Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 15:35

Mettons l'écologie au cœur de la Ville d’Aix.


A l’heure où triomphent le film d’Al Gore et le Pacte écologique de Nicolas Hulot, où des scénarii de plus en plus pessimistes sont publiés sur l’avenir de la planète (réchauffement climatique, épuisement des ressources, atteinte à la biodiversité), Aix cumule les records de pollution atmosphérique et d’embouteillages. Aix et le Pays d’Aix sont des territoires de plus en plus attractifs. On pourrait s’en réjouir si les modalités d’accueil et d’aide aux populations suivaient … ce qui n’est hélas pas le cas. Au nom d’une vision malthusienne l’équipe municipale en place a bloqué les modifications urbaines de notre ville. La conséquence est sans appel. Aix connaît un embourgeoisement très marqué et une diminution de sa jeunesse non étudiante. Les disparités sociales sont donc de plus en plus fortes. Le centre ville est transformé en musée et se coupe de ses quartiers périphériques. La ville éclate en quartiers déconnectés les uns des autres. Le territoire est de plus en plus mité. Les espaces naturels (Arbois) de plus en plus menacés. Le territoire devient de plus en plus in-circulable  et la voiture règne en maître dans une ville qui ne fait pas grand chose pour des transports alternatifs.


Aix va dans un sens bien éloigné des valeurs de l’écologie politique.  A vous de jouer, en chassant Joissains de la mairie d'Aix !  Faites vite ça chauffe ! Il est urgent d’agir !

L’écologie : c’est mettre l’urgence environnementale, sociale et démocratique au cœur de l’ensemble des politiques publiques. C’est aussi mettre en cohérence nos aspirations à vivre mieux, et à protéger l’avenir de nos enfants en adoptant une démarche éco-citoyenne.

L’écologie, c’est le difficile équilibre entre la préservation de l’environnement, la réponse sociale aux droits à l’éducation, à la santé, au logement, à la pleine activité et l’impérieuse nécessité de la démocratie à tous les échelons de la vie publique et citoyenne.

C’est à cette quête d’harmonie dans la Cité que je vous invite.

Voilà comment orienter une future politique municipale, autour de ces deux grandes idées : s’engager au quotidien à pratiquer des éco-gestes afin de garantir un développement durable, et approuver les chantiers politiques prioritaires pour transformer notre ville dans l’optique des prochaines élections municipales de juillet 2009.

Ainsi nous pouvons participer collectivement à dessiner, ensemble, une autre ville : écologique, solidaire et citoyenne. Car la transformation de notre ville passe par l’élaboration de nouvelles politiques publiques innovantes et éco-responsables.


Des actions personnelles


1 - S'engager à adapter mon mode de vie et mes pratiques de consommation au développement durable, et à devenir un éco-citoyen.

·                       Je trie et diminue mes déchets en privilégiant les achats durables et le recyclage :

o                                         je pratique le tri des déchets (séparation en emballage, verre, papiers).

o                                         je prends mes sacs réutilisables pour faire mes courses et je n’utilise plus de sacs plastiques jetables.

o                                         je choisis les produits en vrac, les matériaux recyclables comme le verre, les produits sans emballage excessif, la valorisation des déchets verts (compost)…

·                       J’économise l’énergie car la sobriété est une nécessité face à l’effet de serre, les changements climatiques, et à la fin du pétrole bon marché :

o                                         j’utilise des ampoules basse consommation,

o                                         j’éteins les lumières des pièces inoccupées,

o                                         je nettoie régulièrement mes lampes et luminaires,

o                                         j’évite les "hallogènes",

o                                         je favorise la lumière naturelle dans les pièces,

o                                         j’évite de surchauffer mon habitat,

o                                         je favorise, si je le peux, l’habitat bioclimatique et le chauffage d’origine renouvelable (bois, photovoltaïque, solaire thermique),

o                                         je ferme les volets la nuit et cherche une isolation optimale de mon habitat (toiture et fenêtres notamment),

o                                         je choisis les appareils électroménagers de classe A (très économe en énergie),

o                                         j’éteins la mise en veille des appareils électriques...

·                       J’économise l’eau, ressource précieuse et rare dans notre région :

o                                         je privilégie la douche au bain,

o                                         je ferme le robinet en me brossant les dents ou en me rasant,

o                                         je m’équipe d’une chasse d’eau moderne avec un dispositif économiseur, je ne fais tourner mon lave-linge et lave-vaisselle qu’à plein et évite le prélavage.

·                       Je privilégie les transports en commun, le vélo, le roller, ou la marche à pieds et pratique le co-voiturage et l’autopartage.

·                       Je consomme éthique, bio et solidaire en favorisant les éco-produits, les productions locales, les circuits courts de distribution, et les produits de qualité dans le but de préserver l’environnement, et limiter l’émission de gaz à effet de serre :

o                                         je consomme des fruits et légumes de saison, moins gourmands en énergie,

o                                         je privilégie les produits issus du commerce équitable et de l’agriculture biologique, et des circuits courts de distribution, de type AMAP, qui permettent le maintien de l’agriculture paysanne dans notre région provençale où la pression foncière tue le monde paysan,

o                                         pour les autres produits, je privilégie les éco-produits labellisés qui garantissent un impact limité sur l’environnement, une éco-conception et une prise en compte des étapes de son cycle de vie jusqu’au recyclage…

o                                         je consomme l’eau du robinet afin d’éviter les bouteilles en plastique.

·                       Je jardine responsable en maintenant la vie et l’équilibre du sol, en économisant l’eau :

o                                         j’arrose mon jardin, ma terrasse ou mon balcon, le soir quand l’évaporation est moins intense,

o                                         je récupère si possible l’eau de pluie,

o                                         j’utilise les déchets organiques pour faire du compost,

o                                         je proscris les engrais de synthèse contenant des nitrates qui polluent les eaux et les nappes phréatiques…

·                       Je respecte les consignes dans mon activité pour préserver l’environnement et l’éco-citoyenneté au travail

o                                         je me rends au travail à pied ou en vélo et si nécessaire pratique le covoiturage avec mes collègues

o                                         j’utilise du papier recyclé et du papier brouillon (impression recto-verso)

o                                         j’éteins les lumières dans mon activité

o                                         j’éteins mon ordinateur et évite les veilles prolongées des appareils électriques

o                                         je m’engage si cela est possible pour faire vivre la responsabilité sociale, environnementale et démocratique au sein de mon activité professionnelle (efficacité énergétique et recherche d’économie des fluides, lutte contre la précarisation des conditions de travail, développer les instances représentatives du personnel...)

·                       Si je suis plaisancier, je ne rejette pas mes déchets à la mer et j’utilise des produits-biodégadables (peintures, vernis...), je mouille sur le sable...

Des politiques municipales et communautaires

2 -  Souscrire aux chantiers politiques prioritaires pour mettre du cœur à la ville d’Aix, et serai exigeant quant à leur mise en application


·                       Répondre aux crises énergétiques et climatiques

o                                         en limitant l’usage de la voiture et réduisant le stationnement en centre ville,

o                                             en développant les transports en commun et les modes de déplacements doux (vélos, pédibus…),
 en créant des itinéraires cyclables.


 en créant un véritable réseau de couloirs de bus en site propre  afin de rendre les bus plus rapides et fréquents.

 

en réalisant une billettique unique entre les différents réseaux de transports en commun (ville, CPA, Département).

 en favorisant l’usage de véhicules propres (bus / véhicules de la ville et communauté)

o                                         en construisant des éco-quartiers et éco-ZAC de Haute Qualité Environnementale (HQE) ou des maisons passives  pour permettre un moindre impact sur l’environnement et un moindre coût pour les locataires.

o                                         en arrêtant de créer des espaces mono-fonctionnels ( commerces / entreprise / logements)

o                                         en piétonnisant le centre ancien et certains cheminements piétons dans les quartiers.


·                       Tisser une ville solidaire et citoyenne.

 

o                                         en mettant en place de véritables espaces de démocratie participative comme les conseils de quartier avec budgets participatifs.

o                                         en  instaurant une charte de la concertation

o                                         en rendant transparent le fonctionnement des institutions publiques et parapubliques (SEMEPA)

o                                         en re-créant et soutenant  une vie associative étudiante.

o                                         en sortant d’une vision culturelle élitiste pour aider les dispositifs de création culturelle. 

o                                         en faisant vivre les musiques actuelles en créant des espaces de production et de diffusion.

o                                         en garantissant un logement décent et accessible pour tous

o                                         en développant les modes de garde de la petite enfance (crèches collectives, parentales…),

o                                         en favorisant les activités socialement utiles, l’économie sociale et solidaire,

o                                         en prenant en compte le handicap dans la mise en oeuvre des politiques de déplacement et de logement.


·                       Convertir la gestion municipale aux principes de l’écologie :

o                                         en mettant fin à l’étalement urbain

o                                         en favorisant les économies d’énergie dans les programmes de réhabilitation urbaine.

o                                         en accroissant l’usage d’énergies renouvelables.

o                                         en économisant l’énergie par une utilisation raisonnée du chauffage, de la climatisation et de l’éclairage des bâtiments publics.

o                                         en maintenant les espaces naturels (Sainte Victoire, vallée de l’Arc, plateau de l’Arbois) aujourd’hui menacés.

o                                         en généralisant à tout le territoire la collecte sélective des déchets (et le compostage des déchets organiques).

o                                         en instaurant une restauration collective (crèches, écoles primaires) issue de l’agriculture biologique et paysanne.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

trier ses déchets en pays d'aix 13/06/2009 16:39

jusqu'à l'année dernière je triais miticuleusement mes déchets faisant des allers-retours incessants avec mes sacs jusqu'aux containers publics situés à plusieurs centaines de mètres de chez moi. En plein été, je vous dis pas la galère par 40° à l'ombre. Puis un jour j'ai découvert que les 3 bennes (la bleue, la verte et la jaune) finissaient dans un seul et même camion. Tous les déchets étaient mélangés... dans une seule benne. J'ai pensé à une erreur mais non... à chaque fois un seul camion pour les 3 bennes. J'ai observé ce phénomène durant plusieurs mois. A quoi bon trier dans ce cas ? Dans le Var, département dans lequel je vais bientôt habiter, ce sont des camions différents qui font les collectes...