Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 17:21
Patrice Halimi avec la fougue qu'on lui connait vient de réintroduire la question écologique dans les municipales aixoises. Il nous rappelle juste quelques vérités sur les retards en matière d'urbanisme et de transports dans notre  ville accumulés depuis 20 ans...et nous montre qu'ailleurs les politiques ont fait des choses...



http://www.pacteecologiquepouraix.org/ link

S'il n'y avait qu'une mesure à défendre c'est celle évoquée lors de la conférence de presse de l'intégration du pays d'aix dans un syndicat mixte des transports avec Marseille et le département pour faire une véritable politique harmonisée (billétique unique, reseau intégré...)

Il y a avait de nombreux politiques aixois (et deux têtes de liste Nathalie Leconte et Stéphane Salord ) à ce lancement. On notera juste de manière ironique..L'absence des Verts aixois...Toujours aussi forts les gars...


PS le pacte reprend l'idée de couverture de l'autoroute évoquée par le team Pezet. Comment vont réagir les différentes listes..qui ont toutes refusé ce projet..?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ineptie 25/06/2009 23:00

Comique de répétition. Après  le Gag Joissains, le gag Medvedovski. Les transports gratuits. L'inéptie par excellence.
Transports gratuits : ça marche ou pas ?
Pour lutter contre la pollution automobile en ville, pourquoi pas des transports collectifs gratuits ? D’après Christophe Jemelin, spécialiste de la mobilité urbaine, ce serait une fausse bonne idée.
Le 24/11/2007,


La gratuité des transports publics est un sujet indémodable. Il y a trois ans, en 2004, Les Verts avaient déjà fait une motion dans ce sens. Début 2007, la région Ile-de-France instaurait cette mesure en faveur des RMIstes. Et sur Internet, les collectifs qui la revendiquent sont légion.
En tête des occurences, on trouve notamment Le RATP (Réseau pour l’abolition des transports payants), Les Antivoitures, le Collectif sans ticket, etc. Nul doute qu’une telle mesure emporterait l’adhésion du public. Et au-delà de l’avantage de ne plus avoir à sortir le bifton, il n’y aurait que du bon à supprimer le ticket de métro.
La fin des contrôles ?
Selon les collectifs précédemment cités, la gratuité encouragerait l’utilisation des tranports en commun au détriment de la voiture. Elle diminuerait le coût global de ce service public par la suppression des systèmes d’émission et de contrôle des billets. Elle rendrait, par la suppression des tourniquets, les transports accessibles à tous, handicapés, poussettes ou encore cyclistes.
Alors les transports gratos, LA solution contre la voiture en ville ? Pas si évident que ça. Histoire de se faire une idée, le canton de Vaud (Suisse) s’y est essayé. A l’occasion de la semaine de la mobilité de septembre 2006, tous les transports publics régionaux et urbains du canton ont été rendus libre d’accès pour les automobilistes présentant en guise de titre de transport la carte grise de leur véhicule.
En bus plutôt qu’à pied
Résultat : "parmi les personnes interrogées, 35% ont renoncé à prendre leur voiture pendant l’opération" rapporte Christophe Jemelin du Laboratoire de sociologie urbaine de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Ce sont essentiellement des femmes (60%) qui ne se déplaçaient pas pour des raisons professionnelles. Quant à ceux que l’opération n’a pas convaincu, la première raison qu’ils invoquent n’est pas le tarif élevé, mais la mauvaise déserte.
Au final, l’impact de l’opération en terme d’automobiles "économisées" a été très faible puisque le trafic journalier du canton de Vaud n’a perdu que 0,3 point en moyenne sur la semaine. D’autres villes ont essayé ou adopté la gratuité des transports collectifs. A Châteauroux par exemple, "la fréquentation a beaucoup augmenté, commente Christophe Jemelin. Mais ce sont d’anciens piétons qui désormais utilisent le bus !"
Fausse bonne idée, la gratuité ? "Elle est inenvisageable dans les grandes villes où les recettes usagers sont une part beaucoup trop importante du financement pour être supprimées. Tandis que dans les villes moyennes, le réseau n’offre pas une alternative réelle à l’automobile. En plus, le risque de dégradation du service est relativement important. Et au final, l’impact sur la voiture est faible voire nul."

fk marc 24/06/2009 21:49

Patrice Halimi vient de me convaincre de voter pour Aix Ecologie. Pas une seule autre liste n'osera à s'engager sur les propositions du Pacte Ecologique.Et toi Cyril, pas trop isolé au Modem ? (si tu y es toujours ... j'ai un peu du mal à suivre les trajectoires politiques sur Aix en ce moment ...)Au fait, les démarches du type du pacte ecolo (Halimi, Hulot, etc ...) ca ne te gene pas aux entournures démocratiques ? Sur le site du Pacte Ecolo du Pays d'Aix, tu peux juste signer (un cheque en blanc?), pas laisser de commentaires .... Belle conception de la démocratie et du débat d'idées !

VILLA MARRAKECH 23/06/2009 18:38

Quelle belle surprise ce nouveau portail, bravo !Bonne journée à tous ! Location Marrakech