Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui je suis ?

Enseignant de sciences économiques et sociales

 

Marié, père de 2 enfants

 

Conseiler municipal d'opposition de 2001 à 2008

Militant socialiste

Engagé aux côtés d'Edouard Baldo

 

Photo CDM site campagne primaire 2014

Rechercher

Tracts

 

Premier tract de lancement de campagne

Présentation et axes de campagne link

 

Propositions moralisation vie politique aixoise

Moralisation link


Propositions urbanisme et devenir de la ville

Urbanisme link

Archives

Twitter

Ouvrage décroissance

La crise écologique est là. Même les plus sceptiques ne peuvent en douter. Réchauffement climatique, pollutions croissantes, cancers en hausse constante, extinction de plus en plus rapide des espèces, raréfaction des ressources pétrolières. Face à ces destructions engendrées par notre système économique devenu fou, certains écologistes s’opposent au développement durable et parlent de plus en plus de décroissance. Comme si c’était l’unique solution. Mais la décroissance n’est pas seulement une remise en cause de la dépendance énergétique de notre système économique. Derrière ce mot vague de décroissance se cache une idéologie plus vaste aux alternatives plus que discutables. Au nom de l’anti-occidentalisme, de la critique du progrès et de la rationalité, nombre de décroissants défendent des thèses inquiétantes, sur la critique de la modernité, la place des femmes, la démographie, la respiritualisation de la société. C’est cette face cachée de la décroissance qu’explore cet ouvrage.

 Cyril Di Méo, élu et militant écologiste à Aix-en-Provence est aussi enseignant de Sciences Economiques et Sociales.

 «Cyril Di Méo grâce à la connaissance approfondie qu’il a à la fois des écrits des grands ancêtres de l’écologie politique et de ceux de la mouvance décroissanciste inscrit ce courant dans une histoire longue, en identifiant les origines et le cheminement de cette pensée. Il montre précisément la gravité des implications du discours décroissant, notamment vis-à-vis des pays du Sud et des femmes. Un ouvrage sans concession, mais aussi sans dérapages, Cyril Di Méo s’en tient toujours très précisément aux faits, aux écrits pour étayer ses conclusions. Il conclut d’ailleurs son ouvrage en indiquant que « l’écologie doit faire le pari de l’intelligence de la raison ». Et c’est bien ce à quoi il s’attelle fort utilement avec ce livre ». 

 Guillaume Duval, Rédacteur en chef d'Alternatives Economiques.

   ISBN: 2-296-01224-8

 Achat en ligne

http://www.amazon.fr/gp/product/2296012248/ref=sr_11_1/171-1636061-8438610?ie=UTF8

http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=21965

14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 21:07

bagnolo-trophee-2009

Carfree France décerne son bagnolo-trophée 2009 à la ville de Toulon, et plus particulièrement à son maire, Hubert Falco, pour l’ensemble de son œuvre en faveur du tout-automobile et pour avoir fait de Toulon la “ville de la bagnole”.

Le Grenelle de l’Environnement, c’est bon pour les autres ! C’est ce que pense Hubert Falco, Secrétaire d’état à l’aménagement du territoire, membre de l’équipe de Jean-Louis Borloo, Ministre d’état de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire… En effet, à Toulon, ville dont il cumule les mandats de maire et de président d’agglomération, la voiture est reine.

En 2008, la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT) décernait à l’agglomération de Toulon le “Ticket rouge” destiné à “récompenser” la “plus grande agglomération française sans tramway”. Hubert Falco, maire UMP de Toulon et président de Toulon Provence Méditerranée a en effet renoncé à une ligne de tramway décidée en 2000 dans le cadre du plan de déplacements urbains qu’il avait fait adopter, au profit d’un trolleybus guidé de moindre capacité. Puis, il a reporté la construction de la ligne après la réalisation du second tunnel routier qui doit traverser la ville de Toulon en 2012. Enfin il a décidé de ne réaliser d’ici 2015 que la moitié de la ligne prévue. Toulon est désormais la seule grande agglomération française à ne posséder encore ni métro ni tramway.

Récemment, la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUBicy) vient d’attribuer à la ville de Toulon son “Clou Rouillé“, qui “récompense” la ville française faisant le moins d’effort pour la pratique et le développement du vélo en ville : moins de 40 km de voies cyclables à Toulon, aucune continuité d’itinéraires, des pistes servant aussi de trottoirs, du stationnement seulement pour les voitures et les motos et un refus manifeste de concertation avec l’association locale des cyclistes urbains. Bref un mauvais exemple à ne pas suivre !

Pour toutes ces raisons, et au regard des responsabilités nationales d’Hubert Falco dans le domaine de l’aménagement du territoire au sein d’un ministère sensé porter les notions d’écologie et de développement durable, Carfree France décerne son bagnolo-trophée 2009 à la ville de Toulon.

 

Avec la seule agglomération de plus de 300 000 habitants sans reseau de transports en commun en site propre.. on a nos chances.

Partager cet article

Repost 0

commentaires