la Défense des Animaux (PPDA), l'Union Nationale Écologiste
(UNE) semblent n'avoir été mis sur pied que dans le but de recueillir les fonds du financement officiel des partis. Déjà en mars 1993 les Verts dénonçaient le but de ces candidatures comme
étant de "récupérer le financement officiel des partis politiques prévu par la loi".


 


En 1993, les Nouveaux Ecologistes du Rassemblement Natures et Animaux avaient ainsi réussi à obtenir 3.026.714 francs d'aide publique, le Parti pour la Défense des Animaux 1.720.562 francs.


 


Lors d'un débat sur une proposition de loi sur le financement de la vie politique à l'Assemblée nationale le 13 décembre 1994, le "cas Manovelli" est abordé à six reprises par des élus de
divers bords politiques. Le rapporteur Raoul Béteille (RPR) déclare en séance plénière "l'affaire Manovelli ! Beaucoup de gens ont été candidats, parce que c'était indispensable à
l'escroquerie légale ainsi mise en oeuvre, alors qu'ils ignoraient qu'ils avaient été déclarés comme tels". Le député Jacques Brunhes (PCF) lui répond "Comme vous tous, nous avons été
indignés par certaines candidatures qui n'avaient pour seul objectif que de recueillir des fonds substantiels". Le Ministre de l'intérieur Charles Pasqua (RPR) déclare au cours de la même
séance que "Le seuil retenu ne suffirait pas à écarter du bénéfice de l'aide publique des « partis » créés pour la circonstance puisque, à titre d'exemple, les partis créés autour du thème de
la défense des animaux par M. Manovelli ont présenté plus de cinquante candidats dont un grand nombre ont obtenu plus de 2,5 p. 100 des suffrages exprimés dans leur circonscription.".


 


Suite aux législatives de 2002, le quotidien Libération classait "le Trèfle-Nouveaux Ecologistes du rassemblement nature et animaux" "en tête des profiteurs des deniers de l'Etat": "avec
environ 95.0


Alexandre 17/07/2009 16:22

Monsieur,"ces gens" commes vous dites existent bien et fournissent un travail de fond....par contre, depuis quand wikipédia est source d'eau bénite pour vous? cela vous arrange bien de relayer certaines infos infondées et vous parlez d'objectivité! vous êtes partial c'est votre droit mais votre "enfumage" ne trompera personne, d'ailleurs même wikipédia a été forcé a maintes reprises de rectifier et re-rectifier comme dab!Allez, sans rancune, c'est votre manière de faire hein?