Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 21:56
Alduy réélu..malgré des fraudes avérées..certes avec une opposition éclatée..mais bon ça fait froid dans le dos. Pour la population de telles pratiques  ne suffisent pas à disqualifier un candidat..La politique n'est décidemment pas une question de morale...on ne peut s'empécher de penser à Aix. Et de trembler...

Perpignan: Alduy "droit dans ses chaussettes"

 LePost

 Le 23 avril dernier, l'élection de Jean-Paul Alduy à la mairie de Perpignan a été annulée par le Conseil d'Etat, pour cause de "fraude à la chaussette". Ce soir, Jean-Paul Alduy a récupéré son siège de premier magistrat. Il est crédité de 54% des voix. Rappel des faits: En mars 2008, le président de ce bureau de vote, Georges Garcia, avait été mis en examen après avoir été surpris en possession de bulletins et d'enveloppes dissimulés dans ses poches et ses chaussettes. Des bulletins de vote du maire sortant UMP, Jean-Paul Alduy. Le tribunal administratif de Montpellier a annulé l'élection municipale de Perpignan, estimant que la fraude était bien avérée et que le faible écart de voix entre les deux candidats pouvait altérer la sincérité du résultat. L'auteur de la fraude, Georges Garcia, a de son côté été mis en examen pour fraude électorale.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Xavaix 30/06/2009 10:13

IL semble qu'en Octobre 1979 , suite à l'annulation de l'élection de Joissains en Mars 1978 , donc Maire sortant ( lui même élu suite à un recours qu'il avait gagné ) , ce dernier ait été rééluMaire . Il était donc bien maire sortant et réélu et même au premier tour par 50,93 %.Donc ,a priori ,tout est possible , il n'y a pas de "loi aixoise" sur ce type d'élection particulière etles citoyens doivent donc être vigilents !

CHAOUL RAYMOND 29/06/2009 19:29

AVEC LE SOUTIENT DE LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME :






CE QUE TOUS, DOIVENT SAVOIR SUR LE COMPORTEMENT DU DEPUTE (ex maire)D'AIX
Représailles sur un fonctionnaire qui a fait son travail et son devoir :
En effet depuis que Raymond CHAOUL (ex-agent du service des élections de la mairie d'Aix-en-Provence depuis 1983), a fait un recours pour l'annulation des élections législatives de 2007 contre l'élection de Maryse JOISSAINS, rien ne va plus pour lui.
D’où ce recours devant le Conseil constitutionnel, qui a rendu sa décision le 29 novembre 2007 : "Considérant, en premier lieu, qu’il n’appartient au juge de l’élection de connaître des irrégularités de la liste électorale que dans le cas où ces irrégularités résultent d’une manœuvre de nature à porter atteinte à la sincérité du scrutin ; que, si le requérant invoque diverses irrégularités relatives au fonctionnement de la commission administrative chargée de la révision et de la tenue de la liste, des radiations ou des inscriptions faites à tort, ainsi que la non actualisation des listes à partir des cartes d’électeurs et des enveloppes de propagande non distribuées, il n’apporte aucun élément de preuve de nature à établir l’existence de manœuvres dans l’élaboration des listes électorales ayant servi pour les élections qui se sont déroulées les 10 et 17 juin 2007 (...) La requête de M. Raymond Chaoul est rejetée". On voit que le CC ne conteste pas les irrégularités mais reproche au requérant de ne pas avoir prouvé qu’elles résultent de manœuvres. Décision contestable : l’écart entre Maryse Joissains Masini et son adversaire du deuxième tour, le socialiste Alexandre Medvedowsky - qui l'a défié à nouveau aux prochaines municipales -, fut de 5600 voix, or les électeurs "douteux" sont au moins 7000 : une annulation du scrutin, dans ces conditions, n’aurait pas semblé anormale. Personne n'a dit que c'est faux.
Raymond Chaoul en tire une conclusion logique : "pour les prochaines municipales et cantonales 2008, les listes d’électeurs sont fausses !" Mais il ne pourra nous renseigner si s’opère une éventuelle régularisation : il a été muté d’office de son poste au service Elections. Il a donc déjà été sanctionné, mais le courroux de la député-maire n’est pas calmé pour autant, Jean-Pierre Bertrand maire du Puy Sainte Réparade de 2001 à 2008 a annoncé publiquement qu’il était obligé de le retirer de sa liste à la suite d’un coup de téléphone de la mairie d’Aix, refusant d’en dire plus sur ces menaces. Puis il a été convoqué par le maire d'Aix devant le Conseil de discipline, accusé d’avoir "divulgué des propos diffamatoires et des allégations mensongères". La sanction réclamée était d’un an d’exclusion temporaire de fonctions.
Après un conseil de discipline annulé en toute illégalité, un nouveau prononcera une sanction de trois mois d'exclusion sans salaire (du 15 décembre 2008 au 15 mars 2009).
Cette sanction est contesté devant le tribunal administratif de Marseille et s'ajoute aux autres requêtes d'abus de pouvoir d'un maire dont l'élection municipale vient d'être annulée.
Rappel des principales sanctions abusives témoignant d'une véritable situation de harcèlement :
Mise en quarantaine dès le recours, muté d'office sur un poste non ouvert dès le rejet du recours, primes supprimées, fonctions limitées, sans bureau de décembre au 15 avril 2008, puis dans un bureau, chaises éventrées, murs et sols sales..., mal noté en contradiction de ses réelles compétences avec blocage à l'avancement, une exclusion de trois mois malgré un dossier de défense qui prouve son innocence !
Trouvant ces sanctions pas encore suffisantes, son dossier médical se trouve bloqué et il se trouve en situation illégale depuis le 15 décembre.
En effet, un agent en arrêt de travail depuis six mois doit passer en commission départementale médicale pour avis. Bien que cette commission se soit réunit en octobre 2008 sur la demande de l'agent, celle-ci s'est déclarée incompétente pour qualifier son arrêt en accident de travail pour harcèlement moral alors que son avis est obligatoire !
De plus cet agent est en demi traitement sans arrêté du maire et pour cause !
Après dépôt de plainte contre x pour harcèlement moral, le procureur adjoint, après instruction, a classé le dossier sans suite pour harcèlement non caractérisé !
Le détail de l'instruction a été demandé afin que l'agent se porte partie civile.
La protection fonctionnelle lui a été refusé pour ce même motif, dommage que le tribunal administratif de Marseille, le Conseil constitutionnel, le Procureur...n'ont pas "creusé" les preuves pour prouver que la sincérité des listes électorales d'Aix est bien corrompue avec la complicité des cadres de la ville ! le maire d'Aix aurait été inéligible ! Il n'y a eu aucune enquête approfondie, pourtant rien de plus simple pour contrôler les archives du service des élections !

CHAOUL Raymond 29/06/2009 19:28






AVEC LE SOUTIENT DE LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME :
CE QUE TOUS, DOIVENT SAVOIR SUR LE COMPORTEMENT DU DEPUTE (ex maire)D'AIX
Représailles sur un fonctionnaire qui a fait son travail et son devoir :
En effet depuis que Raymond CHAOUL (ex-agent du service des élections de la mairie d'Aix-en-Provence depuis 1983), a fait un recours pour l'annulation des élections législatives de 2007 contre l'élection de Maryse JOISSAINS, rien ne va plus pour lui.
D’où ce recours devant le Conseil constitutionnel, qui a rendu sa décision le 29 novembre 2007 : "Considérant, en premier lieu, qu’il n’appartient au juge de l’élection de connaître des irrégularités de la liste électorale que dans le cas où ces irrégularités résultent d’une manœuvre de nature à porter atteinte à la sincérité du scrutin ; que, si le requérant invoque diverses irrégularités relatives au fonctionnement de la commission administrative chargée de la révision et de la tenue de la liste, des radiations ou des inscriptions faites à tort, ainsi que la non actualisation des listes à partir des cartes d’électeurs et des enveloppes de propagande non distribuées, il n’apporte aucun élément de preuve de nature à établir l’existence de manœuvres dans l’élaboration des listes électorales ayant servi pour les élections qui se sont déroulées les 10 et 17 juin 2007 (...) La requête de M. Raymond Chaoul est rejetée". On voit que le CC ne conteste pas les irrégularités mais reproche au requérant de ne pas avoir prouvé qu’elles résultent de manœuvres. Décision contestable : l’écart entre Maryse Joissains Masini et son adversaire du deuxième tour, le socialiste Alexandre Medvedowsky - qui l'a défié à nouveau aux prochaines municipales -, fut de 5600 voix, or les électeurs "douteux" sont au moins 7000 : une annulation du scrutin, dans ces conditions, n’aurait pas semblé anormale. Personne n'a dit que c'est faux.
Raymond Chaoul en tire une conclusion logique : "pour les prochaines municipales et cantonales 2008, les listes d’électeurs sont fausses !" Mais il ne pourra nous renseigner si s’opère une éventuelle régularisation : il a été muté d’office de son poste au service Elections. Il a donc déjà été sanctionné, mais le courroux de la député-maire n’est pas calmé pour autant, Jean-Pierre Bertrand maire du Puy Sainte Réparade de 2001 à 2008 a annoncé publiquement qu’il était obligé de le retirer de sa liste à la suite d’un coup de téléphone de la mairie d’Aix, refusant d’en dire plus sur ces menaces. Puis il a été convoqué par le maire d'Aix devant le Conseil de discipline, accusé d’avoir "divulgué des propos diffamatoires et des allégations mensongères". La sanction réclamée était d’un an d’exclusion temporaire de fonctions.
Après un conseil de discipline annulé en toute illégalité, un nouveau prononcera une sanction de trois mois d'exclusion sans salaire (du 15 décembre 2008 au 15 mars 2009).
Cette sanction est contesté devant le tribunal administratif de Marseille et s'ajoute aux autres requêtes d'abus de pouvoir d'un maire dont l'élection municipale vient d'être annulée.
Rappel des principales sanctions abusives témoignant d'une véritable situation de harcèlement :
Mise en quarantaine dès le recours, muté d'office sur un poste non ouvert dès le rejet du recours, primes supprimées, fonctions limitées, sans bureau de décembre au 15 avril 2008, puis dans un bureau, chaises éventrées, murs et sols sales..., mal noté en contradiction de ses réelles compétences avec blocage à l'avancement, une exclusion de trois mois malgré un dossier de défense qui prouve son innocence !
Trouvant ces sanctions pas encore suffisantes, son dossier médical se trouve bloqué et il se trouve en situation illégale depuis le 15 décembre.
En effet, un agent en arrêt de travail depuis six mois doit passer en commission départementale médicale pour avis. Bien que cette commission se soit réunit en octobre 2008 sur la demande de l'agent, celle-ci s'est déclarée incompétente pour qualifier son arrêt en accident de travail pour harcèlement moral alors que son avis est obligatoire !
De plus cet agent est en demi traitement sans arrêté du maire et pour cause !
Après dépôt de plainte contre x pour harcèlement moral, le procureur adjoint, après instruction, a classé le dossier sans suite pour harcèlement non caractérisé !
Le détail de l'instruction a été demandé afin que l'agent se porte partie civile.
La protection fonctionnelle lui a été refusé pour ce même motif, dommage que le tribunal administratif de Marseille, le Conseil constitutionnel, le Procureur...n'ont pas "creusé" les preuves pour prouver que la sincérité des listes électorales d'Aix est bien corrompue avec la complicité des cadres de la ville ! le maire d'Aix aurait été inéligible ! Il n'y a eu aucune enquête approfondie, pourtant rien de plus simple pour contrôler les archives du service des élections !

Pierre TERRIER 29/06/2009 16:24

Depuis le début de la campagne, nous entendons des commentaires sur le fait qu'en cas d'annulation, 90 % des "sortis" retrouve leur fauteuil.C'est vrai.
 
L'exemple de PERPIGNAN ce Week-End confirme cette statistique.Là encore, il convient de se méfier des amalgames et se rappeler que:
 
1.Les élus sortants qui ont été annulés avaient tous été confortablement élus, à la majorité absolue.Mme JOISSAINS a été élue en triangulaire avec 44 % des voix
2.Les causes de l'annulation étaient d'ordre technique ( La fraude aux chaussettes à PERPIGNAN n'a pas été attribuée au Maire sortant mais à un de ses supporters qui a agit de sa propre initiative)et non à en raison d'un comportement personnel inadmissible de l'élu.Mme Joissains a été personnellement mise en cause dans l'Arrêt du Conseil d'Etat.
3.Aix a déja vécue 4 annulations depuis 1967 et toutes ont tournées en défaveur du sortant! CQFD !

Gilbert SOULET 29/06/2009 09:59

Et oui cher Cyril, Et les premiers mots de sieur ALduy ont été pour dire "qu'on lui avait précédemment volé les résultats".- Les chaussettes de l'Archi-Duchesse sont-elles sèches? - Archi-sèches! Celles d'Alduy? Aussi!Amicalement, Gilbert de Pertuis en Luberon.